Essai Fiat 500L Trekking 1.6 Multijet 105

Le marché des crossovers ne cesse d’accroître avec de plus en plus de modèles. Fiat ne déroge pas à la règle en offrant une version baroudeur de sa 500L.

Reprenant le look et le nom de la mini citadine 500, la 500L se considère comme un monospace urbain. Il existe aujourd’hui deux autres versions, la 500L Living, qui offre deux places supplémentaires dans son coffre et la 500L Trekking avec son look baroudeur. Mais cette dernière n’est tout simplement qu’une finition à part avec l’ajout de divers éléments esthétiques. Rehaussée de 13 mm, la Trekking est aussi plus longue de 12 cm et plus large de 1,6 cm. En cause, des boucliers avant et arrière plus imposants, des élargisseurs d’aile et des protections de pare-chocs effet aluminium. Elle se pare également de jantes an alliage spécifiques de 17 pouces. Enfin, la teinte de carrosserie peut-être disponible en bi-colore comme sur notre modèle d’essai avec l’association Cappuccino beige et Gelato blanc. Tous ces éléments lui confèrent une allure de crossover et c’est plutôt réussi ! On distingue facilement cette version de celle de base qui parait pour le coup un peu plus fade.

 A l’intérieur, rien ne change, ou presque. Seul l’ajout d’un bouton sous le levier de vitesse est propre à cette version Trekking. Il s’agit du mode Traction+, un système qui améliore la motricité des roues avant jusqu’à 30 km/h en transférant le couple de la roue qui adhère le moins à l’autre roue. A bord, c’est très lumineux, surtout si vous vous laissez tenter par le très vaste toit panoramique (option à 800€) ou panoramique ouvrant (1.100€). La planche de bord bi-ton reprend la teinte de la carrosserie. Globalement la présentation est soignée, mais on aurait aimé un écran tactile un peu plus grand et que l’ordinateur de bord sous les comptes-tours soit un peu plus valorisant. Concernant l’ergonomie, rien à dire, les différentes commandes sont faciles d’accès. Les rangements ne manquent pas à l’appel ! Double boîte à gant, porte-gobelets, bacs de porte… Mais un détail semble avoir échapper au constructeur, il n’y a pas de possibilité de poser son téléphone portable dans la console centrale. Dommage pour les utilisateurs de smartphones qui devront alors opter pour un support. Autre remarque, le volant se règle en hauteur mais pas en profondeur. La position de conduite est tout de même agréable, tout comme l’espace à bord à l’avant comme à l’arrière avec notamment une banquette coulissante sur 10 cm. Les passagers arrière disposent de tablettes de type aviation. La modularité est l’un des points forts de la 500L, le volume de chargement peut passer de 455 litres à 1.480 litres avec une multitudes de configurations possibles. La banquette arrière se replie en 1/3 2/3 et les sièges sont repliables en portefeuille. Le plancher de coffre offre trois positions permettant d’obtenir un plancher plat. Et cerise sur la gâteau, le siège avant passager se rabat, il est alors possible d’emporter des objets jusqu’à 2,40 mètres de long. La Trekking est au même prix que la 500L en finition Lounge mais avec moins d’équipements : climatisation manuel, régulateur de vitesse, autoradio avec écran tactile et fonction Bluetooth ou prises USB/Auxiliaire. Auquel s’ajoute les options suivantes : Climatisation automatique, allumage automatique des feux et détecteur de pluie, radars recul (pack 450€), GPS et téléphonie Bluetooth (500€), système audio Beats (650€), sièges avant chauffants (200€)…

La 500L Trekking est disponible avec toutes les motorisations de la gamme. En essence le 1.4 de 95 ch, le 0.9 TwinAir de 105 ch et le 1.4 T-Jet de 120 ch. L’offre Diesel comprend le 1.3 Multijet de 85 ch, le 1.6 Multijet de 105 ch et maintenant le 1.6 Multijet de 120 ch. Nous avons souhaité essayer le cœur de gamme, le Multijet 105 ch. Avec 1.375 kg sur la balance, le quatre cylindres offre des performances suffisantes pour faire avancer l’italienne. Même s’il ne se montre pas dynamique il est à l’aise en ville comme sur route. Il peut se montrer juste si vous voyagez régulièrement à plusieurs ou chargé. Le 1.6 Multijet 120 sera alors un meilleur choix. Annoncé à 4.7 l/100 km, la consommation moyenne durant notre essai était comprise entre 5 et 6 l/100 km, c’est plutôt une bonne note. Le système Stop&Start nous a revanche moins convaincus du fait de sa lenteur. Nous aurions aimé aussi que la boîte de vitesses soit pourvue de débattements moins longs. La direction est douce et la fonction « City », qui l’a rend encore plus légère, présente un réel agrément pour les manœuvres. Le rayon de braquage court est également agréable tout comme l’excellente visibilité. Dans les virages, le Trekking se comporte plutôt bien, on regrette juste un léger manque de maintien latéral des sièges. Le confort est de mise avec de bonnes filtrations des irrégularité de la chaussée. Nous avons essayé le système Traction+ et constaté qu’il ne s’agissait pas d’un simple gadget. On remarque ainsi une différence sur les chemins gras ou glissant où la motricité s’est révélée meilleure.

Conclusion

La Fiat 500L Trekking n’est pas qu’une version de plus dans un catalogue, elle offre un réel intérêt. Vendue à partir de 19.250€, elle se positionne ainsi confortablement dans le segment des crossovers, son habitabilité et sa capacité de chargement sera son point fort par rapport à la concurrence. Le 1.6 Multijet 105, facturé seulement 1.000€ de plus que le 1.3 185 ch, semble être le meilleur compromis. Pour les adeptes des transmissions intégrales, il faudra patienter, une version 500X est prévue.

 

Autres articles

Laisser un commentaire