Essai DS 4 Crossback THP 165 EAT6, nouvelle cible !

La compacte premium française s’offre une nouvelle déclinaison baroudeuse. Qu’apporte-t-elle en plus ? Essai DS 4 Crossback.

Essai DS 4 Crossback THP 165 - Vivre-Auto

Essai DS 4 Crossback - Vivre-AutoIl y a quelques semaines, nous vous proposions l’essai de la nouvelle DS 4, cette fois-ci nous avons pris le volant de la déclinaison Crossback. Comme son nom l’évoque, ce modèle s’est offert un look légèrement baroudeur pour se distinguer de la berline. Au premier abord, cette version se remarque tout de suite, en raison de sa garde au sol rehaussée de 3 cm mais aussi par le biais de diverses modifications esthétiques. A commencer par les jantes spécifiques teintés de noir de 17 ou 18 pouces, chaussées, au passage, de pneumatiques Michelin Pilot Sport 3. Les passages de roue sont marqués, des éléments de la face avant, les rétroviseurs et le becquet sont peints en noir et des barres de toit grises font leur apparition. Ici, pas de combinaison bi-tons, mais une nouvelle teinte de carrosserie exclusive est proposée, le Orange Tourmaline. Avec son nouveau visage et son style de crossover, la DS 4 Crossback fait moins sérieuse que la berline, de quoi cibler une nouvelle clientèle.

Essai DS 4 Crossback - Vivre-Auto

En s’installant à bord, on constate que l’habitacle ne bénéficie d’aucun changement en restant identique à celui de la berline, seul la position de conduite est plus haute. La présentation est plutôt agréable avec des matériaux de bonne facture et agréables au toucher. Le restylage a permis d’améliorer l’ergonomie générale, avec l’arrivée d’un nouvel écran multimédia tactile. Supprimant ainsi plusieurs boutons, il se montre plutôt fonctionnel. Les propriétaires de smartphone pourront dupliquer l’écran de leur mobile grâce à la compatibilité CarPlay ou MirrorLink. Cette déclinaison n’apporte rien de plus en terme d’habitabilité, le point faible de la DS 4. Un accès aux places arrière très restreint, un espace aux jambes réduit et des vitres fixes… Enfin, le coffre offre un volume de chargement de 359 litres, un chiffre moyen pour la catégorie mais supérieur face à son rival le Volvo V40 Cross Country.

Essai DS 4 Crossback - Vivre-AutoPrécédemment essayée avec le bloc Diesel 1.6 BlueHDi 120 (avant restylage) ou le moteur essence THP 210, nous nous sommes intéressés cette fois-ci au moteur 1.6l THP 165 qui est accompagné obligatoirement par la boîte automatique à six rapports EAT6. Une association qui fonctionne parfaitement bien, avec un couple disponible très tôt, 240 Nm dès 1.400 tr/mn. Cette mécanique se révèle amplement suffisante pour déplacer la Crossback en toutes circonstances, avec un silence de fonctionnement très appréciable. La boîte EAT6 à convertisseur de couple, bien notée lors de nos précédents essais (DS 3 PureTech 110 EAT6 / DS 5 BlueHDi 180 EAT6), présente ici le même constat, elle offre un bon agrément avec des passages de rapports rapides et doux. On constate cependant qu’elle privilégie plus l’économie, avec un sixième rapport qui passe tôt (à 90 km/h), pénalisant un peu la reprise lors d’une insertion sur voie rapide. Elle dispose aussi d’un mode manuel, mais il faudra se contenter seulement du levier pour passer les rapports. Concernant l’autonomie, ce bloc se montre peu gourmand pour un usage routier, avec une moyenne de 6 l/100 km enregistrée. En revanche pour des trajets majoritairement axés sur la ville, le petit trois cylindres de 130 ch sera plus adapté. Côté liaisons au sol, cette Essai DS 4 Crossback - Vivre-Autoversion Crossback dispose de réglages de suspensions revus en raison de la hauteur de caisse. Le comportement routier est très sain, le freinage est efficace, la direction est précise et le train avant incisif, le tout avec un confort préservé. Nous aurions aimé en revanche un petit plus qui rendrait encore plus unique cette version, comme un système de motricité avancé, par exemple le Grip Control, présent sur d’autres modèles du groupe.

Contrairement à la berline qui dispose de quatre finitions, la Crossback n’est proposée qu’avec le second niveau Be Chic et le dernier Sport Chic. La gamme DS 4 Crossback est ainsi comprise entre 27.200€ (PureTech 130) et 32.950€ (BlueHDi 180) soit un surcoût de 1.300 à 1.700€ par rapport à sa jumelle, qui elle, a déjà augmenté ses tarifs lors du restylage…

Conclusion

En attendant l’arrivée d’un prochain SUV dans la gamme DS, la Crossback se place comme une alternative avec son look spécifique qui lui offre une nouvelle personnalité. Si ce n’est l’esthétique et la position de conduite plus haute, elle ne se différencie guère de la berline, dommage. On apprécie cependant l’agrément que procure le bloc THP 165 et la boîte EAT6.

Nos photos Essai DS 4 Crossback THP 165 EAT6 Sport Chic- Orange Tourmaline – Cuir Grainé Noir Basalte

 


Autres articles

  • Essai DS 4 THP 210, une nouvelle identitéEssai DS 4 THP 210, une nouvelle identité Après quatre ans de services, la compacte française se repoudre le nez et change de philosophie. Essai DS 4 THP 210.  Souvenez-vous, lors de son lancement en 2011 la DS 4, ou plutôt […]
  • Essai DS 5 2015 BlueHDi 180 EAT6 1955, une bonne routièreEssai DS 5 2015 BlueHDi 180 EAT6 1955, une bonne routière Nouvelle marque indépendante et nouveau visage pour la berline haut de gamme française. Essai DS 5 2015. C'est fini, les chevrons ont disparus, l'emblème DS reprend le dessus […]
  • Essai Volvo V40 Cross Country D3Essai Volvo V40 Cross Country D3 Chez Volvo, la gamme débute avec le V40, à mi-chemin entre une berline compacte et un break, il est dérivé en deux versions, classique et Cross Country. Pas besoin d'être expert pour […]

1 commentaire

  1. dilemblue dit :

    Il est grand temps de sortir le magnifique SUV DS6 wild rubis EMP2 chez DS !

Laisser un commentaire