Essai Kia Sorento 2,2l CRDi 200 BVA, un SUV familial visant le premium

Le SUV familial coréen vise le premium avec une montée en gamme importante. Qu’en est-il au quotidien ? Essai Kia Sorento.

Essai Kia Sorento - Vivre-Auto

Kia Sorento 2015 - essai Vivre-AutoLancé en 2002, le Kia Sorento en est à sa troisième génération cette année. Considéré comme un gros SUV familial, il affiche des proportions encore plus généreuses que son prédécesseur. Il gagne 95 mm pour une longueur de 4,78 mètres et 5 mm pour une largeur de 1,89 mètre. Seul la hauteur diminue de 50 mm. En l’observant on ne peut que constater qu’il en impose ! Selon les designers il s’apparente à un loup des rues du fait que sa face avant fait référence au regard de l’animal. Même si on n’a pas ressenti forcément cette comparaison, on constate en tout cas que de l’extérieur, ce gros SUV fait haut de gamme et malgré son gabarit il reste élégant. Si la partie arrière reste classique, le profil parait élancé avec une ceinture de caisse haute et l’avant témoigne de son originalité notamment avec la grille de calandre au motif de losange tridimensionnel.

Kia Sorento 2015 - essai Vivre-Auto

La première impression que l’on a en s’installant à bord est claire, le Sorento monte en gamme avec une présentation qui tend vers le premium. La planche de bord est joliment dessinée, les matériaux sont de bonne facture et les assemblages sans reproche. On observe la présence de plastique moussé dont la partie supérieure reçoit une imitation de surpiqûres du plus bel effet. Les compte-tours sont particulièrement bien visibles avec l’indication de la vitesse bien mise en avant. Un petit détail sympathique, les témoins de ceinture de sécurité sont incrustés dans le bloc de climatisation. Nous avons tout de même trouvé un élément peu flatteur, l’éclairage manuel des pare-soleil sous forme de boutons préhistoriques. Globalement, à l’avant on s’y sent très bien avec une Kia Sorento 2015 - essai Vivre-Autohabitabilité spacieuse et des sièges confortables. Bref on adhère ! Le Sorento dispose d’une liste d’équipements impressionnante, notre modèle et sa deuxième et dernière finition comprend la sellerie cuir avec sièges avant électriques, chauffants et ventilés, les sièges arrière chauffants, le volant chauffant, l’accès et démarrage sans clef, le hayon électrique à ouverture main libre, l’assistance au démarrage en côte, le détecteur d’angle mort, l’alerte de franchissement de ligne, le régulateur adaptatif, la reconnaissance des panneaux, une caméra à 360°, le park assist… Enfin, un grand toit panoramique fait parti du lot, s’ouvrant sur une grande partie. Petit bémol concernant l’affichage de l’écran multimédia de 8 Kia Sorento 2015 - essai Vivre-Autopouces qui aurait gagné à être de plus grande taille ou alors plus tourné vers le conducteur. Il offre un système de navigation avec sept ans de mise à jour incluse, le Bluetooth ainsi qu’une connectique auxiliaire et USB. Réactif, il ne nous a pas posé de problème d’utilisation, ce qui est aussi le cas pour l’ensemble des commandes, bien positionnées, elles favorisent l’ergonomie. On passe à l’arrière avec deux rangées de sièges puisque le Sorento est livré en sept places de série. La première dispose de sièges indépendants, coulissants et inclinables, de quoi satisfaire les occupants d’autant que l’espace est généreux et il n’y a pas de tunnel de servitude. Les deux places supplémentaires dissimulées dans le plancher du coffre sont indépendantes et relativement confortables, sur notre version une commande de ventilation était même présente. C’est un bon point, en revanche les plus de 1,80 mètre toucheront le toit et pour y accéder il faut obligatoirement Kia Sorento 2015 - essai Vivre-Autorentrer du côté droit du véhicule. La modularité ne pose aucun souci avec deux manettes aux extrémités du coffre qui replient la seconde rangée. Et lorsqu’on retire la plage arrière, un emplacement sous le plancher permet de la dissimuler. Quid du volume du coffre ? En configuration cinq places il offre 605 litres de chargement, ce qui est honnorable. Ce chiffre s’étant à 1.642 litre banquette rabattue. Il n’y a qu’en sept places qu’il faudra se contenter des 142 litres. Les rangements sont nombreux à bord, que ce soit à l’avant avec un porte-lunettes, des bacs de portes, un logement sous l’accoudoir, au second rang où on trouve des poches aumônière ou même à la dernière rangée avec des espaces sur les côtés. Très accueillant, nul doute que le Sorento peut se considérer comme un vrai SUV familial.

