Essai Nissan Juke dCi 110 Connect Edition

Nissan a toujours été le précurseur des SUV/Crossover compact, un marché important en France. Cela a démarré avec le Qashqai, puis le Juke. Ce dernier, récemment restylé, est-il toujours d’actualité ?

C’est en 2009, au salon de Genève, qu’un concept car nommé Qazana préfigurait le futur crossover du constructeur et un an plus tard  le modèle de série entrait en production. Et il faut dire que son style décalé a fait énormément parler de lui. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas on retient surtout que Nissan a osé concevoir un véhicule qui sort du lot. Et le pari a été réussi puisque aujourd’hui on croise régulièrement le Juke sur nos routes. Après quatre ans de succès la firme nippone a jugé qu’il était temps de lui offrir un lifting. Qu’est ce qui change ?

La face avant conserve toujours ses trois étages d’éclairage mais les optiques supérieurs sont en forme de boomerang, un clin d’œil à la 370Z. Ils intègrent désormais des feux de jour à LED offrant une signature lumineuse. Les phares en cercle deviennent plus gros avec l’apparition de Xénons et donc de lave phares  sur la finition la plus haute (Tekna). Le cerclage en V autour du logo est plus large comme sur le nouveau Qashqai et la calandre se pare d’un nouveau dessin. Le bouclier est modifié déplaçant ainsi la disposition des antibrouillards.  On observe également l’arrivée de nouveaux rétroviseurs dotés de répétiteur de clignotant.

La poupe évolue elle aussi,  le bouclier arrière est inédit et plus sportif quant aux optiques, ils paraissent encore plus effilés. Comme pour l’avant, une signature lumineuse à LED est créée. Globalement, le Juke restylé conserve sa ligne générale et les quelques retouches lui confèrent plus de dynamisme et de modernité. On peut dire que c’est plutôt réussi !

Afin d’être en phase avec les dernières nouveautés du segment, le Juke est dorénavant personnalisable. Facturé 500€, le pack Créative Line, apporte de la couleur ! Selon la teinte de carrosserie choisie, vous pouvez opter pour du Rouge, du Jaune, du Noir ou du Blanc présent sur différents éléments. Sur les lames des nouveaux boucliers avant et arrière, le cerclage des feux avant, les jupes latérales, les coques des rétroviseurs et les bâtons des jantes inédites en alliage de 18 pouces. Trois nouvelles teintes de carrosseries viennent s’ajouter au six déjà existantes, le bleu Indigo, le rouge Toscane et le jaune Yuzu.

Essai Nissan Juke intérieur - Vivre AutoA bord, l’habitacle original est conservé avec toujours des éléments inspirés de la moto. A l’instar de la console centrale en forme de réservoir de moto ou encore la visière qui coiffe le tableau de bord. La personnalisation intervient également sur la console centrale, les surpiqûres des sièges et les contre-portes. Le Juke conserve ses défauts, des plastiques durs et surtout, un volant qui n’est toujours pas réglable en profondeur… Le catalogue enrichit son offre d’équipements. A commencer par le système multimédia Nissan Connect, plus moderne, il propose maintenant la connexion à votre smartphone et donne accès à plusieurs applications (réseaux sociaux, divertissement…), comme Google Online Search, qui vous aide à trouver votre destination selon plusieurs points d’intérêts. Pour la musique, il est possible désormais d’utiliser la fonction streaming Bluetooth. Le tout est pilotable sur l’écran tactile de 5,8 pouces, plus grand qu’avant mais petit face à la concurrence. La sécurité est accentuée avec de nouveaux systèmes, comme la détection des angles morts, ou d’objets en mouvement. Pour les manœuvres, au total quatre caméras vous facilitent la tâche avec une vision 360° (AVM-Vision 360), mention spéciale pour la vue sur la roue avant droite,Essai Nissan Juke intérieur - Vivre Auto idéal pour ne pas frotter la jantes à un trottoir. Enfin, pour offrir plus de luminosité dans cette habitacle, un vaste toit ouvrant panoramique à 950€ (de série sur la finition haute) est disponible.

