Essai Citroën C4 Cactus PureTech 110 S&S : l’essence à l’honneur

On ne peut pas dire que ce C4 Cactus manque d’originalité ! Sous ses faux-airs de crossover compact il affiche un style inédit et une forte présence. Des feux de jour à LED placés haut comme sur le Picasso, des passages de roues marqués et surtout ce qui le caractérise le plus, de drôles de protections en plastiques disponibles en quatre teintes. Il aura fallu trois ans d’études et dix brevets pour concevoir ces AirBump qui devront résister tout au long des années. Et il faut dire que c’est réussi, ça ne surcharge en rien le style de la voiture et lui offre une teinte bi-tons. Fini les coups de porte désagréables des parkings… Basé sur la plateforme de la Peugeot 2008 et non de la C4, ce Cactus affiche un poids plume. La première version du catalogue ne dépasse même pas la tonne !

L’intérieur est tout aussi original. Les passagers sont accueillis par de larges sièges moelleux en velours très bien conçus. En version boîte automatique, ils se rejoignent façon banquette pour plus de convivialité. On ressent un sentiment d’espace à bord de ce Cactus. Très épurée et plutôt bien finie, la planche de bord accentue cette impression. Un grand écran tactile multimédia de 7 pouces livré de série sur tous les modèles regroupe l’ensemble des commandes audios, de navigation, des réglages véhicules et la climatisation. La planche de bord est ainsi épargnée d’une multitude de boutons et répond parfaitement à la question de la publicité « Pourquoi les tableaux de bord des voitures sont-ils si compliqués ? ». Mais lorsque vous devez régler l’air conditionné par exemple, il faudra quitter la route des yeux. Dépourvu de compte-tours, l’écran situé derrière le volant est très lisible. Plusieurs détails ne nous ont pas échappés, comme par exemple la boîte à gants. Spacieuse, elle s’ouvre par le dessus ce qui rend son accès pratique, le conducteur peut même l’ouvrir facilement sans se pencher avec la poignée proche. Tout ceci est possible grâce à l’implantation de l’airbag passager dans la garniture du toit (première mondiale) et l’absence de buse de ventilation compensé par une grille plus large au centre. Les contre-portes et les poignées sont inspirées de la maroquinerie et le toit panoramique ne dispose pas de velum en raison d’un traitement spécifique du verre. Enfin, le volant qui n’est malheureusement pas réglable en profondeur, seulement en hauteur, est plat sur les parties supérieures et inférieures.

L’objectif d’obtenir un poids réduit sur la balance entraîne quelques concessions. Et c’est la modularité et la vie à bord qui en font les frais. Les passagers arrière ne peuvent malheureusement pas baisser leurs vitres mais seulement les entrebâiller de quelques centimètres comme sur une voiture trois portes.  La banquette arrière est quant à elle en un seul bloc et les assises sont fixes. Elle se rabat quand même, mais n’offre pas plus de possibilité que ça. Pour les couples avec un enfant il faudra oublier le transport d’objets longs. Le coffre offre un volume de chargement généreux de 348 litres, son accès est difficile en raison d’un seuil de chargement placé haut, une double ouverture aurait été idéal. Mais si ces éléments ne sont pas essentiels pour vous, le C4 Cactus vous séduira car il répond aux exigences des clients avec un habitacle fonctionnel, une facilité d’accès aux commandes et une multitude de rangements.

Le Citroën C4 Cactus est proposé avec trois moteurs essence, les PureTech de 75 ch, 82 ch, 110 ch et deux Diesel, HDi 92 ch et BlueHDi 100 ch. Notre essai s’est porté sur le PureTech 100 ch qui commence sa carrière chez PSA justement sur le Cactus. Ce bloc trois cylindres 1,2 l développe  110 ch à 5.500 tr/mn et un couple de 205 Nm à 1.500 tr/mn. Avec seulement 1.020 kilos sur la balance,  notre modèle épineux est animé avec brio par cette motorisation. Le turbo délivre un couple suffisant dès le début de la courbe de régime et les reprises sont correctes malgré une boîte aux rapports longs. En ville comme sur route ce moteur nous a convaincus, et la surprise n’est pas finie. Annoncée à 4 l/100 km par le constructeur, la consommation moyenne de notre essai s’est révélée aux alentours de 6 l/100 km. C’est une excellente note au vu des performances. Seul bémol, le Stop&Start engendre quelques vibrations mais on s’y habitue vite. Qu’en est-il du comportement routier ? Encore une fois, grâce à sa modeste charge, notre Cactus s’est montré très agile avec très peu de roulis en virage. Bien sûr il ne s’agit pas d’un véhicule à connotation sportif et moins dynamique qu’un Peugeot 2008 mais pour autant sécurisant. Le freinage est bon et la direction très précise.

Disponible à partir de 13.950€, le C4 Cactus se positionne très bien en se rapprochant du prix des citadines. Il offre de base le régulateur de vitesse, la tablette tactile, le système audio MP3 4HP avec prise USB et Jack, les vitres et rétroviseurs électriques. Les tarifs des autres finitions sont proches d’un Peugeot 2008.

Conclusion

Le Citroën C4 Cactus s’est créé sa propre catégorie à lui tout seul. Si vous adhérez à son look, il ne peut que vous séduire par son confort, son espace de vie, sa simplicité, et son poids contenu. Il semble, au vu de son agrément et de sa consommation réduite, que le PureTech 110 soit le meilleur choix.

 

Autres articles

  • Essai Renault Captur dCi 90 : de l’audace !Essai Renault Captur dCi 90 : de l’audace ! Il a fier allure ce Renault Captur ! Mais est-il agréable au quotidien ? Réponse dans notre essai.   Vous le croisez régulièrement sur les routes, le nouveau Renault Captur démarre […]
  • Essai Nissan Juke dCi 110 Connect EditionEssai Nissan Juke dCi 110 Connect Edition Nissan a toujours été le précurseur des SUV/Crossover compact, un marché important en France. Cela a démarré avec le Qashqai, puis le Juke. Ce dernier, récemment restylé, est-il […]
  • Essai Fiat 500X 1,6l Multijet 120, un crossover de plus !Essai Fiat 500X 1,6l Multijet 120, un crossover de plus ! En France, le marché des crossovers est le plus important comme en témoignent les volumes de ventes avec en tête le Renault Captur suivi du Peugeot 2008. Fiat ne souhaite pas passer à […]

1 commentaire

  1. Bruno dit :

    Superbes photos !!

Laisser un commentaire