Essai Renault Twingo TCe 90 Edition One

La Renault Twingo de troisième génération semble à première vue original et complètement inédite par rapport aux versions précédentes. Mais est-elle agréable au quotidien ?

C’est en 1993 que la première génération de Renault Twingo fait son apparition sur nos routes. A cette époqueRenault Twingo 3 - essai sur Vivre Auto elle bouleversait le marché des petites citadines avec sa petite taille et son vaste espace intérieur. Mais quelques années plus tard, en 2007, la deuxième génération a pris le relais avec un style bien plus classique et elle se fondait dans la masse des nombreuses concurrentes… Pour ce troisième épisode, le constructeur français s’est lancé le défi de réinventer la Twingo pour revenir à l’esprit original de la première version. Grâce au partenariat avec Smart, la nouvelle Twingo adopte une architecture à moteur arrière qui laisse place à de nombreux avantages. Mais commençons par son style. Moins longue de 10 cm que sa devancière, la nouvelle Twingo gagne pour autant deux portes supplémentaires pour les passagers arrière. Les poignées sont dissimulées  dans le montant des fenêtres comme sur la Clio. Son design fait référence au passé, Renault Twingo 3 - essai sur Vivre Autonotamment pour la partie arrière qui n’est pas sans nous rappeler une certaine R5. Et c’est plutôt réussi ! Avec sa bouille sympathique elle se montre robuste et dynamique. L’acheteur peut même personnaliser l’extérieur avec trois décors au choix, blanc, bleu ou rouge, présent sur les joncs de calandre, les protections de portes et les rétroviseurs. Ou encore des strippings latéraux (lignes de caisse) de différentes formes qui viennent habiller la carrosserie. Notre version est une série limitée Edition One, elle est dotée de jantes en alliages 16″ diamantées noir, de décor rouge et d’un stripping exclusif. Disponible avec une teinte de carrosserie blanche ou noir, ces différents éléments lui confèrent une petite touche sportive. En dehors de cette version, on retrouve, au catalogue, sept teintes et sept types de jantes de 15″ ou 16″.

Une fois la porte franchie, on s’aperçoit que l’effort apporté à l’extérieur se ressent également à bord. On estRenault Twingo 3 intérieur - essai sur Vivre Auto ainsi en présence d’un intérieur moderne et original. Mains ça ne s’arrête pas à ça. En effet le partenariat avec Smart a permit d’employer des matériaux de très bonne qualité comme en témoigne les plastiques. Il n’est plus question d’apercevoir le moindre bout de tôle comme c’était le cas auparavant. Comme pour l’extérieur, la personnalisation est également présente dans l’habitacle avec quatre types de décors possibles. Ainsi, les inserts du volant, le bandeau de planche de bord, le cerclage des aérateurs et divers éléments se parent de rouge, bleu, noir ou blanc. C’est aussi le cas pour la sellerie qui dispose de cinq configurations en fonction de votre choix. Les sièges avant avec appuie tête intégré au dessin original se montre relativement confortable. La position de conduite, un peu haute, est excellente et offre une visibilité optimale. On remarque juste que le repose pied est placé un peu trop haut. Pour offrir encore plus de cachet à cet intérieur, Renault propose en option un toit ouvrant en toile (1.000€).

Renault Twingo 3 intérieur - essai sur Vivre AutoAvec un empattement de 2,46 mètres, l’espace à bord est plus généreux de 33 cm de long sur le papier par rapport à l’ancienne Twingo. Mais ce n’est pas pour autant que l’habitabilité est plus importante. En raison de la présence du moteur à l’arrière, la fameuse banquette coulissante n’est pas reconduite et on est donc plus à l’étroit à l’arrière, avec un dossier plus incliné verticalement. Cela à également un impact sur le volume du coffre, il perd presque 100 litres de chargement ! D’une capacité de 188 ou 219 litres selon l’inclinaison de la banquette arrière, il passe à 980 litres une fois cette dernière rabattue (50/50). La Twingo se rattrape avec la possibilité de replier le siège avant passager en position tablette afin d’embarquer des objets longs (2,30 m). Alors bien sûr, avec la mécanique logé juste en dessous du plancher du coffre nous nous sommes demandés s’il n’était pas risqué de ramener des produits frais. Et bien n’ayez crainte, on sent à peine la chaleur c’est particulièrement bien isolé, le beurre n’est pas prêt de fondre. Pour le reste, l’ensemble de l’habitacle offre 52 litres de rangements répartis entre trois types de boîtes à gants (entre 5l et 6l), ouverte, fermée, extractible (sac textile), des bacs de portes avant (3l) et arrière, un rangement amovible en bas de la console centrale (2,6l), une console entre les sièges avant (2l) et un filet sous la banquette arrière pour les objets longs (29l).

Cette nouvelle Twingo est bien sûr mieux équipés que sa devancière, avec par exemple l’assistance au démarrageRenault Twingo 3 - essai sur Vivre Auto en côte (de série), le régulateur/limiteur de vitesse, la caméra de recul… En revanche, adepte de compte-tours, passez votre chemin ! Pour le multimédia, dès le deuxième niveau de finition (Zen), le constructeur vous offre le système R&Go, qui, via une application sur votre smartphone, comprend la navigation, le téléphone, la musique et les informations du véhicule ou encore un compte tours (vous pouvez revenir !). Un support vous est également fourni. Le deuxième système disponible est la tablette R-Link, elle ne nécessite plus l’usage de son smartphone. Il faudra tout de même débourser 1.000€ en plus de la finition haute pour en disposer. Dommage que cet équipement ne soit vendu que dans un pack (Pack Techno R-Link : 2HP et 1 caisson basse, prise USB, caméra de recul) et non disponible aux autres niveaux.