Un des gros points faibles du Crossover nippon, c’était son volume du coffre. Avec 251 litres de chargement, c’était le mauvais élève de la catégorie. Le constructeur a donc réagi avec ce nouveau millésime en augmentant la capacité à 354 litres sur les versions deux roues motrices, soit environ 40% de plus. C’est pratique pour les courses et les voyages mais attention aux objets lourds avec le seuil de chargement placé haut. L’espace à l’arrière, lui, n’a pas évolué, les passagers ne seront toujours pas à leur aise.

Essai Nissan Juke - Vivre AutoLe Nissan Juke est proposé avec trois moteurs essences DIG-T 115 ch, 1.6L 117 ch (BVA), DIG-T 190 ch et un seul Diesel, le 1.5L dCi 110 ch. Rappelons que le Juke est également disponible en quatre roues motrices mais seulement avec le DIG-T 190 ch. Nous avons pris le volant avec le bloc Diesel, qui représente la majeur partie des ventes. Présent sur plusieurs véhicules chez Nissan et Renault, il nous a convaincu à bord du Juke. Suffisamment puissant pour tracter le crossover, il est agréable au quotidien en ville. Assez compact, notre Juke se faufile partout mais avec une visibilité réduite à l’arrière. Dommage que les deux premiers niveaux de finitions ne disposent et ne proposent pas d’aide au stationnement arrière. Associé à une boîte de vitesse mécanique à six rapports au bon étagement, le 1,5L dCi s’est montré plutôt sobre durant notre essai avec une consommation moyenne aux alentours des 6 l/100 km. Son usage n’est pas seulement limité à la ville, sur route, son confort et son insonorisation sont appréciables. Certes, avec 110 ch sous la pédale, ce n’est pas un foudre de guerre (0 à 100 km/h en 11.2 secondes) mais le Juke peut sortir de la ville sans problème. Le bon comportement routier est toujours de la partie avec un châssis très sain et un freinage efficace.

Notre modèle d’essai en finition Connect Edition est plutôt bien équipé, il dispose de quasiment tous les équipements à l’exception des phares Xénons, de la sellerie cuir, des sièges chauffants et du toit ouvrant panoramique, réservé à la finition supérieure Tekna. Equipé du 1.5L dCi 110, le Juke débute ses tarifs à 19.950€. En finition Connect Edition, comptez 22.750€. C’est un poil plus cher qu’un Renault Captur mais la dotation en équipement est plus importante et le français ne dispose que du dCi 90. Avec des rejets de seulement 104 g de CO² il échappe au malus.

Conclusion

Le Nissan Juke est un succès et depuis son début de carrière il ne cesse de nous le prouver. Ce lifting le rend encore plus séduisant et l’ajout d’équipements le remet au goût du jour face à une concurrence croissante. Alors si vous êtes charmés par son look et que vous faites abstraction de l’habitabilité et de la modularité il est fait pour vous.

 

Autres articles

  • Essai Renault Captur dCi 90 : de l’audace !Essai Renault Captur dCi 90 : de l’audace ! Il a fier allure ce Renault Captur ! Mais est-il agréable au quotidien ? Réponse dans notre essai.   Vous le croisez régulièrement sur les routes, le nouveau Renault Captur démarre […]
  • Essai Nissan Juke NismoEssai Nissan Juke Nismo Nismo pour "Nissan Motorsport", est la section sport du constructeur japonais fondée en 1964. Aucun modèle en Europe n'a connu cette déclinaison mais aujourd'hui le Juke est le premier à […]
  • Essai Nissan Juke dCi 110Essai Nissan Juke dCi 110 Le Nissan Juke apparait comme un concurrent des Peugeot 207 ou Renault Clio, tout en affichant un look de « Mini-SUV ». Qu’apporte-t-il par rapport à une classique citadine ? Nous allons y […]

Laisser un commentaire