Essai DS 5 2015 BlueHDi 180 EAT6 1955, une bonne routière

Nouvelle marque indépendante et nouveau visage pour la berline haut de gamme française. Essai DS 5 2015.

Essai DS 5 2015 BlueHDi 180 EAT6 - Vivre-Auto

DS 5 1955 (2015) - Essai Vivre-Auto

La DS 5 a perdu ses chevrons

C’est fini, les chevrons ont disparus, l’emblème DS reprend le dessus avec cette DS 5 2015. Mais c’est l’occasion aussi pour la berline de s’offrir une nouvelle face avant qui intègre la nouvelle identité visuelle du constructeur. Appelée DS Wings, la nouvelle calandre verticale et hexagonale en forme de nid d’abeille apporte plus de caractère à l’ensemble. Son contour chromé se prolonge par deux ailes lumineuses à l’intérieur des projecteurs. Ces derniers reçoivent par ailleurs la technologies LED et Xénon avec clignotants à défilement que l’on retrouve aussi sur la DS 3 restylée. Notre modèle et sa série limitée 1955 rend hommage au lancement de l’emblématique Citroën DS au salon de Paris cette même année. Elle se distingue par sa teinte de carrosserie Bleu Encre, des jantes alliage avec des centres de roues de couleur Gold Mat, un logo DS également de couleur Gold Mat, des coques de rétroviseurs extérieurs gravées DS au laser et des stickers dorés ‘DS 60 1955′ sur les portes avant et le volet arrière. La DS 5 se distingue des autres berlines tout en affichant une certaine élégance. Ce restylage lui confère encore plus de présence.

DS 5 1955 (2015) - Essai Vivre-AutoA bord, la DS 5 2015 reste une DS 5 avec son habitacle inspiré de l’aviation. La qualité des matériaux et des assemblages est toujours parfaite. Personnellement on trouve que la façade est bien plus jolie qu’auparavant, où nous avions souligné que la partie audio faisait vieillotte par rapport au reste. Ce n’est plus le cas avec l’intégration d’un écran tactile de sept pouces, suffisant mais petit à l’égard de la concurrence. Il permet la suppression de douze boutons et libère un espace de rangement devant le levier de vitesse à la place de l’ancienne molette. Il embarque plusieurs fonctions comme la lecture des sms et la possibilité de dupliquer son smartphone (selon compatibilité). Plus moderne, il améliore l’ergonomie mais on lui reprochera un manque de sensibilité et de part sa profondeur, les femmes aux longs ongles seront déroutées lorsqu’elles devront appuyer sur les touches aux extrémités. Bref, on cherche la petite bête mais DS 5 1955 (2015) - Essai Vivre-Autorassurez-vous dans l’ensemble la DS 5 propose une ergonomie plutôt bien étudiée avec toutes les commandes qui tombent sous la main. Il faudra juste s’habituer aux commandes de lève-vitre déportées sur la console centrale. La position de conduite est toujours excellente avec de nombreux réglages disponibles et un bon maintien latéral. Sur notre version ils étaient dotés de la fonction massage, mais un autre système vous massera les fesses, il s’agit du détecteur de franchissement de ligne. Sur le plan des équipements technologiques, la DS 5 2015 ajoute le détecteur d’angle mort dans son catalogue mais toujours pas le freinage d’urgence ou de régulateur adaptatif. On lui reprochera aussi une mauvaise visibilité à l’arrière – d’où l’intérêt d’opter pour la caméra de recul – et son avarice côté rangements.

DS 5 1955 (2015) - Essai Vivre-AutoEn haut du tableau, la berline française propose un moteur Diesel qui vient coiffer la gamme avec le bloc essence THP 210. Ce quatre cylindres 2,0l BlueHDi développe 181 ch et un couple de 400 Nm à 2.000 tr/mn. Répondant aux normes Euro6, il est équipé d’un catalyseur d’oxydation et d’un module SCR qui transforme jusqu’à 90% des oxydes d’azote en vapeur d’eau et en azote. Ceci lui permet de ne rejeter que 110 g/km de CO² (114 g/km en 18 pouces) et de ne pas passer par la case malus. Obligatoirement associé à la nouvelle boîte de vitesse automatique EAT6 du groupe PSA, ce moteur s’en sort à merveille et délivre de bonnes performances dans un bon silence de fonctionnement. La boîte réagit rapidement et s’adapte à votre conduite en toute douceur. Elle est aussi capable de faire tomber plusieurs rapports si vous appuyez sur la pédale de droite. On regrette qu’il n’y ait toujours pas de boîte à double embrayage chez PSA, en revanche cette EAT6 DS 5 1955 (2015) - Essai Vivre-Autocomble le trou avec merveille. Cette association moteur/boîte est à privilégier si vous effectuez surtout de la route. En péri-urbain on arrive à faire baisser la moyenne en dessous des 5 l/100 km, sur grand axe entre 5 et 6 l/100 km mais au moins 8 l/100 km en ville malgré la présence d’un stop&start, au passage très rapide et discret. Si vos parcours comprennent seulement 1/3 de ville vous arriverez à une moyenne globale de 6 l/100 km. Une bonne note. Un autre point où la DS 5 a considérablement progressé, c’est le confort. Auparavant ferme, les suspensions procurent ici une tout autre sensation en choyant les occupants. On observe quelques tressautements à faible allure mais rien de méchant. Cette amélioration ne gâche en rien le comportement routier toujours rassurant de cette berline.

Conclusion

La DS 5 cru 2015 s’affirme un peu plus avec ce restylage. On lui pardonne ses quelques défauts et son retard technologique tant elle est agréable à conduire sur court ou longue distance. Le BlueHDi 180 apporte de la puissance tout en affichant un appétit mesuré sur route, de quoi avaler les kilomètres dans un confort remarquable.

 

Autres articles

  • Essai Citroën DS5 THP 200 Sport Chic Faubourg AddictEssai Citroën DS5 THP 200 Sport Chic Faubourg Addict Essai du haut de gamme à la française signé DS. Avec sa ligne DS, Citroën a véritablement redoré son blason, jusqu'à même percer le marché Chinois il y a bientôt deux ans. La dernière du […]
  • Essai DS 4 1,6l BlueHDi 120 : plus propreEssai DS 4 1,6l BlueHDi 120 : plus propre Commercialisée depuis 2011, la Citroën DS4 se fait appeler dorénavant DS4, depuis la séparation. Afin de la remettre au parfum, elle s'est offerte les deux derniers moteurs du groupe à […]
  • Nouvelles DS 4 Crossback et DS 4 restyléeNouvelles DS 4 Crossback et DS 4 restylée Après la DS 5, c'est au tour de la compacte de s'offrir un restylage. Mais ce n'est pas tout, une nouvelle version typée crossover fait son entrée. Six mois après la présentation de […]

Laisser un commentaire