Essai Toyota RAV4 2,0l D-4D 124

Essai Toyota Rav4 2,0l D-4D 124 - Vivre Auto Lancé il y a 20 ans, le Toyota RAV4, précurseur du marché des SUV en Europe, poursuit son chemin avec une quatrième génération. Il occupe toujours une place importante dans le monde des SUV compacts, depuis 1994 il s’en est vendu plus de 5 millions !

Pour cette nouvelle génération, le japonais voit ses dimensions évoluer. Par rapport à son prédécesseur il est plus large de 3 cm, plus bas de  2,5 cm et surtout plus long de 20 cm. D’apparence plus statutaire, il reprend les derniers codes stylistiques du constructeur avec un bouclier à la forme trapézoïdale, une calandre et ses feux étirés. Il se montre aussi beaucoup plus dynamique tout en conservant des lignes effilées.

Essai Toyota Rav4 2,0l D-4D 124 - Vivre AutoA bord, la planche de bord confirme l’impression de robustesse évoquée précédemment. Structurée en deux étages, elle est visuellement très agréable. Sur notre modèle en finition Lounge, du simili cuir la recouvre et c’est plutôt réussi. On aime aussi les décors en imitation fibre de carbone, la présentation est vraiment soignée. En revanche on dénote encore beaucoup de plastiques durs notamment sur les contre portes, les assemblages sont cependant de bonne facture. Autre reproche, une ergonomie pas toujours au top, avec des boutons placés trop bas qui obligent à quitter la route des yeux, ou encore la navigation dans les menus du système multimédia qui manque de simplicité. On apprécie l’emplacement haut de ce dernier.

Essai Toyota Rav4 2,0l D-4D 124 - Vivre Auto Avec un empattement en hausse de 10 cm, l’espace à bord a beaucoup progressé, les passagers arrière disposent d’un bon dégagement pour les jambes d’autant plus que le tunnel de transmission est dissimulé. Les dossiers s’inclinent pour encore plus de confort. L’ouverture du coffre par une porte latérale, c’est fini ! Le SUV japonais adopte le hayon, à ouverture électrique dès le deuxième niveau de finition. Ce dernier libère une capacité de chargement très confortable de 547 litres, en haut de la catégorie. Une fois les sièges rabattus, facilement via une poignée, on obtient un plancher plat et un volume total de 1.746 litres. Des espaces de rangement supplémentaires sont placés sous le plancher (30 litres sur version dépourvue de roue de secours), et un filet permet de poser des objets horizontalement. Le RAV4 brille ainsi au chapitre contenance/modularité.

Essai Toyota Rav4 2,0l D-4D 124 - Vivre Auto

Une fois installé à son volant on apprécie d’emblée la très bonne position de conduite. Moteur en route via le démarrage sans clé, on constate tout de suite que les ingénieurs ont très bien travaillé sur l’insonorisation. On le confirme aussi après plusieurs kilomètres. La précédente génération ne proposait pas de moteur Diesel en dessous de 150 ch. Aujourd’hui l’offre comprend toujours le 2,2 D-4D de 150 ch, mais complété du 2,0 l D-4D de 124 ch. C’est une bonne nouvelle d’autant plus que ce bloc est une réussite. Avec un couple de 310 Nm dès 1.600 tr/mn la mécanique est volontaire et souple, elle convient parfaitement au SUV nippon. La boîte de vitesses manuelle à six rapports est bien étagée. Sur le plan économique, son appétit est plutôt mesuré avec une moyenne établie sous les 6,5 l/100 km. Notons que le Stop&Start est discret et rapide. La sécurité est de mise avec plusieurs équipements comme la détection d’angle mort ou l’avertisseur de changement de file. Le comportement routier est sain, mais en conduite dynamique le RAV4 atteindra vite ses limites, là où certains deEssai Toyota Rav4 2,0l D-4D 124 - Vivre Auto ses concurrents comme le Mazda CX-5 sont plus à l’aise. Les suspensions filtrent avec brio les irrégularités de la route, le confort est un des ses points forts. Enfin, la direction est légère, mention spéciale au rayon de braquage relativement court.

Le Toyota RAV4 équipé du D-4D 124 en deux roues motrices, la version la plus vendue, débute ses tarifs à 26.690€. Avec des rejets de 127 g/km de CO², aucun malus ne vous sera réclamé à l’achat. La finition Life (second niveau) facturé 29.590€ semble être un bon compromis, elle offre en série le coffre à ouverture et fermeture électrique, le détecteur de pluie et l’allumage automatique des phares, la caméra de recul, l’accès et le démarrage sans clé et le système audio CD Toyota Touch 2 (écran tactile 6.1″, Kit Bluetooth, prises auxiliaire et USB). Dans cette configuration, le SUV se positionne correctement face à la concurrence.

Conclusion

Beaucoup plus grand, le nouveau Toyota RAv4 correspond parfaitement à un usage familial, il répond ainsi à la demande. Confortable et surtout très accueillant il propose même la transmission intégrale avec le Diesel D-4D 124. Ce moteur nous a convaincus et s’associe parfaitement au SUV. C’est avec ces atouts qu’il peut se différencier d’une concurrence de plus en plus étendue.

 


Laisser un commentaire