Essai Peugeot 2008 2016 BlueHDi 100, un leader qui s’affirme plus

Le crossover citadin français à succès s’offre un nouveau look et de nouveaux équipements. Essai Peugeot 2008 2016 BlueHDi 100.

essai Peugeot 2008 2016

essai Peugeot 2008 2016

Avec sa nouvelle face avant et ses protections de passages de roues, le Peugeot 2008 renforce son image de crossover.

Le 500.000ème Peugeot 2008 a été livré cet été, un chiffre qui met bien en évidence le succès commercial rencontré par ce modèle. Pour être plus précis, près de 600.000 unités ont été produites depuis son lancement en 2013. Deuxième de son segment en Europe devant un certain Renault Captur, il arrive à mi-carrière, c’est l’occasion pour le constructeur Sochalien de lui redonner un coup de pinceau ! A l’origine, le 2008, qui remplace au final la 207 SW dans la gamme, se voulait être un crossover urbain, moins haut sur pattes que ses rivaux, il s’apparente surtout à un break surélevé. Depuis la montée en flèche des ventes de SUV urbains et afin de s’adapter au marché fleurissant, les designers ont souhaité renforcer le look du 2008 en lui collant un style plus typé baroudeur. En observant en détails cette nouvelle version, on constate en effet qu’il y a du changement, plus particulièrement concernant la face avant. Plus expressive, cette dernière accueille une nouvelle grille de calandre, plus verticale et plus haute qui semble avoir été scalpée. Le lion, présent initialement sur capot la rejoint en son centre. Les optiques sont quelques peu retouchées avec l’intégration d’un masque noir. De profil, les ailes ont été élargies, et pour renforcer le côté crossover, les passages de roues sont maintenant encadrés par des protections noires. Enfin, les feux arrière sont différents, laissant apercevoir maintenant trois griffes lumineuses, comme sur la Peugeot 208 restylée.
essai Peugeot 2008 2016En haut du tableau une nouvelle finition rejoint la gamme, il s’agit de la GT Line, déjà connue sur d’autres modèles du constructeur. Le look change,  les cerclages des antibrouillards, les coques de rétroviseur et les barres de toit échangent leurs chromes contre des plastiques noirs et le sabot de protection arrière reçoit une canule d’échappement rectangulaire. Pour notre essai nous disposions du troisième niveau de finition Allure, celui à partir duquel, le 2008 se dote de sabots de protection gris, de jantes diamantées de 16 pouces et des nouveaux entourages de passages de roues. Les vitres arrière sont surteintées (110€) et la teinte de carrosserie, Emerald Crystal, est quant à elle inédite.

essai Peugeot 2008 2016

Offrant déjà une bonne présentation, l’habitacle ne connait pas d’évolution si ce n’est l’arrivée de nouvelles selleries.

A bord, le restylage est plus discret. De nouvelles selleries ont fait leur apparition et c’est tout. La présentation originale de la planche de bord avec le I-Cockpit et le petit volant ont su séduire les acheteurs. Il ne fallait donc rien changer, d’autant que la qualité des matériaux et des assemblages est de bonne facture. Au final seuls deux équipements viennent s’ajouter à la dotation, une caméra de recul et l’Active City Brake, un freinage d’urgence automatique lorsque la voiture n’excède pas les 30 km/h. Ces deux systèmes sont facturés respectivement 260 et 300€ en option. A vivre, le 2008 est facile à prendre en main, la visibilité périphérique est bonne, l’ergonomie est bien pensée dans l’ensemble et le système multimédia est idéalement situé. Ce dernier dispose maintenant, dès la finition Allure, de la fonction Mirror Screen, compatible avec les deux géants du smartphone, MirrorLink (Android) et Apple CarPlay. A l’arrière, l’espace dédié aux passagers est correct mais certains rivaux du segment sont plus spacieux. La garde essai Peugeot 2008 2016au toit est en revanche plus importante que dans une 208. Le coffre libère entre 350 et 1.194 litres de chargement, un chiffre qui le situe dans la moyenne de la catégorie, son seuil de chargement bas et son plancher plat obtenu en rabattant la banquette arrière lui vont en sa faveur. Le cache-bagages n’est toujours pas relié au hayon, il faut le lever manuellement. Ce détail, ou plutôt cet inconvénient est volontaire de la part de Peugeot, qui met en avant la possibilité d’accéder au coffre depuis les places arrière, même en roulant. Certes c’est pratique, mais les usagers passent essentiellement par le coffre. Un détail qui aurait pu être corrigé lors de ce restylage. Sachez que certains ont eux même installés un système.

essai Peugeot 2008 2016

Avec son poids contenu (1.160 kg), le 2008 BlueHDi 100 dispose d’un bon agrément général pour un petit appétit.

Déjà remaniée avant le restylage, la gamme de motorisation est reconduite. Sous le capot le choix s’effectue entre les trois cylindres PureTech déclinés en 82, 110 et 130 ch et en Diesel les quatre cylindres BlueHDi 75, 100 et 120 ch. Avec un couple de 230 Nm disponible dès 1.750 tr/mn, le BlueHDi 100 dispose d’assez d’énergie pour animer le crossover urbain, en ville, comme sur autoroute avec des reprises suffisantes. Si à basse allure, ce bloc se montre discret et peu vibrant, il impose néanmoins ses vocalises lors des montées en régime. La boîte de vitesses à cinq rapports est bien étagée malgré un cinquième rapport long, son maniement mériterait toutefois d’être plus agréable. Malheureusement aucune boîte automatique n’est proposée, seule une boîte pilotée est réservée à la clientèle professionnelle. Très sobre, cette mécanique cœur de gamme semble être le bon choix si vous parcourez beaucoup de kilomètres, les moyennes relevées durant notre essai le démontrent, avec moins de 6l/100 km sur autoroute et 4,2 l/100 essai Peugeot 2008 2016km sur voie rapide. Au contraire si vous roulez occasionnellement, mieux vaut se tourner vers les motorisations essence qui ne sont pas non plus gourmandes. Le 2008 restylé conserve les mêmes aptitudes sur route, avec un comportement routier très sain, une excellente motricité, peu de roulis, un bon compromis qui ne gâche en rien le confort à bort. Sans être un franchiseur, il peut bénéficier du fameux Grip Control, une assistance à la motricité qui, à partir de programmes, permet de rouler sur des terrains difficiles. Si ce dispositif, combiné obligatoirement à des pneumatiques M+S vous tente, sachez qu’il n’est facturé que 300€ en option, à l’inverse, il vous sera imposé sur les finitions hautes…

Ce nouveau Peugeot 2008 affiche des tarifs en hausse entre 50 et 750€ selon les versions qui s’accompagnent dans la majeure partie des cas d’équipements supplémentaires (MirrorLink, toit panoramique…). Il est disponible à partir de 16.050€, le moteur BlueHDi débute quant à lui à 21.000€ avec le second niveau de finition Active.

Conclusion

Ce restylage qui concerne principalement l’esthétique du 2008, le rajeunit un peu plus en lui conférant un look plus baroudeur qui devrait plaire auprès du public. La qualité de sa présentation, ses moteurs efficients et son comportement routier de haut niveau lui permettront de conserver son succès commercial.

Nos photos : essai Peugeot 2008 2016 BlueHDi 100 Allure – Emerald Crystal métallisée

 

Autres articles

Laisser un commentaire