Essai Renault Kadjar dCi 130 4WD, fallait-il l’attendre ?

Renault intègre avec du retard le marché des crossovers du segment C. En reprenant la plateforme de son homologue japonais, est-il conforme à nos attentes ? Essai Renault Kadjar.

Essai Renault Kadjar - Vivre-Auto

Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-AutoMieux vaut tard que jamais. Alors que de nombreux constructeurs se sont lancés sur le marché des crossovers du segment C, le constructeur au losange s’est plutôt concentré sur le segment inférieur avec son Captur. Une réussite commerciale puisque c’est le troisième véhicule le plus vendu en France et premier de sa catégorie. Mais il manquait un véhicule dans la gamme pour voler des parts de marché dans l’autre clan, dominé actuellement par le Peugeot 3008 et le précurseur, le Nissan Qashqai. Et si ce dernier plait, le Kadjar devrait logiquement suivre l’exemple puisqu’il est tout simplement son cousin. Même plateforme et patronyme particulier, quand l’un fait référence aux nomades, notre crossover associe le terme « Quad » au verbe « Jaillir ». Mais rassurez-vous le français dispose de son propre caractère et d’atouts pour se démarquer. A commencer par son design. Plus long de 7 cm il apparaît cependant toujours compact et affiche un style porté sur la robustesse. Plusieurs éléments le confirment comme les pare-chocs en plastique noir associés à des sabots de protection, les protections de portes inférieures en forme de bouclier ou encore les élargisseures d’ailes noires. Il est reconnaissable au loin grâce à sa signature lumineuse à LED en forme de C de série dès le premier niveau de finition comme les feux arrière à LED à effet 3D. Le Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-Autoniveau haut de gamme Intens ajoute des projecteurs avant full LED. Notre modèle est sa finition de lancement Edition One se dote en plus de magnifiques jantes en alliage de 19 pouces et de skis avant et arrière teintés de gris sur les sabots de protection. Dommage que cet élément esthétique ne soit pas disponible sur les autres modèles. Bien plus sexy qu’un Koleos, le Renault Kadjar nous semble réussi sur le plan du design et globalement nous le trouvons plus séduisant que le Qashqai, même si ce dernier parait plus dynamique.

Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-AutoLa découverte se poursuit à l’intérieur, mais avant d’y pénétrer, on remarque que la condamnation et l’accès des ouvrants sont différents des autres modèles du losange mais similaire au système de Nissan. Un effort supplémentaire est donc demandé puisqu’il faut appuyer sur le bouton de la poignée de porte. Une fois installés à bord, on fait face à une planche de bord bien conçue et qui associe un ton foncé à des éléments peints en argent. Sur l’Edition One, d’autres parties sont peintes en brun cuivré et la sellerie est spécifique. C’est très réussi mais encore une fois indisponible sur le reste de la gamme… La finition est largement supérieure au Captur, nous n’avons pas de reproche à faire la concernant. Un détail semble rappeler l’esprit baroudeur, une poignée de maintien pour le passager, située sur la console centrale comme dans le Peugeot 3008 ou encore le Kia Sportage. Au milieu de la planche de bord, on retrouve le système multimédia R-Link 2 dont sa simplicité d’utilisation n’est plus à prouver, il regroupe les fonctions habituelles, audio, navigation, réglages et diverses applications… Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-AutoDepuis cette tablette il est possible de personnaliser l’aspect et les couleurs des compte-tours numériques comme dans le nouvel Espace 5. Pour le reste des commandes, tout tombe aisément sous la main, si ce n’est la commande du régulateur/limiteur toujours déportée chez Renault, ici devant le levier de vitesse. A côté, une molette de sélection permet de commander la transmission intégrale pour les modèles 4WD ou un support de pièces de monnaie sur les versions classiques. Concernant les connecteurs, le Kadjar livre deux prises USB, une Jack et une 12 Volts. Mais ce qu’on apprécie tout particulièrement dans cette habitacle, ce sont les sièges, garnis de mousse à double densité, ils garantissent un confort remarquable. Encore une fois la comparaison avec le Qashqai ira plus dans le sens du crossover français, avec cet intérieur plus chaleureux et moins triste. Au chapitre des équipements, le SUV embarque des systèmes de sécurité, détecteur d’angle mort, alerte de franchissement de ligne, freinage actif d’urgence, affichage des panneaux de signalisation… Un équipement fort utile, présent dans le Nissan manque à l’appel, il s’agit du système de vision à 360°. Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-AutoLe français propose cependant une caméra de recul et un Park Assist. Côté habitabilité, les passagers arrière n’auront pas à se plaindre, deux adultes s’y sentiront à l’aise avec une bonne garde au toit et de l’espace aux jambes. Ils profiteront du large toit panoramique (1,4 m²) si vous cochez l’option à 600€. Le volume du coffre n’en est pas pour autant réduit, avec ses 472 litres de chargement soit 42 litres de plus que son cousin nippon. C’est une bonne note pour la catégorie. Un double plancher libère un espace de stockage supplémentaire et permet de compartimenter le coffre. Mais ça ne s’arrête pas là, le Kadjar a le sens pratique, nous avons apprécié pouvoir ranger la plage arrière et rabattre les sièges d’un simple geste à l’aide de poignées. Vous pouvez aussi emporter des objets longs grâce au dossier du siège avant passager qui se replie façon tablette. Enfin, 30 litres de chargements supplémentaires sont répartis à bord entre la boîte à gants, le compartiment sous l’accoudoir et les bacs de porte, un peu petit à notre goût.

Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-AutoLa gamme de moteurs qui compose le catalogue est simple, un bloc essence quatre cylindres 1.2 TCe de 130 ch et deux Diesel le 1.5 dCi 110 ch et le 1.6 dCi 130 ch qui est disponible en transmission intégrale. C’est cette dernière configuration qui équipait notre modèle d’essai. Ce moteur colle parfaitement au Kadjar avec un couple amplement suffisant et disponible sur une large plage n’obligeant pas à rétrograder sans cesse. Un moteur agréable tant en ville que sur route, qui brille par sa souplesse et sa tonicité sans déranger nos oreilles. La boîte de vitesses à six rapports est agréable à manier et précise, les adeptes du pieds gauche au repos devront pour l’instant se contenter du moteur dCi 110 pour profiter de la boîte à double embrayage EDC. Une boîte auto classique devrait faire son apparition dans les prochains mois. Autre point positif relatif à notre mécanique est sa gourmandise maîtrisée. Dans notre configuration la moins efficiente, le Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-AutodCi 130 associé à la transmission intégrale ne rejette que 126 g/km de CO² et donc est exempt de malus. En cycle mixte nous avons enregistré une moyenne de 6,2 l/100 km. Moins lourde d’une centaine de kilos, la version deux roues motrices devrait afficher une moyenne sous les 6 l/100 km. Comme précisé en introduction, le Kadjar repose sur la plateforme modulaire du groupe Renault-Nissan, la même que l’on retrouve dans le nouvel Espace 5, le Qashqai, le X-Trail ou encore la Pulsar. Notre crossover s’est montré très à l’aise en conduite soutenue avec une bonne adhérence et un roulis maîtrisé. Le freinage est puissant, seul la direction électrique manque de ressenti. Mais cette agilité devrait être encore meilleure avec le moteur 1.2 TCe 130 qui fait baisser le poids du SUV de 230 kg (1.306 kg contre 1.536 kg). Notre long périple à bord a confirmé qu’il était un bon compagnon pour les trajets quotidiens ou sur longues distances dans un confort remarquable.

Renault Kadjar dCi 130 4x4 - Essai Vivre-AutoAvec sa garde au sol de 19 cm, le Kadjar peut s’aventurer dans des chemins abîmés, voir même difficiles d’accès, grâce à sa transmission intégrale. Mais nous dirons que c’est plutôt un tout-chemin qu’un tout-terrain, en raison de ses angles d’attaque limités (18 et 25°). Le mode 4WD est pilotable depuis trois positions, 2WD pour rester seulement en traction, AUTO pour enclencher les roues arrière si nécessaire et LOCK qui répartit le couple équitablement entre l’arrière et l’avant jusqu’à 40 km/h. Cette répartition est d’ailleurs indiquée sur le tableau de bord. Si vous optez pour la version 2 roues motrices, le SUV peut disposer, en option (250€), d’une motricité renforcée extend grip associée à des pneumatiques mixtes M+S de 17 pouces. Grâce à une gestion optimisée de l’anti-patinage il est possible de s’aventurer dans la neige, la boue ou le sable.

Disponible entre 22.990€ et 33.800€, le nouveau Renault Kadjar s’introduit sur le marché avec des tarifs plutôt compétitifs. Il est moins chère par exemple que les Peugeot 3008 et Nissan Qashqai.

Conclusion

Le Renault Kadjar arrive en retard sur le segment et n’apporte pas franchement de nouveauté. Mais il fait bien les choses avec des atouts majeurs comme son habitabilité, sa modularité, sa transmission intégrale et surtout son confort. Il ne déçoit pas et se montre particulièrement convainquant.

 

Autres articles

2 Commentaires

  1. Pascal dit :

    Une super voiture. Bravo Renault et félicitation aux designers

  2. janin dit :

    il manque, le boite EDC sur le 130 au minimum voir le 160 dci EDC et une ambiance intérieur dans le type de l’Espace. A partir de là j’achète mais pour l’instant, il est hors de question de prendre une version sous motorisée.

Laisser un commentaire