Essai Toyota GT86 200 ch, elle donne le sourire

Leader sur le segment des voitures hybrides, le géant japonais propose aussi dans sa gamme un coupé sportif. Essai Toyota GT86.

Essai Toyota GT86 - Vivre-Auto

Essai Toyota GT86 - Vivre-AutoChez Toyota il n’y a pas que des voitures « écolos » ! Fruit d’un partenariat avec Subaru, la GT86 replonge le constructeur dans le domaine des sportives, un secteur abandonné depuis la fin de la commercialisation de la Celica en 2006. Lancée il y a maintenant plus de trois ans, nous avons pris son volant pour savoir si elle valait toujours le coup !
Ce coupé 2+2 n’a rien à voir avec les autres modèles de la marque nippone. Avec son allure sportive et ses lignes fluides, il ressemble à quelques détails près à sa jumelle la Subaru BRZ. La face avant est très expressive avec une calandre élargie particulièrement mise en valeur. Les ailes sont galbées, la poupe reçoit un becquet ainsi qu’une double sortie d’échappement au sein d’un diffuseur. Un logo spécifique à pistons est présent sur les flancs. Sept teintes de carrosseries sont proposées, bleu, rouge, noir, gris clair ou foncé, orange et blanc nacré mais un seul modèle de jante (17 pouces) est au catalogue, les mêmes que sur la BRZ. Il est toutefois possible d’ajouter un peu de personnalisation avec différents stickers ou des caches de rétroviseur imitation carbone. Enfin, pourquoi avoir choisi le nom GT86 ? Et bien pour deux raisons, ce patronyme rend tout d’abord hommage à la Corolla Levin AE86 mais il fait aussi référence au rapport alésage-course du moteur à plat (86 x 86 mm) ou encore au diamètre des sorties d’échappement.

Essai Toyota GT86 - Vivre-AutoEn s’installant à bord, on retrouve la même philosophie qu’à l’extérieur. La sportivité est de mise à commencer par les sièges baquets en tissu (cuir et chauffants en option-1.600€) garnis de surpiqûres rouge, que l’on retrouve aussi sur l’intérieur de la jante du volant, le soufflet du levier de vitesses ou encore sur le frein à main. Ce dernier occupe, par ailleurs, la place idéale sur ce genre de véhicule. Les plastiques imitent le carbone, certaines commandes s’apparentent à des boutons d’aviation et le compte-tours est bien mis en évidence. L’ensemble est bien présenté et cette atmosphère donne tout de suite envie de prendre la route. De série, la GT86 offre un écran tactile de 6 pouces intégrant le Bluetooth, une prise USB et une auxiliaire. Pour 700€, vous pouvez ajouter un système de navigation Europe. L’ergonomie ne nous a pas posé de problème, on reprochera juste une chose, le fait que le régulateur de vitesse soit solidaire au volant. Côté habitabilité, les places arrière sont seulement destinées au dépannage ou à de jeunes enfants. Le coffre dispose d’un volume de chargement de 243 litres, suffisant pour partir en week-end.

Essai Toyota GT86 - Vivre-AutoLa GT86 est dotée d’un moteur quatre cylindres à plat Boxer, qui délivre 200 ch à 7.000 tr/mn et 205 Nm à 6.400 tr/mn aux roues arrière via un autoblocant. Ce type de mécanique permet de faire baisser le centre de gravité. Si sa conception provient de Subaru, Toyota a ajouté sa pierre à l’édifice avec l’intégration de deux injecteurs distincts. Cette technologie, appelée DS-4S  renforce la puissance et le couple sans faire grimper les consommations. Sur le papier, le 0 à 100 km/h est réalisé en 7,6 secondes et la vitesse de pointe atteint les 226 km/h. En pratique, pour disposer de tout le potentiel de ce bloc il faut monter dans les tours entre 5.000 et 7.400 tr/mn. Sur cette plage, la sonorité rauque est accentuée et on retrouve un tempérament sportif. La position de conduite est parfaite avec un volant presque vertical et la commande de boîte est très agréable avec des verrouillages fermes. Pour 1.500€ vous pouvez opter pour une boîte automatique à convertisseur de couple. Avec 1,2 tonne sur la balance, une répartition des masses idéale (53% avant/47% arrière), un freinage aussi performant qu’endurant et une direction très précise, ce coupé n’attend qu’une chose, répondre à vos sollicitations. Le train avant s’inscrit parfaitement en courbe et le châssis se montre particulièrement stable, un vrai régal. Mais pour encore plus de sensation il faut actionner le mode sport qui permet d’obtenir de légères dérives tout en conservant un « ange gardien », l’ESP intervenant plus tard. Juste à côté de ce bouton, on trouve la commande « ESP off » où là cette fois, vous serez seule maître du véhicule.

