Essai Fiat Tipo 2016 5 portes, une compacte pleine de surprises !

Absent pendant deux ans sur le segment C, le constructeur italien refait son entrée avec un nouveau modèle plein d’arguments convaincants. Essai Fiat Tipo 2016.

essai Fiat Tipo 2016

essai Fiat Tipo 2016

Cette nouvelle compacte a suscité l’intérêt des passants pendant notre essai.

Disparue du catalogue du constructeur italien en 2014, la Fiat Bravo n’a pas connu de remplaçante. Pourtant le segment C, celui des berlines compactes, est très en vogue en France puisqu’il est situé au deuxième rang juste derrière le B (citadines). Mais pour Fiat pas question de tirer définitivement un trait, après deux ans d’absence, le trou est comblé avec l’arrivée d’un nouveau modèle qui reprend l’appellation de la compacte des années 80, la Tipo. Disponible dans un premier temps en version tricorps (quatre portes), cette nouvelle berline se décline à présent en cinq portes avec hayon, une variante bien plus sollicitée dans l’hexagone. A la rentrée elle sera aussi disponible en break. Empruntant la plateforme de la 500 X, la Tipo est longue de 4,37 mètres, large de 1,78 mètre pour un empattement de 2,64 mètres.
essai Fiat Tipo 2016Au premier abord on n’est pas déçu par le design général. Sans faire dans l’originalité, l’italienne affiche un style élégant et moderne. Séduisante ? C’est bien possible, car l’ensemble des avis des passants étaient positifs à son égard lors de nos séances photos. Nos deux modèles à l’essai était présentés avec le troisième niveau de finition Easy qui se démarque par des jantes alliage de 16 pouces (17 optionnées ici), des joncs chromés apposés sur la calandre, au pied des vitres et autour des antibrouillards. Les feux de jour avant à LED, les poignées de porte chromées et les rétroviseurs couleur carrosserie font partis de la dotation dès le second niveau Pop. Certains de ces éléments peuvent être ajoutés sur les finitions basses par le biais d’un pack style (500€).

essai Fiat Tipo 2016

Si la présentation intérieure n’est pas le point fort de la Tipo, elle se rattrape avec son habitabilité et ses équipements.

A bord, une seule harmonie foncée est proposée. La planche de bord est recouverte d’un garnissage moussé et les contre-portes d’un tissu doux. Le reste des matériaux n’est pas du niveau de certaines concurrentes généralistes mais cet habitacle reste dans l’ensemble bien fini. Le volant et les différentes commandes sont communs avec d’autres modèles du groupe, ils garantissent une bonne ergonomie générale à l’exception des commandes de vitre un peu trop éloignées. Les compte-tours avec affichage centrale TFT pilotable depuis le volant ainsi que le système multimédia viennent moderniser l’ensemble. Dès la deuxième finition, ce dernier repose sur un écran tactile Uconnect de 5 pouces qui passe à 7 pouces sur les niveaux supérieurs. S’il y a plus réactif et plus intuitif sur le marché, cet écran, compatible Apple CarPlay, est néanmoins bien situé et les différents menus sont accessibles par des commandes raccourcis. Contre 500€, il embarque la navigation Europe TomTom, ainsi qu’une caméra de recul (Pack Tech, de série sur Lounge). La liste des équipements disponible est assez complète, Bluetooth, aide au démarrage en côte, limiteur de vitesse, régulateur de vitesse adaptatif (dès 30 km/h), freinage d’urgence (de 7 à 200 km/h)… Si l’on doit pinailler, on regrette l’absence de climatisation bi-zone ou bien l’accès et le démarrage sans clef.
essai Fiat Tipo 2016Le volant, réglable en hauteur ainsi qu’en profondeur et l’amplitude des réglages du siège conducteur qui peuvent, au passage, recevoir un réglage électrique des lombaires, ou lorsqu’il sont garnis de cuir, une fonction chauffage (750€), permettent de trouver sa position de conduite idéale. Le passager, lui, ne pourra pas régler sa hauteur d’assise sauf si vous avez acquis la finition haute. A l’avant l’espace peut paraître étroit en largeur en raison de la forme de la console centrale, en revanche à l’arrière il y a de la place pour deux adultes, aux jambes comme à la tête avec une très bonne garde au toit. Le coffre, d’une contenance de 520 litres sur la version cinq portes, libère ici 440 litres de chargement et sa forme carré est pratique. Un chiffre très bien placé dans la catégorie, qui sera plus conséquent avec l’arrivée prochaine du break (550 litres). La banquette arrière se rabat en 60/40 mais ne forme pas de plancher plat. Une prise 12v était présente sur notre version.