Renault Twingo 3 - essai sur Vivre AutoLa nouvelle Twingo est proposée avec deux motorisations essences, le premier, un trois cylindres de 0,999 l qui développe 70 ch, le second, un trois cylindres turbo de 90 ch. Notre modèle d’essai était équipé de ce dernier, déjà présent sur certains modèles comme la Clio ou le Captur, il a subi d’énormes modifications au vu de son implantation et de son inclinaison de 49°. Avec son turbo, il permet d’obtenir un couple de 135 Nm (contre 91 Nm pour le 70 ch) et offre des performances correctes. Le 0 à 100 km/h est abattu en 10.8 secondes pour une vitesse maximale de 165 km/h. En ville, la citadine est vraiment très agréable, la direction est légère, du à l’absence de moteur sur le train avant, et surtout le rayon de braquage est excellent ! Les roues braquent à 45°, un vrai régal pour les manœuvres. Ce trois cylindres est très en accord avec la voiture, il ajoute même un côté dynamique assez sympa, avec une sonorité agréable et des montées en régime franches. Si son terrain de prédilection est normalement la ville, lorsque l’on emprunte les routes à son bord, on se rend compte qu’elle est aussi à l’aise dans ce milieu. On peut le dire, la Twingo est polyvalente. Le comportementRenault Twingo 3 - essai sur Vivre Auto routier est irréprochable, malgré le poids contenu, moins d’une tonne, et la transmission aux roues arrière, nous avons constatés aucun mouvement de caisse. Les ingénieurs ont obtenus une répartitions des masses presque équitable, de plus, l’antidérapage réagit assez vite. Le confort est un peu plus ferme que sur l’ancienne génération surtout à basse vitesse en 16 pouces, une monte en 15 pouces est préférable si vous n’aimez pas ce type de conduite. Annoncée avec une moyenne de 4,3 l/100 km, la consommation durant notre essai était comprise entre 6 et 7 l/100 km. Un mode eco permet de réduire ces chiffres en interagissant sur l’accélérateur mais nous l’utilisions qu’en agglomération, car il gâche le côté dynamique. Le Stop&Start, livré de série avec cette mécanique, s’est montré sans reproche. Le freinage est efficace en toutes Renault Twingo 3 - essai sur Vivre Autocirconstances et la boîte de vitesses est douce avec des rapports qui s’enchaînent rapidement. L’année prochaine, Renault proposera sa boîte automatique à double embrayage. Et quel impact sur l’entretien ? La position du moteur implique quelques efforts supplémentaires pour contrôler le niveau d’huile ou faire les niveaux. Nous avons souhaités voir cela de plus prés, à commencer par le moteur. Une fois les deux couches de tapis de coffre et d’isolant enlevés, il faut dévisser six vis papillons pour dégager la plaque de fixation. On accède ainsi au moteur et à la tirette d’huile. Il faut alors se rendre à l’opposé de la voiture pour faire l’appoint des autres niveaux. A l’aide de deux tirettes dissimulées derrière deux caches en plastique aux extrémités du logo, on déverrouille le capot, qui glisse en le tirant vers soi. Il n’y a donc rien de compliqué mais cela demande un peu plus de temps que sur une voiture à moteur avant.

Vendue à partir de 10.900€ avec le petit moteur SCe 70 et la finition de base, la nouvelle Twingo offrira le minimum d’équipements à savoir l’ordinateur de bord, le limiteur de vitesse et la détection de pression des pneus. Donc pas de vitres électriques, ni de radio, ni de banquette rabattable… Le TCe 90 qui est le meilleur choix pour nous, est vendu à partir de 13.400€ (deuxième niveau Zen). A ce prix vous aurez en plus la climatisation manuelle, la banquette arrière 50/50, le système R&Go, les commandes au volant, les vitres électriques, les appuis tête arrière et le volant réglable en hauteur. Ajoutez 350€ pour le Pack City (radars de recul, rétroviseur Renault Twingo 3 - essai sur Vivre Autoextérieurs électrique) et 200€ pour le Pack Modularité (siège conducteur réglable en hauteur et passager rabattable). Pour 1.000€ de plus (14.400€), la finition haute Intens ajoutera les rétroviseurs électrique, le volant cuir, les jantes alliages 16″, le Pack Modularité, le régulateur/limiteur de vitesse, les antibrouillards, l’alerte de franchissement de ligne et les strippings latéraux « ligne ». Notre série limitée Edition One, est facturé 15.800€, elle est doté en plus des décors extérieurs rouge, du Coyotte Série, de la sellerie pack sport en cuir/tissu, du Pack Techno et le pédalier et pommeau de vitesse en alu. Par rapport à la concurrence, les tarifs sont proches des autres mini-citadines voir même en dessous avec le TCe 90 qui offre également plus de puissance.

Conclusion

Cette nouvelle Renault Twingo est une vrai surprise. Elle nous a séduit tout d’abord par son charme et sa personnalisation, mais surtout pour son plaisir de conduite. Le TCe 90 correspond tout à fait à un usage ville et route ce qui rend la citadine très polyvalente. Moins habitable que la précédente génération mais dans la moyenne de la catégorie, cette nouvelle citadine devrait vous séduire.

 

Laisser un commentaire