Essai Ford Ranger 2016 Super Cab TDCi 160

Leader de sa catégorie, le pick-up américain s’offre une seconde peau pour rester maître à bord. Est-ce suffisant ? Essai Ford Ranger 2016.

essai Ford Ranger 2016

essai Ford Ranger 2016 Super Cab

Arrivé à mi-carrière, le pick-up américain s’offre un restylage de taille.

Cinq ans après son lancement, la troisième génération du Ford Ranger s’offre un profond lifting. En tête des ventes du segment des pick-up en France depuis deux ans, il souhaite conserver sa place de leader malgré l’arrivée des nouveaux Mitsubishi L200 et Nissan Navara. Concrètement, il s’agit de bien plus qu’un restylage, puisque nombreux sont les éléments qui le distinguent du précédent modèle. A l’extérieur, si de dos il est difficile de faire la différence, de face, le Ranger 2017 apparaît plus moderne et encore plus robuste avec ses nouveaux blocs optiques et sa grande calandre. Comme précédemment, trois versions sont proposées pour répondre aux besoins de tous les usagers.
Simple Cabine : L/l/h de la benne 2.317 x 1.560 x 835 m – Charge utile  1.260 kg
Super Cab : L/l/h de la benne 1.847 x 1.560 m – Charge utile 1.220 kg
Double Cabine  : L/l/h de la benne 1.549 x 1.560 m – Charge utile 1.190 kg

essai Ford Ranger 2016 Super CabNotre modèle Super Cab était présenté avec le niveau intermédiaire XLT Sport. Visuellement, cette finition gagne une calandre chromée, des marchepieds latéraux, un pare-chocs arrière en tube chromé, des poignées de portes et de ridelles arrière ainsi que des rétroviseurs chromés. Il disposait aussi en accessoire de l’arceau chromée, il est également possible de personnaliser la benne en la recouvrant d’un revêtement souple ou rigide. Cette déclinaison s’adresse principalement aux professionnels ou aux particuliers qui peuvent se contenter de seulement deux places, mais c’est surtout vers le Double Cab qu’ils se tourneront, plus civilisé avec ses cinq vraies places.

essai Ford Ranger 2016 Super Cab

La planche de bord est totalement inédite et de nouveaux équipements sont proposés.

A bord, les changements sont aussi importants avec l’intégration d’une nouvelle planche de bord qui apparaît plus moderne, à l’instar de l’écran TFT de 4,2 pouces présent derrière le volant ou bien du système multimédia tactile Sinc 2 qui officie aussi dans les dernières productions du constructeur. La qualité des matériaux a progressé, les plastiques durs semblent prêt à affronter les années. Le système multimédia est assez intuitif, on accède rapidement aux quatre menus principaux, climatisation, navigation, audio et téléphonie, grâce à leurs raccourcis disséminés à chaque coin de l’écran. Bon point également pour le nouveau tableau de bord qui s’avère être très intuitif. Deux écrans encadrent le compteur de vitesse, l’un affiche l’ordinateur de bord quand l’autre recense la partie audio, la navigation et le téléphone. Ils sont pilotables depuis le volant avec respectivement des commandes à gauche ou à droite, très intelligent. Ainsi l’ergonomie de ce pick-up est bien pensée et très agréable au quotidien. La liste d’équipements s’est étoffée, avec l’arrivée du régulateur de vitesse adaptatif, de l’alerte essai Ford Ranger 2016 Super Cabde franchissement de ligne avec maintien dans la file, de l’alerte anticollision et de la surveillance de la vigilance du conducteur.

Cette version Super Cab peut embarquer deux personnes supplémentaires mais seulement sur de courts trajets. Les deux strapontins prévus à cet effet sont loin d’être confortables, mais plutôt utiles en cas de dépannage. L’espace supplémentaire de la cabine peut aussi servir à stocker des objets si votre benne est à découvert, les portes antagonistes facilitent le chargement ou la montée des passagers.

essai Ford Ranger 2016 Super Cab

Le Ford Ranger 2016 se montre un peu plus confortable et son nouveau bloc TDCi 160 est plus sobre.

Sous son capot, le pick-up américain reçoit deux blocs, un 2.2 TDCi décliné en 130 et 160 ch et un cinq cylindres de 200 ch. Nous avions à l’essai le moteur intermédiaire qui vient remplacer l’ancien TDCI de 150 ch. Grâce à l’ajout d’un Stop&Start, de nouveaux rapports de transmission et d’une nouvelle gestion électronique de l’assistance de direction, il se montre à la fois plus performant et plus sobre que ce dernier. Dans la pratique, les performances supplémentaires (0 à 100 km/h en 11,8 s contre 12,3 s) ne se remarquent pas forcément et l’insonorisation fait toujours défaut mais nous avons en effet constaté une baisse de la consommation principalement sur route par rapport au Ranger TDCi 150, notre moyenne tournait sous les 8 l/100 km. La boîte de vitesses dispose de rapports plus longs ce qui contribue aussi à cette baisse mais cela a surtout un impact de taille sur la charge tractable qui passe à 3.5 tonnes. Autre constat, toujours équipé de ressorts lame, notre pick-up s’est montré plus confortable que lors de notre précédent essai. essai Ford Ranger 2016 Super CabBien sûr, ce type de suspension montre ses limites en raison des sautillements engendrés sur les trous et bosses lorsque la benne est vide, mais on note du progrès.
Pour les routes difficiles ou les chantiers, le Ford Ranger est un bon compagnon de part ses aptitudes, avec une garde au sol de 22,9 cm, des angles d’approche et de sortie 28°, un angle de dévers de 35° et un passage à gué de 80 cm. Le choix de la transmission, deux ou quatre roues motrices doit s’effectuer via un sélecteur jusqu’à 120 km/h, il n’y a pas de mode permanent comme le propose le Volkswagen Amarok ou le Mitsubishi L200. A l’usage, on s’habitue rapidement à manœuvrer ce mastodonte de 5,36 mètres de long doté d’une bonne visibilité périphérique et d’un diamètre de braquage de 12,4 m.

Le Ford Ranger et sa large gamme est compris entre 22.870 et 40.620€ HT selon la configuration. Notre version s’affiche à 25.940€ HT, le TDCi est disponible à partir de 23.890€ HT en Simple Cabine. Quant à la version Double Cabine, qui séduira les particuliers, elle débute à partir de 31.190€ TTC, aucun malus n’est réclamé puisque cette catégorie de véhicule est considérée comme utilitaire.

Conclusion

Alors que certains concurrents proposent une nouvelle génération de leur pick-up, le Ranger lui se contente d’un restylage. Loin d’être anodin, il apporte visuellement de la modernité avec une face avant plus expressive, un habitacle revu, assez ergonomique et de nouvelles aptitudes. C’est donc réussi, le Ranger a encore de beaux jours devant lui !

Nos photos : essai Ford Ranger 2016 Super Cab TDCi 160 XLT Sport – Rouge Cuivre

 


Autres articles

Laisser un commentaire