Essai Renault Espace 5 dCi 160 Intens : le CrossPace

Monospace ou Crossover, le nouveau Renault Espace semble associer ces deux types de véhicules. Qu’en est t-il au quotidien ? Essai Renault Espace 5.

Essai Renault Espace 5 - Vivre Auto

Renault Espace 5 essai - Vivre AutoIl aura fallu patienter pas moins de 12 ans pour enfin découvrir la cinquième génération du Renault Espace. Mais depuis tout ce temps, les choses ont bien changées et les ingénieurs comme les designers ont du s’adapter aux nouvelles demandes des consommateurs. En observant le look de ce nouveau monospace on constate effectivement que son objectif est avant tout de séduire ! Même s’il présente la même longueur que son prédécesseur il affiche une garde au sol supérieure de 40 mm, une hauteur réduite et des surfaces vitrées moins importantes. On est donc plus en présence d’un gros crossover que d’un monospace cubique. Nous verrons ensuite si l’habitabilité en pâtit mais d’abord concentrons nous sur son design. On le sait, on le répète assez souvent et vous le constatez sur la route, les crossovers ou SUV compacts se vendent comme des petits pains. Malgré son gabarit Renault Espace 5 essai - Vivre Autoimposant, similaire au Grand Espace 4, il se rapproche visuellement de ce type de véhicules et après l’avoir observé sous toutes les coutures il nous plait beaucoup ! Son design est fortement inspiré du concept-car Initiale Paris, présenté lors du salon de Francfort en 2013. La face avant est très caractérielle avec un logo volumineux. La signature visuelle des feux de jour se poursuit également à l’arrière avec des feux en forme de « L ». Dès le premier niveau de finition, il se pare de jantes en alliage de 18 pouces, des vitres arrière surteintées et de magnifiques feux Full LED. Pas question donc de croiser dans les rues un Espace dépouillé, mais plutôt un véhicule haut de gamme quel que soit son niveau.

Renault Espace 5 essai - Vivre AutoL’habitacle du nouveau Renault Espace offre une nouvelle philosophie à ses occupants. On perd ainsi l’espace libre entre les deux sièges avant pour une console centrale flottante futuriste. Assis à la place du conducteur dans un siège très enveloppant et confortable, on se sent comme dans un cocon à la façon d’un Peugeot 3008. La présentation est très soignée et la qualité des matériaux de très bonne facture avec du plastique moussé à souhait. Dès l’entrée de gamme, le monospace reçoit un toit panoramique fixe et une tablette tactile R-Link 2 avec la navigation Europe. Positionnée en mode portrait et d’une taille confortable, 8,7 pouces, elle regroupe toutes les commandes multimédias du véhicule. Personnalisable à la manière d’un smartphone nous pouvons choisir les widgets à afficher sur plusieurs pages. Avant de la prendre en main, nous avions Renault Espace 5 essai - Vivre Autoun doute concernant son ergonomie et le fait que les véhicules dotés de tablettes tactiles nous obligent souvent à quitter la route des yeux pour se concentrer et ne pas appuyer sur plusieurs touches à la fois. Mais sur ce nouvel Espace, l’écran ne se pilote pas uniquement au toucher, mais aussi via une molette idéalement placée à côté du levier de vitesses. La navigation dans les menus se réalise donc sans difficulté et l’ergonomie générale est bonne. De plus, les commandes comme les systèmes de sécurité, les modes de conduite ou les sièges massants peuvent être accessibles directement via différents boutons. Quant à la climatisation, elle dispose toujours de son propre module séparé et les réglages supplémentaires sont disponibles en soulevant la barre du bas de l’écran. Enfin, si vous ouvrez un menu alors que vous êtes en mode navigation, une simple pression sur la touche retour vous remet sur la carte. Ce nouveau modèle vise le haut de Renault Espace 5 essai - Vivre Autogamme avec une liste d’équipements très complète. On démarre notre tour avec l’affichage tête haute, très pratique, il affiche clairement les informations de conduite et les indications de navigation. Les sièges peuvent être chauffants et massants comme sur le Citroën C4 Picasso, mais ici avec trois types de programmes « Tonique », « Relaxant » ou « Lombaires » ainsi que la possibilité de régler l’intensité et la vitesse. On poursuit avec la carte mains libres au nouveau design, le système HiFi Bose est ses 11  haut-parleurs, un grand toit panoramique ouvrant et pour les manœuvres une caméra de recul et un système de Park assit. On termine sur la sécurité, avec un freinage actif d’urgence, la reconnaissance des panneaux de signalisation, le détecteur d’angle mort et de changement de file, les feux de route automatiques et un régulateur de vitesse adaptatif. Qu’est ce qu’il manque ? Et bien pas grand chose. Si ce n’est une vision à 360° comme le système de Nissan ? On chipote…

Renault Espace 5 essai - Vivre AutoLe petit plus c’est le MultiSens. Une sorte de mode de conduite qui interagit sur la direction, le moteur, le confort thermique, l’amortissement piloté et les roues arrière directrices (4Control) lorsque l’Espace en est doté. Mais aussi un choix de cinq ambiances lumineuses, quatre types de tableaux de bord et la possibilité d’enclencher automatiquement les sièges massants ou encore de modifier le son du moteur avec le R-Sound diffusé sur les haut-parleurs. Tout ceci réuni autour de quatre modes, « Sport », « Eco », « Natural » et « Confort » où les réglages sont prédéfinis et accessibles via un bouton. Un mode « Perso » vous permet même de faire vos propres réglages.

