Essai Mercedes Classe E Break 220 d Sportline, le déménageur de luxe

Le traditionnel break familial à l’étoile se renouvelle pour une cinquième génération en apportant son lot de surprises. Essai Mercedes Classe E break.

essai Mercedes Classe E Break

Essai Mercedes Classe E Break

Avec son kit de carrosserie AMG Line, ses jantes de 20 pouces et sa garde au sol abaissée, notre version Sportline sort du lot.

Si la gamme du constructeur à l’étoile est une des plus importantes qu’il existe, il y a pourtant des modèles phares qui persistent dont la Classe E. Cinquième du nom, elle se décline en Coupé, en Cabriolet et bien sûr en break. Cette dernière carrosserie, assez plébiscitée, représente une bonne part des ventes globales, dont presque la moitié du mixte Outre-Rhin.
Plus longue de seulement 1 cm par rapport à la berline, la Classe E Break et ses 4.93 mètres est imposante. La malle arrière est plutôt bien intégrée et les feux arrière à LED façon cristal sont du plus bel effet ! Même si le noir et le gris domineront le parc, le Rouge jacinthe facturé 1.600€ de notre modèle lui va plutôt bien. Notre finition Sportline se démarque par son pack AMG Line qui comprend des jantes de 19 pouces, une grille de calandre à deux Essai Mercedes Classe E Breaklamelles chromées, des jupes latérales, des boucliers avant et arrière spécifiques, une double sortie d’échappement, des étriers de frein siglés ainsi qu’une suspension sport qui abaisse la garde au sol de 15 mm. Il disposait également de jantes en alliage AMG de 20 pouces avec pneumatiques taille basse facturées 1.100€ et du pack Sport Black (600€) qui ajoute des barres de toit noires et les vitres arrière surteintées. Enfin si vous souhaitez vous aventurer hors des sentiers battues, la variante All-Terrain dispose d’une garde au sol rehaussée, d’une calandre typée SUV et de plusieurs protections de carrosserie.

Essai Mercedes Classe E Break

Le design intérieur est un concentré de luxe et de technologie qui préserve une bonne ergonomie.

Identique à la berline, la planche de bord nous rappelle celle de la Classe S. Impressionnante, elle nous montre deux facettes, le luxe et la modernité. Les matériaux employés sont de qualité tout comme les assemblages et les inserts en aluminium sont en parfaite harmonie avec l’habitacle foncé. Bien sûr il est question de personnalisation avec plusieurs ambiances de couleurs et de matériaux au choix lors de l’achat. Notre version Sportline comprend un pédalier en acier brossé, un éclairage d’ambiance personnalisable (64 couleurs) et une confortable sellerie en similicuir Artico. La position de conduite est bonne et facile à trouver grâce aux différents réglages électriques présents sur les contre-portes. Face au conducteur deux grands écrans de 12,3 pouces en mettent plein la vue, intrigants au départ, ils se montrent relativement intuitifs et pratiques à l’usage. Personnalisables, le premier fait office de tableau de bord en relayant un maximum d’informations dont la carte de navigation. Le second recense toute la partie multimédia, la navigation ainsi que les réglages du véhicule. Tous deux sont pilotables depuis une molette à portée de main ou bien directement depuis le volant via deux pavés tactiles. Nous ne citerons pas tous les équipements proposés tant la liste est longue, nous retiendrons seulement l’affichage tête haute, la caméra à 360°, le toit ouvrant panoramique (2.200€), les sièges massant ou encore le système de sonorisation surround 3D Burmester (1.100€).

Essai Mercedes Classe E Break

De bonne contenance, accessible facilement et doté d’une excellente modularité, le coffre est un atout de taille sur cette version. 

Les passagers arrière sont bien reçus avec un espace généreux pour les jambes et la tête, seule la place du milieu est étroite et inconfortable en raison de l’implantation du tunnel de transmission. Une prise 12 Volts est livrée de série (230V-150€/2xUSB-100€) et une climatisation séparée est proposée (1.100€). Si vous cherchez un break à grand coffre, la Classe E est faite pour vous. Avec un volume compris entre 640 et 1.820 litres la Classe E Break dispose de la capacité de chargement la plus haute de la catégorie. Seule la Skoda Superb Combi fait mieux. Les dossiers des sièges pouvant s’incliner font gagner 30 litres supplémentaires. Le hayon motorisé (de série), le seuil de chargement relativement bas, le cache-bagages automatique, le plancher plat et la banquette 40/20/40 rabattable via une commande électrique vous faciliteront la vie au quotidien. Enfin, plusieurs rangements sont répartis dans l’habitacle dont une boîte à gants climatisée, des bacs de portes, des vide-poches, des filets et autres porte-gobelets.