essai Fiat Tipo 2016

La gamme de motorisation de la Tipo est comprise entre 95 et 120 ch en essence comme en Diesel, avec aussi une offre GPL.

Pour animer sa compacte, le constructeur italien propose à l’achat quatre motorisations. En essence, un 1.4l de 95 ch et un 1.4l T-Jet de 120 ch qui sera disponible aussi en version GPL. En Diesel, les niveaux de puissance sont semblables avec les 1.3l et 1.6l MultiJet de 95 et 120 ch. Pour cet essai nous avions pris en main deux Typo, équipées des deux blocs de 120 ch.
Le 1.6l MultiJet développe 120 ch à 3.750 tr/mn et un couple de 320 Nm à 1.750 tr/mn. Souple et volontaire il offre assez de ressources pour déplacer la Tipo en toute circonstance. De plus, à bord, le niveau sonore est bien maîtrisé. Un peu moins vigoureux à bas régime mais vivant dans les tours, le bloc 1.4 T-Jet (120 ch à 5.000 tr/mn, 215 Nm à 2.500 tr/mn) s’associe parfaitement, lui aussi, à la compacte en se montrant encore plus discret aux oreilles. Les boîtes mécaniques à six rapports de nos modèles ne disposaient pas d’étagements trop longs comme c’est parfois le cas, le levier offre un guidage précis sauf sur l’enclenchement du deuxième rapport. Une boîte à double embrayage sera de la partie fin 2016 sur le bloc Diesel (DCT-1.500€). Au chapitre consommation, sur un parcours principalement routier, le T-Jet affichait un peu de plus de 7 l/100 km, contre un litre de moins pour le MultiJet. essai Fiat Tipo 2016En ville, la Tipo est agréable à manier, surtout si vous actionnez le mode City qui allège la direction. L’amortissement typé ferme garantit tout de même un bon niveau de confort, et ce malgré notre monte de 17 pouces. Mais c’est sur les routes sinueuses du Tarn où nous avons été surpris par les qualités dynamiques de l’italienne. Avec la pluie comme accompagnement, nos enchaînements de virages ont permis d’observer un comportement routier très sain, une faible prise de roulis et de la stabilité sur les appuis. La version essence se montrant encore plus agile. Le freinage est efficace et la direction précise bien qu’elle manque un peu de consistance.

essai Fiat Tipo 2016

Une compacte au prix d’une citadine, ça vaut le coup de s’y intéresser !

Mais l’atout principal de cette nouvelle Tipo, c’est son placement tarifaire très bon marché. C’est simple, elle affiche des tarifs calés sur le segment inférieur des citadines. Comprise entre 13.990 et 22.490€, la gamme est cohérente, avec quatre moteurs et quatre finitions, tous séparés par un écart de 1.500€. La dotation selon les niveaux est également intéressante. Le moteur 1.6l MultiJet 120 est affiché à partir de 19.490€ et le 1.4l T-Jet 120 à 18.490€. Démuni de Stop&Start, ce dernier réclame toutefois un malus de 250€ (139 g/km). Si certains la considère comme une voiture low cost (Dacia Logan), la Tipo ne joue pas du tout dans la même cour, nous ne ferons donc aucune comparaison.

Conclusion

En réintégrant le marché des berlines compactes, Fiat marque un grand coup avec sa nouvelle Tipo qui a de sérieux atouts pour trouver preneur. Le bilan est donc positif pour cette nouvelle compacte qui va à l’essentiel et qui s’avère être une bonne affaire !

Nos photos : essai Fiat Tipo 2016 1.4 T-Jet 120/1.6 MultiJet 120 Easy (avec options) – Bronze Magnetico métallisée

 

Autres articles

Laisser un commentaire