Essai Alfa Romeo Giulietta JTDm 150

Commercialisée depuis 2010, l’Alfa Romeo Giulietta profite d’un restylage pour continuer sa route dans un segment qui ne cesse de se moderniser. Est-ce suffisant ?

Voilà quatre ans que la compacte italienne sillonne les routes avec plus de 210 000 unités vendues dans le monde. En attendant l’arrivée de trois nouveaux modèles dans la gamme, Alfa Romeo offre un restylage à sa belle pour qu’elle puisse encore faire face aux dernières compactes du marché. Au programme, quelques retouches et un nouveau moteur. Seuls les amateurs de la Giulietta pourront la différencier de l’ancien modèle, les designers n’ayant que très peu retouché le style. Et c’est tant mieux, car il est vrai que ses lignes n’ont pas vieillies, elle est toujours aussi séduisante ! Qu’est ce qui change ? La partie avant reçoit une nouvelle grille de calandre, la barrette horizontale supérieure est ainsi supprimée, les feux anti-brouillard reçoivent un cerclage chromé et de nouvelles jantes en alliage aux coloris inédits (Perla, Bleu Adriatico et Bronze) sont proposées. Et c’est tout !

A bord, les changements sont bien plus nombreux. A commencer par les garnitures qui voient leur qualité monter d’un cran. La planche de bord et les contre-portes reprennent la teinte des sièges. Ces derniers sont aussi inédits et offrent un meilleur maintien latéral. Le volant est nouveau, avec un insert chromé en forme de V qui rappelle la calandre. Sur l’ancien modèle certains boutons étaient fragiles en raison de leurs formes, ce n’est maintenant plus le cas, ils ont été remplacés par des boutons plus cossus. Mais la grosse nouveauté est l’emplacement de l’écran multimédia. Habituellement situé au dessus de la planche de bord, il se trouve maintenant dans la console centrale laissant place à un emplacement de rangement. Deux versions existent, la première U-Connect (écran 5 pouces) regroupe l’interface audio (radio, CD, MP3) avec streaming Bluetooth et lecture des SMS. Avec l’option GPS, l’écran passe à 6,5 pouces. Ce système de navigation est bien plus moderne que le précédent, il offre des cartes 3D et la reconnaissance vocale, pratique ! De nouveaux équipement ont été ajoutés au catalogue, comme le détecteur de pression des pneus et les radars de stationnement avant. On oublie donc la caméra de recul, la détection d’angle mort, le régulateur auto-adaptatif… divers équipements que l’on retrouve dans les dernières compactes du marché. Mais le charme de cette italienne et ses magnifiques sièges nous le font vite oublier. La Giulietta conserve toujours ses points faibles, des rangements quasi inexistants, pas de possibilité de poser son téléphone, la qualité décevante de certains plastiques et sa garde au toit réduite pour les passagers arrière.

Sous le capot, l’ensemble des moteurs bénéficient d’une mise à jour et voient leurs rejets de CO² diminués. Mais le constructeur italien ne s’est pas arrêté là, puisqu’il introduit dans la gamme un nouveau moteur Diesel, le 2.0 JTDm 150. Basé sur l’ancien 2.0 JDTm de 140 ch, ce quatre cylindres développe dorénavant 150 ch (+10ch) et un couple de 380 Nm (+30 Nm) à 1.750 tr/mn. Ce qui frappe dès les premiers mètres effectués c’est l’insonorisation qui a été particulièrement travaillée.  Ce bloc moteur est très polyvalent grâce à sa souplesse d’utilisation et son couple disponible très tôt. Quel que soit le rapport engagé il se montre volontaire. Et cela ne fait pas pour autant grimper la consommation ! Par rapport au précédent JTDm 140 la moyenne annoncée par le constructeur baisse de 0,3 l/100 km. Après plusieurs centaines de kilomètres mélangeant tout types de parcours nous avons réalisé une moyenne juste en dessous des 6l/100 km. Avec seulement 110 g/km de rejets de CO², ce moteur échappe au malus. La Giulietta est toujours équipée du DNA, ce sélecteur à trois positions, Natural, Dynamic et All Weather offre trois modes de conduite. Le mode Dynamic apporte une réponse à l’accélérateur plus franche et une direction plus ferme que le mode Natural enclenché par défaut. Enfin, pour les routes enneigées le mode All Weather interagit entre la direction et l’ESP renforcé. Côté liaisons au sol, aucune amélioration n’a été apporté et c’est logique. La Giulietta dispose d’un comportement routier irréprochable, les routes sinueuses sont faites pour elle ! Le confort n’est pas pour autant mis de côté.

Conclusion

Certes ce restylage est léger et nous nous attendions à plus de nouveautés, mais c’est toujours un réel plaisir de prendre le volant de la Giulietta. Son look indémodable et son nouveau moteur sans reproche fait d’elle une excellente compacte. Mais ses tarifs placés un peu haut lui font reproche faces aux dernières nouveautés. Elle se rattrape avec la possibilité d’opter pour une extension de garantie de 5 ans kilométrage illimité.

 

Autres articles

  • Alfa Romeo Giulietta, Restylage pour 2014Alfa Romeo Giulietta, Restylage pour 2014 Commercialisée en 2010, l'Alfa Romeo Giulietta arrive en mi-carrière. C'est l'occasion pour le constructeur de lui refaire une beauté, plutôt discrète du moins pour l'extérieur. La […]
  • Essai Alfa Romeo Giulietta 1.4 MultiAir 170 TCTEssai Alfa Romeo Giulietta 1.4 MultiAir 170 TCT Dans un monde où la transmission à double embrayage séduit de plus en plus d’automobilistes, Alfa Romeo propose dorénavant sa boîte TCT sur la Giulietta. Présente depuis deux ans sur le […]
  • Essai Alfa Romeo Giulietta JTDM 105Essai Alfa Romeo Giulietta JTDM 105 Appellation mythique, nouvelle plateforme, design alléchant… Alfa Romeo s’est fixé pour objectif de reconquérir le marché des berlines compactes avec sa Giulietta. Est-elle à la hauteur du […]

Laisser un commentaire