Essai Opel Corsa OPC, rapide comme l’éclair

Comme avec la précédente génération, la citadine allemande reprend le sigle OPC pour sa déclinaison sportive. Essai Opel Corsa OPC.

Essai Opel Corsa OPC - Vivre-Auto

Opel Corsa OPC 2015 - essai Vivre-AutoLa cinquième génération d’Opel Corsa a le droit à sa version sportive, concoctée par les ingénieurs de l’Opel Performance Center. Esthétiquement le ton est donné avec une allure générale musclée et une garde au sol abaissée de 10 mm. La face avant est inédite avec un bouclier redessiné qui intègre des phares bi-Xénons, de larges entrées d’air et une calandre noire. Un détail intéressant, à la base du capot est greffée une écope, renforçant la sportivité. Le profil se distingue par un bas de caisse et des jantes en alliage de 18 pouces chaussées de pneumatiques Michelin Pilot Super Sport. Il est également facile de reconnaître cette version OPC à l’arrière avec sa double sortie d’échappement signée Remus, disposée sous un spoiler noir. Enfin, si le béquet monté sur le coffre vous parait mince, pour 200€ il est possible d’opter pour un spoiler OPC Extrême. Le catalogue des teintes propose six possibilités, Blanc Glacier, Rouge Magma, Gris Etincelle, Noir Carbone, Vert Sauterelle et un Bleu Azur exclusif, présent sur notre modèle.

Opel Corsa OPC 2015 - essai Vivre-AutoContrairement à l’extérieur, l’esprit sportif est moins marqué à bord. En ouvrant la porte on constate que la planche de bord est identique à une Corsa classique, mais nos yeux sont surtout rivés sur les magnifiques sièges Recaro qui plus est, font partis de la dotation en série (en mixte). Dans le  détail, cette version OPC ajoute un pédalier en alu, un volant cuir à méplat, un levier de vitesse siglé OPC et des compte-tours légèrement modifiés. Point d’éléments peints en rouge comme chez les rivales françaises, c’est relativement sobre dans une ambiance au ton foncé. Nous ferons les mêmes remarques concernant cet habitable que lors de notre dernier essai de la Corsa. A savoir une finition globalement bonne, une instrumentation particulièrement lisible et une ergonomie sans faille. Pour le négatif, la position de l’écran tactile de 6,95 pouces, trop basse, n’est pas sécurisante et si vous ne possédez pas un smartphone à la mode, il n’y a pas de possibilité d’utiliser cet écran pour le GPS. Un équipement qui manque toujours à l’appel avec ce système multimédia IntelliLink compatible MirrorLink. Si de série, la citadine sportive est richement dotée, climatisation auto, sièges et volant chauffants, régulateur/limiteur de vitesse, assistant au démarrage en côté, radars de stationnement Opel Corsa OPC 2015 - essai Vivre-Autoarrière… elle fait l’impasse sur certains équipements que l’on retrouve pourtant en option sur les autres finitions. C’est le cas de la caméra de recul, du détecteur d’angle mort et du pack Opel Eye qui comprend la reconnaissance des panneaux, l’avertisseur de changement de file et l’alerte anticollision. Dommage donc de ne pouvoir bénéficier de ces technologies… Les seules options du catalogue sont le toit ouvrant (800€), le pare-brise chauffant (180€), le cuir (850€) et un Pack Performance (2.000€) que nous évoquerons ensuite. Côté coffre, avec 280 litres de chargement, le volume offert est dans la moyenne, proche d’une Peugeot 208 GTi ou Ford Fiesta ST et légèrement inférieur à la Renault Clio R.S.

Opel Corsa OPC 2015 - essai Vivre-AutoParlons maintenant du cœur de la Corsa OPC, son moteur essence suralimenté repris de l’ancienne génération. D’une cylindrée de 1.598 cm3, il a été cependant retravaillé pour offrir de meilleures performances. Ce bloc développe 207 ch à 5.800 tr/mn et un couple de 245 Nm voir 280 Nm avec overboost entre 1.900 et 5.800 tr/mn. Il faut 6,8 secondes pour réaliser le 0 à 100 km/h et la vitesse maximale est portée à 230 km/h contre 7,2 secondes et 225 km/h auparavant. La boîte manuelle à six vitesses dispose maintenant de rapports plus courts et le châssis sport a été développé en partenariat avec Koni en proposant une technologie d’amortissement auto-réglable qui s’adapte aux fréquences de rebonds. En conduite souple, la Corsa est agréable à mener, grâce à son turbo et son couple généreux. En haussant le rythme, le quatre cylindres libère la cavalerie et on se surprend au début à atteindre rapidement la zone rouge. Un tempérament très appréciable qui permet de garantir des reprises optimales et de la puissance en permanence. Nous disposions du Pack Performance qui apporte plus de sportivité avec des réglages spécifiques du châssis. Ajoutez à cela un différentiel autobloquant mécanique Drexler et des disques de frein Brembo de 330 mm à l’avant et la citadine au Blitz est prête pour affronter les courbes les plus serrées. La voiture témoigne d’une formidable maîtrise, aucun roulis ni sous-virage ne survient et on apprécie les sièges Recaro à l’excellent maintien. Pour encore plus de sensation, sachez que l’ESP peut totalement se déconnecter. On fera toutefois un reproche concernant la forme du levier de vitesse et les débattements un peu longs qui ne collent pas avec le terme sportif. On peut admettre que l’on aurait préféré une sonorité plus marquante mais la Corsa OPC est avant tout conçue pour être polyvalente. On s’en rend compte avec un niveau de confort correct en utilisation quotidienne. Opel Corsa OPC 2015 - essai Vivre-AutoMalheureusement le passage à la pompe devra se faire fréquemment avec une consommation plutôt importante, environ 10 l/100 km en ville et 8,5 l/100 km en mixte.

Vendue à partir de 23.800€, l’Opel Corsa OPC, plutôt bien équipée, semble être très compétitive face à ses rivales. Mais en réalité pas vraiment. La raison au malus réclamé à l’achat, qui, avec l’allemande atteint les 2.200€ quand les autres ne dépassent pas les 500€ voir 250€. Si on ajoute le Pack Performance facturé 2.000€, la note grimpe vite !

Conclusion

Avec sa ligne dynamique, l’Opel Corsa OPC peut passer de son statut de citadine des villes en une véritable sportive pleine d’énergie qui ne demande qu’à vous emmener sur route sinueuse. Un vrai régal surtout avec le Pack Performance, à conseiller. Mais tout cela à un coût…

 

Autres articles

  • Essai Opel Adam S, la mini-citadine survitaminéeEssai Opel Adam S, la mini-citadine survitaminée Plus musclée, la version S de la mini-citadine allemande procure-t-elle de bonnes sensations ? Essai Opel Adam S.  Nous l'avions trouvée très séduisante lors de notre premier essai, […]
  • Essai Opel Corsa CDTi 95, du mieux avec du vieuxEssai Opel Corsa CDTi 95, du mieux avec du vieux Modèle phare d'Opel, la Corsa se renouvelle en conservant sa plateforme. A-t-elle tous les bons ingrédients pour rivaliser dans un marché très concurrentiel ? Essai Opel Corsa CDTi […]
  • Essai Peugeot 208 GTi THP 200Essai Peugeot 208 GTi THP 200 Voilà trente ans que Peugeot lançait sa première GTi, la 205. Fort de son succès, cette sportive n'a pas réellement connue de remplaçante. Mais le Lion ne l'a pas oublié, au contraire. […]

Laisser un commentaire