Renault Espace 5 essai - Vivre AutoOn passe maintenant à l’arrière où la question se pose bien évidemment. A t-on perdu en habitabilité ? La réponse est oui, l’Espace 5 a du faire des sacrifices. Même si le sentiment d’espace est toujours présent et appréciable, grâce aux trois sièges indépendants et coulissants, la position plus haute, le faible vitrage latéral et la garde au toit réduite de 10 cm n’offrent pas le même environnement que l’Espace 4. Petit conseil, attention si vous cochez la case toit panoramique ouvrant (1.200€), les plus de 1,80 mètre toucheront le pavillon. Pour 1.500€, deux sièges supplémentaires sont disponibles dans le coffre. Mais la encore on est loin des prestations qu’offrait l’ancien monospace. Renault Espace 5 essai - Vivre AutoCes deux places sont plus destinées à un usage occasionnel qu’à être considéré comme deux vraies places confortables qui, auparavant, pouvaient accueillir des adultes. Côté équipements, les deux sièges latéraux de la deuxième rangée peuvent être chauffants (inclus dans le pack hiver 550€) et des stores pour les vitres arrière sont aussi proposés en option (180€). En fait le gros effort apporté concerne la modularité qui gagne en agrément. Souvenez-vous, pour supprimer les sièges arrière sur l’Espace 4 il fallait les enlever ! Bien trop lourds, la manœuvre rebutait plus d’un propriétaire. Aujourd’hui c’est terminé, avec l’ingénieux système One Touch qui vous permet de rabattre un à un ou ensemble les sièges des deuxième et troisième rangées à l’aide d’une commande électrique située dans le coffre ou sur la tablette tactile. Pratique non ? Une fois l’opération effectuée on dispose d’un plancher plat et d’un volume total de chargement de 2.040 litres. C’est correct mais tout de même un tiers d’espace en moins que son prédécesseur… En réalité, le coffre est plutôt proche d’un gros SUV que d’un monospace avec un seuil de chargement haut et une ouverture restreinte. Les habitués seront alors déroutés surtout s’ils ont l’habitude de charger des objets volumineux. En Renault Espace 5 essai - Vivre Autoconfiguration cinq places le volume de chargement est de 660 litres et 247 litres si vous déployez la troisième rangée. Il est possible d’installer des filets grâce à différents anneaux, en revanche, le cache bagage ne dispose pas de stockage. Enfin, les rangements à bord sont moins nombreux avec une seule boîte à gants, au passage réfrigérée, deux espaces sous l’accoudoir et sous la console centrale flottante. C’est à cet endroit que se trouve par ailleurs les porte-gobelets, peu accessibles… Cette nouvelle génération fait donc l’impasse sur les nombreuses trappes qui faisait son succès, de même les passagers arrière n’ont plus le droit aux tablettes aviation.

          

Renault Espace 5 essai - Vivre Auto

Trois moteurs sont disponibles à l’achat. Deux Diesel, les 1.6l dCi 130 et 160 ch et un essence qui vient coiffer la gamme, le TCe 200 ch. Nous avons pris le volant du monospace avec le dCi 160 qui représentera la majorité des ventes. Sur le papier, ce quatre cylindres développe 160 ch à 4.000 tr/mn et un couple de 380 Nm dès 1.750 tr/mn. A conduire, il suffit amplement à animer l’Espace en toutes circonstances avec une souplesse d’utilisation à bas régime et de quoi répondre lorsqu’on sollicite la pédale de droite. En revanche nous avons quelques doutes sur l’autre moteur Diesel dCi 130 si vous roulez chargés. Sur différents parcours nous avons effectué des moyennes de consommations entre 6 et 7 l/100 km sans forcément enclencher le mode Eco qui, au passage, n’engendre pas spécialement de Renault Espace 5 essai - Vivre Autoperte de performance. La moyenne oscillera aux alentours des 8 l/100 km si vous avez le pieds lourds ou effectuez principalement de la ville. Le dCi 160 est obligatoirement associé à la boîte à double embrayage EDC à six rapports, il faudra vous tourner vers le dCi 130 et sa boîte manuelle à six rapports si vous êtes réfractaire à l’automatisme. Mais rien ne vous empêche de l’essayer. Toujours aussi agréable, cette transmission est douce et colle parfaitement à l’Espace. Elle manque un peu de réactivité si vous souhaitez solliciter le moteur au maximum mais il est possible de passer manuellement les rapports au levier.

