Essai Skoda Superb GreenLine TDI 120, autonomie record ?

Considérée comme une version économique, la finition GreenLine de la berline tchèque est-elle aussi sobre ?  Essai Skoda Superb GreenLine.

essai Skoda Superb GreenLine

Essai Skoda Superb GreenLineQuand certains constructeurs proposent au sein de leur gamme des modèles hybrides voir 100% électrique, d’autres ajoutent dans leur catalogue des versions dites « économiques ». C’est le cas de Skoda, qui, ne disposant pas de groupe motopropulseur à batteries, a conçu une version « verte » sur sa grande berline. Sur le papier, la Superb GreenLine dotée d’un réservoir de 66 litres promet une autonomie de près de 1.700 km avec une consommation moyenne mixte de 3,9 l/100 km. Pour arriver à de tel prouesses, elle connait quelques modifications, le châssis est rabaissée de 15 mm, les jantes alliage de 17 pouces sont spécifiques et un spoiler est apposé sur le coffre, ce qui permet d’obtenir un coefficient de pénétration dans l’air faible, 0,263. Sous le capot, c’est le 1,6 TDI de 120 ch qui a été retenu, accouplé à une boîte de vitesse manuelle aux rapports longs. Si les chiffres annoncés semblent impossible à atteindre en théorie, nous avons réalisé plusieurs types de parcours pour établir des consommations moyennes et ainsi vérifier ces dires. Un peu bruyant dans les tours mais discret à vitesse stabilisée, le quatre cylindre Diesel, sans être un foudre de guerre, dispose d’assez de Essai Skoda Superb GreenLineressources pour animer notre Superb lourde de 1.530 kg. Malgré des sièges fermes, la tchèque offre un excellent niveau de confort avec un amortissement souple. Sans être dynamique, elle se veut tout de même rassurante sur le plan du comportement routier. Alors, est-elle efficiente ? Après des centaines de kilomètres effectués, nous avons en effet constaté que cette version était particulièrement sobre sans forcément jouer à l’éco-conduite. Dans le détail les consommations retenues sont les suivantes, sur autoroute à peine 5 l/100 km à 130 km/h, moins de 4 l/100 km sur route à 90 ou 110 km/h et en ville 6 l/100 km. Ce qui permet en effet de parcourir au moins 1.200 km, bravo !

Essai Skoda Superb GreenLineA vivre, la Skoda Superb soigne particulièrement bien ses occupants avec une habitabilité gigantesque à l’arrière pour la catégorie et plein de petites attentions. Ainsi, on ouvrant les portières avant on remarque un petit logement qui dissimule des parapluies, aussi lors du plein, nous avons découvert un grattoir à pare-brise accroché à la trappe à carburant ou encore une lampe torche dans le coffre, c’est peut-être pas grand chose mais nous apprécions grandement ce genre de détails. Bien sûr en optant pour cette version il faudra faire des compromis pour la personnalisation, si l’unique jeu de jantes à l’extérieur peut se comprendre, une seule harmonie intérieure foncée est disponible au catalogue. Dommage, car sous cette ambiance triste se trouve une Essai Skoda Superb GreenLineplanche de bord assez bien présentée garnie d’une bonne finition avec des plastiques en partie basse et au niveau des contre-portes. Les assemblages sont dans l’ensemble bons hormis quelques petits éléments du tableau de bord. Regroupant les fonctionnalités du groupe Volkswagen, l’ergonomie est bien pensée et les compte-tours sont très lisibles. Avec peu de boutons sur la console centrale, les commandes sont simples d’accès et le système multimédia tactile très intuitif. Des touches de part et d’autre permettent un accès rapide aux différents menus et lorsque vous approchez votre doigt du bas de l’écran, les sous-menus apparaissent.

Essai Skoda Superb GreenLineLe design de la Superb nous fait penser à une berline à quatre portes, mais en réalité, il s’agit d’une carrosserie cinq portes munie d’un hayon. Un atout, qui permet un accès au coffre plus aisé. Ce dernier, le plus volumineux de la catégorie offre une contenance de 625 litres et jusqu’à 1.760 lires en configuration deux places. De multitudes espaces de rangement sont répartis à bord, bacs de porte, boîte à gants réfrigérée qui peut accueillir un lecteur multimédia, espace climatisé sous accoudoir, rangement à pièces à gauche du volant, petites trappes sur les flancs des sièges avant, poche aumônières, porte-lunettes…

Vendue à partir de 30.000€ (31.000€ pour la version Combi), la Skoda Superb GreenLine rentre dans la case malus neutre avec ses 101 g/km de rejets de CO² (101 g/km). A ce prix, la berline tchèque offre en série les équipements suivants : freinage d’urgence, régulateur de vitesse, allumage autoamatique des feux, détecteur de pluie, radars de stationnement arrière, système de navigation Europe de l’Ouest, Mirrorlink, Android Auto & Carplay.

Conclusion

En plus d’être la berline la plus spacieuse de sa catégorie, la Skoda Superb est remplie d’attentions. Très confortable et économique, cette version GreenLine s’adresse aux gros rouleurs, familles ou professionnels.

Nos photos : essai Skoda Superb GreenLine

 


Autres articles

Laisser un commentaire