Essai Mercedes Classe E Break

Le 220 d, très prisé des gros rouleurs, distille un bon agrément de conduite. La technologie embarquée  renforce la sécurité.

Sous le capot du break allemand, l’offre ne manque pas à l’appel. Avec cinq blocs à essence de 184 à 610 ch et trois Diesel de 150 à 258 ch on ne peut que trouver chaussure à son pied. Pour notre essai nous avons opté pour la motorisation qui représentera la plus grosse part de marché, le 220 d. Remanié avec l’arrivée de la nouvelle E, ce quatre cylindres fort de 194 ch à 3.800 tr/mn développe un couple de 400 Nm entre 1.600 et 2.800 tr/mn. Le 0 à 100 km/h est abattu en 7,7 secondes pour une vitesse maximale de 235 km/h. Bien plus silencieux que son prédécesseur, ce bloc suffit amplement à déplacer les 1.8 tonne du break. Son couple généreux et l’excellente gestion de la boîte automatique à neuf rapports offrent de bonnes reprises. La consommation est plutôt correcte avec des moyennes enregistrées en dessous de 6,5 l/100 km. Cette voiture ne demande qu’à avaler les kilomètres en offrant un bon niveau de confort sauf si vous optez pour la monte taille basse de notre modèle où certaines portions de route engendrent de la fermeté. Pour compenser ce désagrément il est toutefois possible de cocher la casse Air Body Control, la suspensions pneumatique, dans les options (1.800€). Plus lourd de 100 kg que la berline, le break ne démérite pas sur le plan du comportement routier avec un niveau de sécurité accru, sans pour autant se ranger dans le rang des berlines dynamiques avec par ailleurs une direction qui manque de ressenti. Les versions sportives du Essai Mercedes Classe E Breakcatalogue seront plus adaptées à ce genre d’exercice. Véritable vaisseau amiral, la Classe E suit logiquement la tendance de proposer un maximum d’aides à la conduite. En plus des traditionnels détecteur d’angles morts, park assist, freinage d’urgence, lecture des panneaux… elle peut disposer de la conduite semi-automatique. Ce dispositif maintient le cap de la voiture et les distances automatiquement en s’adaptant aux vitesses réglementées. Très utile en embouteillage, ce système est moins convainquant sur route où certaines courbes sont mal interprétées, dans ces conditions, le conducteur reste bien évidemment le seul maître à bord.

Essai Mercedes Classe E Break

La Classe E Break n’est pas la plus abordable du marché et les nombreuses options n’arrangent pas la situation.

Sur le plan tarifaire, la version break est vendue plus chère d’environ 3.000 à 5.000€ que la berline. Elle débute à 50.900€ (E 200) pour atteindre les 134.000€ (E 63 AMG). Le moteur 220d est affiché à partir de 52.750€, avec 109 g/km de rejets de CO² aucun malus n’est à ajouter. La finition Sportline réclame 61.901€, à ce tarif, la dotation en série comprend les feux à LED, les sièges chauffants, la caméra à 360°, le détecteur d’angles morts, le freinage d’urgence, le régulateur et limiteur de vitesse et les deux écrans avec la navigation. Pour profiter d’équipements supplémentaires ainsi que tout l’attirail technologique il faut aller chercher du côté des nombreuses options dont certaines en entraînent obligatoirement d’autres… Par rapport à la concurrence, la Classe E Break est la plus chère du marché en prix d’accès, en montant en gamme le budget se rapprochent un peu plus du segment.

Conclusion

Malgré la montée en puissance de la technologie à bord de la nouvelle Mercedes Classe E break, cette dernière n’en oublie pas ses fondamentaux. Avec ses capacités de chargement intéressantes et ses qualités routières, elle séduira les professionnelles mais aussi les familles, à conditions d’y mettre le prix.

Nos photos : essai Mercedes Classe E Break 220 d Sportline – Rouge jacinthe métallisé designo

 


Autres articles

Laisser un commentaire