Si vous optez pour le 4Control et son amortissement piloté (1.700€), vous ne serez pas déçus ! Nous en avions déjà fait l’éloge lors de notre essai de la Laguna GT. D’une part pour les manœuvres où Renault Espace 5 essai - Vivre Autol’on oublie vite, le gabarit et les demi-tours avec un rayon de braquage record. D’autre part, en courbe l’Espace s’inscrit parfaitement et témoigne d’un comportement routier irréprochable. Associé à une très bonne maîtrise du roulis, il procure un réel plaisir de conduite que l’on ne trouvait pas forcément au volant de l’ancienne génération, plus lourde d’environ 250 kg. Malgré tout, le confort est remarquable digne d’un Citroën C4 Picasso. La suspension pilotée apporte son petit plus en vous permettant de choisir vous même quel type de réglages vous satisfait. Pour notre part nous avons privilégié le mode « Natural, car la direction du mode « Confort » nous a paru trop assistée, et sur route le mode Sport. Puis finalement nous avons effectué nos propres réglages via le mode personnalisable. Et pour allez encore plus loin, vos paramètres peuvent être sauvegardés sous forme de profils si vous partagez le volant.

Renault Espace 5 essai - Vivre AutoA l’usage, on apprécie l’excellente insonorisation même si la console centrale génère parfois quelques grésillements. Autre remarque concernant le GPS qui, sur notre modèle, souffrait de quelques lenteurs et avait du mal à nous suivre par moment – nous étions bien à la limite autorisé, NDLR-. Arrivés sur un rond-point, la petite voix nous indiquait trop tardivement la sortie à prendre. Soit la tablette tactile connait quelques lenteurs, soit il lui manquait une mise à jour. Pour le reste l’Espace est très agréable à vivre, les ceintures non bouclées apparaissent dans le rétroviseur et si vous avez raté un panneau de limitation de vitesse, il sera rappelé sur l’affichage tête haute !

Renault Espace 5 essai - Vivre AutoLe nouveau Renault Espace débute ses tarifs à 34.700€ avec le moteur dCi 130 et la finition Life. A ce prix là, la marque au losange est loin d’être radine avec de nombreux équipements offerts, Feux Full LED, jantes alliage 18 pouces, toit panoramique fixe, carte main libre, climatisation bi-zone, GPS Europe, régulateur de vitesse, sièges arrière rabattables électriquement, radars de stationnement, capteur de pluie et de luminosité. En somme tout ce qui est nécessaire. Et comme dit plus haut, le look n’est pas pour autant biaisé dans cette finition basse. Un très bon point ! Le bloc essence TCe de 200 ch est vendu à partir de 38.200€. Quant à notre dCi 160 et sa boîte EDC il faut compter 39.700€. Pour seulement 720€ de plus (40.420€), la finition Zen ajoute la caméra de recul, le MultiSens, le siège conducteur électrique et massant et tous les systèmes de sécurité. A 44.200€ le troisième niveau Intens présent sur notre modèle, offre la sellerie cuir, les sièges chauffants et massants pour le passager, le park assit, l’affichage tête haute, le régulateur de vitesse adaptatif, le hayon motorisé et les jantes de 19 pouces. Enfin, la version haut de gamme Initiale Paris 47.920€ apporte le 4Control, le système Hifi Bose, des appuis-tête grand confort, du cuir avec surpiqûres sur la planche de bord et les contre-portes, des jantes et une sellerie spécifiques, mais aussi des prestations de services exclusives.

Conclusion

Si l’on fait l’impasse sur l’habitabilité en recul, ce nouveau Renault Espace est une réussite et nous saluons le travail effectué par les ingénieurs. Très agréable à regarder, il fait le plein de technologie et offre une toute autre façon de conduire. De plus il est particulièrement bien équipé. Le haut de gamme à la française est de retour !

 

Autres articles

4 Commentaires

  1. Pascal dit :

    Une auto exceptionnelle ! Je suis enchanté du mien, un TCe200 Initiale Paris. Bravo Renault

  2. Vincent dit :

     » en cherchant absolument partout, nous n’avons pas trouvé de bouton de déverrouillage des portières »
    Il est pourtant bien facilement visible à droite du bouton des warnings !

  3. Guillaume Ollier dit :

    Bonjour Vincent,
    effectivement, nous nous en sommes rendu compte après avoir écris l’article. Mais merci de l’information.
    A bientôt.

  4. dilemblue dit :

    Vu sur l’autoroute, magnifique et impressionnant véhicule !

Laisser un commentaire