Kia Sorento 2015 - essai Vivre-AutoA conduire, cette nouvelle génération est très agréable. Elle embarque un unique bloc quatre cylindres 2,2l Diesel de 200 ch et 441 Nm de couple qui offre de bonnes reprises et des accélérations franches. Ne vous attendez pas à des performances extraordinaires, avec 1,850 tonne sur la balance, mais il semble être idéal si vous voyagez à plusieurs. Nous disposions d’une version à boîte automatique à six rapports, mais une boîte manuelle peut aussi être de la partie. Elle effectue très bien son travail avec des passages de rapports des plus doux. Cette transmission ajoute au SUV un sélecteur de mode de conduite qui propose trois choix, Normal, Eco ou Sport. Autre fonction bien pratique, l’Auto Hold, qui vous permet de libérer le pied sur le frein à l’arrêt. Cependant nous avons détecté qu’elle était incompatible avec le stop&start, explications. En s’arrêtant à un feu par exemple, le moteur s’arrête, logique. Mais si vous avez préalablement enclenché la fonction Auto Hold et que vous lâchez le frein afin que la voiture continue de freiner automatiquement, le moteur va redémarrer, annulant ainsi l’action du stop&start. Donc si l’on souhaite profiter de l’Auto Hold il faut désactiver le stop&start, soit deux pressions à effectuer à chaque fois, car le véhicule ne mémorise pas votre dernier choix… Sur le plan des liaisons au sol, le coréen se montre sécurisant mais ce n’est pas un véhicule Kia Sorento 2015 - essai Vivre-Autodynamique, vous vous en rendrez vite compte en étant ballotté si vous prenez rapidement un virage, les sièges n’offrant pas un maintien latéral suffisant de surcroît. En fait il privilégie plus le confort en se montrant performant sur ce point quel que soit le revêtement de la route et malgré nos jantes de 19 pouces. En ville le Sorento est relativement maniable et les manœuvres sont facilitées grâce à l’excellente direction, qui se montre aussi précise le reste du temps. L’insonorisation est bonne, particulièrement à vitesse stabilisée. A vérifier sur d’autres Sorento, mais à basse vitesse, sur route dégradée, on a constaté quelques bruits parasites de mobilier. Polyvalent, ce gros SUV profite d’une transmission intégrale avec un blocage de différentiel. Présente sur toute la gamme, elle permet de s’aventurer hors des sentiers battus ou de rassurer dans les régions enneigées. Annoncé à 6,7 l/100 km en mixte, la consommation moyenne établie durant notre essai était de 8,5 l/100 km. Sur route comptez 7l/100 km mais en ville près de 10 l/100 km…

Kia Sorento 2015 - essai Vivre-Auto

Tarifée à partir 43.990€ ou 49.990€ dans notre configuration haut de gamme, auquel il faut ajouter 3.000€ de malus (2.220€ en BVM), l’addition du Kia Sorento est plutôt salée. Mais il faut prendre en compte une chose, c’est qu’à l’achat vous sautez la case des options puisque tout est compris si ce n’est bien sûr la peinture métallisée. Un avantage que l’on ne retrouve pas chez la concurrence, tout comme la garantie sept ans… Il reste moins cher que ses rivaux allemands ou suédois mais au dessus du Renault Espace que l’on croisera bien sûr plus souvent sur nos route, ce dernier étant dépourvu de transmission intégrale et d’un moteur Diesel aussi puissant. Pour toucher plus d’acheteurs potentiels Kia proposera une version deux roues motrices plus légère et moins puissante, exempte de malus.

Conclusion

Le nouveau Kia Sorento n’a plus rien à voir avec son prédécesseur. Il met en avant les vertus haut de gamme du constructeur avec une présentation très soignée, des équipements au grand nombre et un soin apporté aux occupants. De quoi ravir les familles nombreuses.

 

Autres articles

  • Essai Volvo XC60 D4 Geartronic (BVA8)Essai Volvo XC60 D4 Geartronic (BVA8) Volvo s'est concentré sur la recherche et le développement de nouveaux moteurs plus économiques. Le premier d'une gamme portant le nom e-Drive est un moteur Diesel de 181 ch. Ce nouveau […]
  • Essai Renault Espace 5 dCi 160 Intens : le CrossPaceEssai Renault Espace 5 dCi 160 Intens : le CrossPace Monospace ou Crossover, le nouveau Renault Espace semble associer ces deux types de véhicules. Qu'en est t-il au quotidien ? Essai Renault Espace 5. Il aura fallu patienter pas moins […]
  • Essai Kia Soul EV, le premier crossover électriqueEssai Kia Soul EV, le premier crossover électrique Les voitures électriques se généralisent petit à petit en intégrant de nouveaux segments. C'est le cas de Kia qui fait de son premier véhicule zéro émission un crossover urbain. Essai Kia […]

Laisser un commentaire