Essai Jeep Renegade 4×2 MultiJet 120, l’Italo-Américain

Ce nouveau SUV compact a été élaboré avec Fiat mais il ne semble pas faire oublier pour autant ses racines. Essai Jeep Renegade.

Essai Jeep Renegade - Vivre Auto

Jeep Renegade Limited - Essai Vivre AutoDéveloppé entièrement en collaboration avec Fiat et produit en Italie, le nouveau Jeep Renegade partage la plateforme de la 500X. Totalement différent, il n’en reprend que la partie technique et ça se voit. Son gabarit est imposant avec des dimensions généreuses, 4,26 m de long, 1,68 m de haut et 17,1 cm de garde au sol. D’extérieur, se serait mentir de dire qu’il se fond dans la masse. Au contraire, le Renegade sort du lot et ses formes appellent la robustesse. En analysant son design on constate que le patrimoine du constructeur est respecté. Il hérite ainsi des gênes de la célèbre Willys de 1941 ou encore de l’indémodable Wrangler. C’est d’ailleurs bien plus marqué que sur le dernier Cherokee. On retrouve des éléments significatifs comme les phares ronds, la calandre verticale et ses sept barrettes, un pare-brise droit, des passages de roues carrés et un clin d’œil au jerrycan d’antan avec le motif en croix présent sur les feux Jeep Renegade Limited - Essai Vivre Autoarrière. Il existe même une teinte de carrosserie baptisée « Commando » qui rappelle le camouflage officiel de l’époque. Le catalogue comprend au total onze couleurs dont certaines peuvent être associées au toit noir, réservées à la finition haute Limited. Enfin, le niveau de finition Trailhawk, obligatoirement associé à la transmission intégrale, dispose d’une garde au sol réhaussée de 21 mm, de boucliers avant et arrière inédits, de jantes et de pneumatiques spécifiques et d’un sticker de capot noir (en option). Globalement ça fonctionne et même si les goûts et couleurs sont personnels nous sommes séduits, son originalité nous fait d’ailleurs penser à un de ses rivaux, le Citroën C4 Cactus.

Jeep Renegade Limited - Essai Vivre AutoLa visite se poursuit à l’intérieur avec une présentation en accord avec l’extérieur. La planche de bord est horizontale et parait cossue. Dès le deuxième niveau de finition Longitude, elle peut recevoir une association bi-ton alliant le chocolat, le gris clair et des éléments décoratifs orange présents sur les aérateurs, le levier de vitesses, les porte-gobelets et les entourages des haut-parleurs. Notre modèle, doté du niveau supérieur, s’agrémente de sièges en cuir et de surpiqûres. Les matériaux et leurs assemblages sont de bonne qualité avec du plastique moussé sur la partie supérieure. Nous n’avons pas enregistré de bruits parasites lors de notre essai, hormis l’accoudoir central qui génère des grésillements lorsque l’on pose le bras dessus. Certains éléments nous rappellent tout de même le constructeur italien, à l’instar des commodos, des commandes au volant, ou encore du bloc de climatisation. Mais le Renegade aime aussi mettre en avant ses origines avec des détails qui sautent aux yeux comme Jeep Renegade Limited - Essai Vivre Autoles aérateurs centraux et contours des haut-parleurs en forme de calandre, le label « Since 1941 » sur l’entourage de l’écran multifonctions et la tâche de boue en guise de zone rouge dans le compte-tours. Les designers se sont également amusés à dissimuler d’autres particularités dans l’habitacle, un logo en forme de calandre greffé sur le boitier derrière le rétroviseur, les sièges et les haut-parleurs ou encore la carte du désert du Moab, lieu de rassemblement annuel des amateurs de Jeep, présente dans le fond de l’espace de rangement de l’accoudoir central. Située face au passager, la poignée de maintien nous rappelle que ce véhicule peut recevoir la transmission intégrale.