Essai Toyota GT86 - Vivre-AutoSi vous souhaitez rouler au quotidien avec la GT86 sachez que nous avons relevé des consommations plutôt raisonnables, entre 7 et 7,5 l/100 km sur autoroute et 6 l/100 km sur route. Sur ces types de parcours, le sixième rapport est appréciable en limitant le niveau sonore. Avec la monte de 17 pouces, le confort est bon, les irrégularités de la chaussés sont filtrées très correctement.

On termine par la case budget, la Toyota GT86 est affichée à partir de 31.390€ avec un malus de 3.000€. Avec la boîte automatique, la note passe à 32.990€ et 2.200€ de malus. Avec une seule finition, la dotation en équipements est intéressante, feux au xénon, accès et démarrage sans clé, climatisation automatique bi-zone, régulateur de vitesse, Bluetooth… En plus des options citées plus haut, on retrouve les radars de stationnement arrière pour 350€.

Conclusion

Cette Toyota GT86 a le mérite d’exister car elle remplit parfaitement son rôle, idéale pour les amateurs de propulsion comme pour les débutants. Si ses performances ne sont pas du niveau d’une traction à turbo, on retient surtout qu’elle nous a fait décrocher un sourire plus d’une fois, le plaisir passant avant les performances.

 


Autres articles

  • Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 ch, fidèle à ses origines !Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 ch, fidèle à ses origines ! Le Mazda MX-5 est le cabriolet le plus vendu après d'un million d'exemplaires écoulés depuis son lancement en 1989. Fort attendue depuis sa présentation fin 2014, la nouvelle génération […]
  • Essai Peugeot RCZ R : comme Radicale !Essai Peugeot RCZ R : comme Radicale ! Tant attendue, voici la Peugeot RCZ R, autrement dit le modèle le plus puissant jamais produit par le constructeur. L'attente vallait-elle le coup ? C'est toujours un réel plaisir de […]
  • Essai Peugeot RCZ THP 200 restyléeEssai Peugeot RCZ THP 200 restylée Le coupé 2+2 du lion fête ses trois ans et pour l'occasion le constructeur lui a accordé un léger lifting. Nous avons choisi de prendre le volant de la version THP 200 ch en attendant la […]

2 Commentaires

  1. lee dit :

