Essai DS 4 THP 210, une nouvelle identité

Après quatre ans de services, la compacte française se repoudre le nez et change de philosophie. Essai DS 4 THP 210. 

Essai DS 4 restylée THP 210

Essai DS 4 THP 210 - Vivre-AutoSouvenez-vous, lors de son lancement en 2011 la DS 4, ou plutôt Citroën DS4, était présentée comme une berline coupée surélevée, l’histoire de surfer un peu sur la vague des crossovers. Selon la taille des jantes cela apparaissait même exagéré. Pour son quatrième anniversaire, la française coupe la poire en deux en proposant désormais deux versions, une plus basse typée berline compacte et une autre comme avant, surélevée avec quelques touches esthétiques supplémentaires lui conférant plus un aspect baroudeur. Cette dernière, appelée Crossback, sera le fruit d’un prochain essai. C’est aussi l’occasion d’afficher clairement l’indépendance de la marque au sein du groupe PSA. Revenons donc à la berline en analysant les changements. Avec l’âge on se tasse, c’est ce qui s’est produit avec cette DS 4 restylée, dans le bon sens du terme puisqu’elle apparait un peu plus séduisante avec 3 cm de moins en garde au sol. Elle s’offre un coup de jeune avec l’adoption d’une nouvelle face avant caractérisée par la fameuse calandre DS Wings qui reçoit en son centre un logo DS et non plus des chevrons. Les feux antibrouillards sont reliés entre eux par un jonc chromés et les optiques disposent de la technologie DS LED Vision qui associe Xénon et LED avec des clignotants à défilement. A l’arrière rien n’évolue si ce n’est la disparition du sigle Citroën. Désormais les acheteurs peuvent personnaliser un peu leur DS 4 avec l’apparition de quatre couleurs de toit au choix, orange, bleu, violet ou noir moyennant 600€.

Essai DS 4 THP 210 - Vivre-AutoUne fois installés à bord, on retrouve la même présentation qu’avant restylage, avec des matériaux et des assemblages de bonne qualité, surtout avec l’option cuir intégral. A 2.250€, la planche de bord est recouverte de cuir et s’associe à de magnifiques sièges garnis, eux aussi, de cuir en forme de bracelet de montre, typique chez DS. Si on oublie cette habillage chic, l’intérieur reste semblable à la Citroën C4. La principale nouveauté concernant l’intérieur c’est l’arrivée d’un écran tactile qui permet la suppression d’une dizaine de boutons. Et en effet, cela profite grandement à l’ergonomie générale. Petit plus, si on ne veut pas se servir du tactile, par exemple en roulant, on dispose tout de même de touches en façade. La disposition des autres commandes est bien pensée, le volant n’est pas trop surchargé et sur le côté gauche on accède rapidement aux aides à la conduite ou autres fonctions (parking, stop & start…). Les équipements proposés sont complets, sièges chauffants et massants, caméra de recul, détecteur d’angle mort… ou Essai DS 4 THP 210 - Vivre-Autoencore le détecteur de franchissement de ligne, qui, au passage, n’est pas agaçant car il ne bip pas mais vibre au niveau de l’assise. On fera en revanche toujours les mêmes remarques, comme les prises 12 Volts, USB et Jack qui se trouvent au fond d’un espace étroit sous le bloc de climatisation, où mieux vaut ne pas avoir de « grosses paluches ». Autre point négatif, si l’habitabilité à l’avant est bonne, les passagers arrière, eux, ne sont pas sur la même longueur d’onde. A commencer par un accès restreint en raison de la faible ouverture des portes pointues, puis, l’espace offert n’est pas non plus génial. Enfin, les vitres sont toujours fixes. Le coffre et ses 359 litres de chargement est loin d’être également le plus spacieux de la catégorie. Les rangements à bord sont en revanche appréciables et la boîte à gants est réfrigérée.

Essai DS 4 THP 210 - Vivre-Auto

Sous le capot, la françaises reçoit trois moteurs Diesel de 120, 150 et 180 ch et trois blocs essence, le trois cylindres PureTech 130 et les quatre cylindres THP 165 et 210. Sur le papier ce dernier développe 210 ch à 6.800 tr/mn et un couple de 285 Nm dès 1.750 tr/mn soit respectivement 10 ch et 10 Nm de plus qu’auparavant. Il permet à la DS 4 de franchir le 0 à 100 km/h en 7,8 secondes et d’atteindre la vitesse maximale de 235 km/h. Avec son turbo et son couple disponible tôt, pas besoin de grimper dans les tours pour faire avancer la voiture, sa souplesse et ses bonnes reprises le rend agréable au quotidien sur tous types de parcours. Le châssis offre de belles prestations, parfaitement collé à la route, les virages peuvent s’enchaîner en toute sécurité. Avec ses nouveaux réglages de suspension, la DS 4 s’est montrée aussi plus confortable. En revanche elle ne se veux pas sportive. D’ailleurs en conduite dynamique, l’imposant volant vous le rappellera de suite et l’ESP réagit un peu tôt. Du coup on reste sur notre faim, en cherchant désespérément un bouton Sport qui pourrait rallumer un peu la flamme. Nous aurions aimé en effet des modes de conduite qui modifieraient le caractère de la voiture mais aussi la direction qui se montre lourde à faible vitesse. En usage rEssai DS 4 THP 210 - Vivre-Autooutier la consommation est plus que raisonnable avec une moyenne comprise entre 5 et 6 l/100 km.

Avec l’ajout du stop&start, la DS 4 THP 210 voit son malus baisser de 900€ à 250€. Pour autant elle ne reste relativement pas donnée dans cette configuration avec une seule finition pour un tarif débutant à 35.750€. A ce prix il faut encore ajouter 500€ pour le détecteur de franchissement de ligne ou bien 200€ pour le Mirror Screen…

Conclusion

Le moteur THP 210 est toujours le bienvenu sous le capot de cette DS 4 restylée, qui offre un bon agrément de conduite et un niveau de confort en progrès. Maintenant cette association ne fait pas d’elle une sportive mais plutôt une routière rapide. Avec un tarif salé, les clients se tourneront plutôt vers le THP 165 voir le PureTech 130 plus abordables.

Nos photos Essai DS 4 THP 210 Sport Chic – Gris Platinium – Cuir Semi-aniline intégral

 


Autres articles

1 commentaire

  1. jm dit :

    Je n’arrive pas à me faire à cette calandre… assez fade.

Laisser un commentaire