Jeep Renegade Limited - Essai Vivre AutoInstallés au volant, on apprécie la position de conduite et la visibilité surtout à l’avant, on peut apercevoir le bout du capot. Les compte-tours sont très lisibles et encadrent un écran couleur de 7 pouces personnalisable très réussi, mais présent que dès le troisième niveau de finition. L’ensemble des fonctions tombent aisément sous la main, on regrettera juste que l’écran tactile Uconnect manque de sensibilité, il faut bien appuyer pour verrouiller une commande. Sur notre modèle, ce dernier embarque la navigation GPS et son écran est plus grand, 6,5 pouces contre 5 pouces. Les équipements proposés sont assez complets, détecteur de franchissement de file avec correction, détecteur d’angle mort, système anticollision, sièges et volant chauffants, régulateur de vitesse adaptatif, aide au démarrage en côte, toit ouvrant panoramique… La forme cubique du Renegade profite à l’habitabilité, que ce soit à l’avant ou à l’arrière avec de l’espace en largeur et surtout une garde au toit des plus généreuses. Les sièges, un poil fermes, sont accueillants mais le passager devra faire l’impasse sur le réglage lombaire. L’accès au coffre est aisé avec sa grande ouverture, son volume de 351 litres est dans la moyenne de la catégorie mais en dessous d’un Renault Captur (377/455 litres). Il s’étend à 1.297 litres une fois la banquette rabattue formant un plancher presque plat. Les rangements à bord sont peu nombreux, la boîte à gants est petite tout comme les bacs de porte.

Jeep Renegade Limited - Essai Vivre AutoSous le capot, on retrouve les mêmes blocs moteurs que le Fiat 500X mais avec plus de choix dans les niveaux de puissance. En essence le 1,6l de 110 ch et le 1,4l MultiAir décliné en 140 et 170 ch, côté Diesel, l’offre comprend le 1,6 Multijet 120 et le 2,0l Multijet de 140 et 170 ch. Nous nous sommes intéressés à la version Multijet 120 en deux roues motrices, une version qui représente la majorité des ventes dans l’hexagone. Contact enclenché, on ne peut passer à côté du niveau sonore qu’il dégage. Heureusement son agrément fait basculer la note. Plutôt creux sous les 1.700 tr/mn, il monte vite en régime au delà avec un couple généreux de 320 Nm. Les 1.390 kg du SUV sont ainsi menés sans difficulté avec des reprises correctes. En ville ou sur route, ce moteur nous a convaincus et sa boîte de vitesses manuelle à six rapports est agréable à manier. Mais il y a un mais, la consommation s’est montrée plus importante que d’autre SUV de puissance égale. Même si nous n’avons jamais dépassés les 8 l/100 km, notre consommation mixte s’est établie à 7 l/100 km avec une bonne partie de parcours routier. Si vous effectuez de la nationale vous vous rapprocherez des 6l/100 km mais dès lors que l’on prend l’autoroute, la note grimpe. Sur ce plan, le 500X doté du même bloc fait mieux, les kilos en moins et l’aérodynamisme y sont pour quelque chose. En terme de liaisons au sol, le Renegade rempli bien son rôle malgré sa structure, il se montre efficace au détriment d’un confort un poil ferme. Les adeptes de franchissement où les résidents de régions froides pourront se tourner vers les versions quatre roues motrices ou Trailhawk avec des angles d’attaque jusqu’à 30,5 degrés et différents systèmes de traction pour une adhérence optimale.

Jeep Renegade Limited - Essai Vivre AutoLes tarifs du Renegade s’échelonnent entre 18.950€ (1,6l 110 essence-Sport) et 35.550€ (2,0l Multijet 170-Trailhawk Advanced). Avec le 1,6l Multijet 120 en deux roues motrices il débute à 21.650€. Notre finition intermédiaire Limited affichée à 27.450€ semble assez complète, elle offre la climatisation automatique, les jantes en alliage 17″, le régulateur et limiteur de vitesse, l’aide au démarrage en côte, le système de navigation à écran tactile et affichage 3D UConnect 6.5″, le Bluetooth, le freinage d’urgence, l’avertissement de franchissement de ligne avec correction, les vitres latérales surteintées et la sellerie cuir. Mais il faut cependant ajouter des options mesquines tels que l’allumage automatique des feux (75€), le détecteur de pluie (75€) ou encore la caméra de recul (260€)…

Conclusion

Le nouveau Renegade marque l’entrée de Jeep sur le segment des SUV compacts et c’est plutôt réussi. Habitable, polyvalent et bien équipé, il s’intègre parfaitement dans cet important marché en offrant du choix dans ses transmissions et ses moteurs. Reste son style, coup de cœur pour certains, mitigé pour d’autres.

 

Autres articles

Laisser un commentaire