    Et bien il faut vraiment pas avoir l’habitude de conduire des voitures pas sportive pour avoir du plaisir avec cette voiture qui ne peut plus être considéré comme sportive en 2016, y a 10 ans oui, mais aujourd’hui pas du tout.
    Cette voiture n’a même les performances d’un voiture de 200 ch actuel mais plutôt 170 ch maximum essence voir diesel, c’est dire.
    Autant prendre une bmw si on veut une propulsion joueuse ou autre, mais avec de bien meilleures performances.
    A part son look, en France a plus de 30000 euros, elle ne peut pas avoir un succès commercial, a 20000 euros oui.
    Je l’ai essayé, et c’est vraiment trop fade, amorphe pour conduire des voitures de plus de 200 ch voir 300 ch.
    On est toujours obligé de chercher le couple et même dans les tours qui est nulle part, en 2016, il faut arrêter.
    Une nissan silvia ou 200 sx de 20 ans en donne bien plus et optimisable bien plus facilement.
    Et en atmosphérique, la S2000 même plus cher fait encore référence.
    Quand aujourd’hui on a une mustang de 314ch(5,8 sec 0.100 km/h) pour 35000 euros et bientôt une camaro de 275 ch(5,3 sec 0.100 km/h) qui sera encore plus performante et propulsion avec des performances qui n’auront rien avoir avec la gt86 ou subaru avec des tarifs très proches en plus, et un plaisir de conduite qui sera a des années lumières des gt86 et aussi un statut que ne pourra jamais donné toyota ou subaru a leur modèle gt86,etc…
    Une grosse déception pour beaucoup au final en France.
    J’ai un voisin qui a acheté une de gt86 blanche, il l’a vite revendue pour les mêmes choses.
    C’est la qu’on voit que l’époque ou toyota était capable de faire des supra biturbo est bien loin.
    Il faudra attendre que toyota se réveille et arrête de penser qu’ a ses hybrides et reviennent aux voitures sportives enfin avec de réelles performances car aujourd’hui on ne peut plus dire qu’une voiture est sportive si elle est propulsion uniquement avec un moteur et des performances indigne de 2016 ou futures même par les temps qui courent de répression.

    • Jejeme dit :

      A en lire votre commentaire vous ne connaissez ce qu’est le sport auto. Vous parler de Mustang 2.3 ecoboost comme une sportive !!!! Elle n’a rien de sportif, juste de la puissance et plein d’électronique pour faire croire au conducteur qu’il est un pilote hors norme, peut-être faites-vous parti de ces gens.
      Avec la GT86 ou la sub, il faut cravacher pour l’emmener là où le tempérament sportif se fait sentir. Une voiture sportive n’est pas forcement une voiture puissante, vous semblez preferer la puissance en pensant qu’elle rend une voiture sportive. Le plaisir de conduite n’est pas à des années lumière comme vous semblez le penser au contraire, il est primitif afin de donner l’impression de maitriser la voiture et ne pas être un assister qui tient un volant pendant que l’ordinateur s’agite dans ces calculs et que vous vous disiez « bon dieu que je conduis bien ». Tout le monde est capable de faire partir le cul d’une mustang donc tout le monde est un pilote de course hors paire ?
      « Une grosse déception pour beaucoup au final en France. », Maîtrisez-vous vraiment le sujet dont vous parlez ? Pourquoi voyons peu de GT86 en france ? Parce que de plus en plus de kékos préfèrent justement d’acheter une bmw serie 3/5 des années 20000 (car ils ont pas les sous pour les nouvelles) et faire croire qu’avec leurs 20d ils peuvent prendre n’importe qui sur la route. Le plaisir n’est pas quelque chose que l’on acquiert en battant quelqu’un, ça c’est de la satisfaction. Le plaisir est par définition une sensation agréable et recherché et se trouve seul quand il s’agit d’automobile.
      « J’ai un voisin qui a acheté une de gt86 blanche, il l’a vite revendue pour les mêmes choses. » Encore un mouton qui prend sa voiture blanche…
      « voitures sportives enfin avec de réelles performances car aujourd’hui on ne peut plus dire qu’une voiture est sportive si elle est propulsion uniquement avec un moteur et des performances indigne de 2016 ». Encore une fois performance ne rime pas avec sportivité !!!!!Un SQ3 n’as rien de sportif ! Une Mustang non plus ! Par contre une 205GTi l’est…
      La GT86 est un état d’esprit, Flat 4, propulsion, différentiel à glissement limitée, le freinage qui lui faut, le chassis qu’il lui faut, le comportement d’une sportive mais vous n’avez pas cet état d’esprit, vous avez celui d’un kékos en 20d faisant croire qu’il s’y connait en voiture, pas étonnant que la GT86 n’est pas de succès en france vu la mentalité des personnes qui aiment les « sportives »
      A bon entendeur

Laisser un commentaire