Essai Opel Adam Slam 1.4 Twinport 87 : multiple personnalité

Opel s’offre une nouvelle image avec sa dernière création fun : essai Opel Adam !

Le marché des citadines chics ne cesse d’accroître, et le constructeur généraliste allemand compte bien en profiter aussi. L’Opel Adam, prononcée « AdamE » est la reine de la personnalisation, il n’existe pas moins d’un million de combinaisons possibles ! Au départ trois finitions s’offrent à vous, Jam (branché), Glam (féminine) et Slam (sportive), puis vous aurez le choix entre douze teintes de carrosserie, trois couleurs de toit, trois couleurs de coque de rétroviseurs et 5 couleurs de calandre. C’est déjà un bon début mais ce n’est pas fini. Il faut ensuite choisir son type de jantes 16, 17 ou 18 pouces parmi 30 modèles ! Oui vous avez bien entendu. Pour terminer le panel de personnalisations extérieures, le catalogue offre la possibilité d’ajouter différents stickers.  A bord, même constat. Pour la sellerie quinze types de cuirs et de tissus sont proposés, la console centrale, le bandeau de planche de bord et les panneaux de portes peuvent être habillés de dix-huit décors. Volant, pommeau de vitesse, levier de frein à main, tapis de sol et même le rétroviseur intérieur sont également personnalisable. Et cerise sur le gâteau, cinq ciels de toit dont certains sont éclairés avec des LED clôturent le catalogue. Vous l’aurez donc compris cette mini citadine est portée sur le choix mais certains acheteurs s’y perdent et doivent abandonner, c’est sûr.

Passons le chapitre présentation et intéressons nous maintenant à la voiture en elle même. Très séduisante sous tous les angles, cette Opel Adam est bien une mini-citadine par excellence et se situe sans problème en dessous de la Corsa. Son terrain de chasse est donc la ville avec ses 3,7 mètres de long. Une fois installé à l’intérieur on remarque que la qualité de fabrication est extrêmement sérieuse et c’est une belle surprise, c’est presque au niveau d’une Audi A1. La position de conduite est excellente et l’espace à l’avant confortable. Pour l’arrière en revanche c’est limité. Seuls des enfants pourront occuper les deux places, la Fiat 500 fait mieux dans ce domaine. Idem pour le coffre qui offre un volume de seulement 170 litres. L’Adam se rattrape avec son niveau d’équipement plutôt riche. En plus de la climatisation automatique, du régulateur de vitesse, de l’autoradio CD MP3 Bluetooth, l’Adam dispose aussi des sièges et du volant chauffant ! Très appréciable en cette saison. Les rétroviseurs extérieurs sont dotés d’un détecteur d’angle mort, une aide au démarrage en côte vous permet d’avancer tranquillement après un arrêt et un assistant gare la voiture en créneau tout seul. Et pour les autres manœuvres, une fonction « City » permet d’alléger la direction. Bref des équipements que l’on ne retrouve pas dans une citadine. Un écran tactile de 7 pouces permet de piloter le système multimédia IntelliLink. Déjà présent sur d’autres modèles de la gamme, il offre une connectivité avec votre smartphone en affichant le contenu de certaines applications sur l’écran. Par exemple pour le GPS il est nécessaire de télécharger l’application BrinGo. Plutôt innovant, ce système ne nous a pas spécialement convaincus, destiné uniquement au possesseur de smartphone Android ou Apple, son utilisation reste restreinte et le GPS souffre d’une mauvaise ergonomie. Notons juste que son prix est intéressant, 300€ sur Jam et de série sur Glam et Slam.

Sous le capot, Opel propose trois motorisations essence. Le 1.2 Twinport de 70 ch, et le 1.4 Twinport décliné en 87 ch et 100 ch. Notre modèle d’essai était doté du moteur qui représente le cœur de gamme le 1.4 de 87 ch. En ville la mécanique se montre particulièrement appréciable et disponible dès les bas régimes. La boîte manuelle de cinq rapports ne souffre d’aucune critique. Équipé d’un système Stop&Start, les consommations moyennes relevées en agglomération ne dépassaient pas la barre des 6l/100 km. Là où le quatre cylindres se montre moins convainquant c’est lorsque l’on quitte la ville. Sur route le moteur s’essouffle très rapidement et même si l’on monte dans les tours les reprises ne sont pas à la hauteur. C’est pareil pour l’acoustique, autant en ville l’Adam se montre silencieuse mais lorsqu’il s’agit d’emprunter une route c’est l’inverse. La consommation grimpe de 2l supplémentaires. Il n’est nul doute de dire que cette mini-citadine est exclusivement destinée à la ville comme son nom l’indique. Pour ce qui est des liaisons au sol, rien à dire. La petite allemande dispose d’un excellent comportement routier. Le confort est soigné mais ferme avec une monte de 18 pouces, ce qui n’est pas gênant et colle parfaitement au style de la voiture.

Avec une finition très soignée et une liste d’équipements pléthorique, combien coûte cette Opel Adam ? Pour la situer parmi les concurrents elle se rapproche tarifairement d’une Citroën DS3 ou d’une Fiat 500 mais reste en dessous des Mini et Audi A1. Accessible à partir de 10 990€ en finition de base, le prix passe à 16 050€ en finition haute et la note peut encore grimper avec l’ajout des options ou des éléments de personnalisation…

Conclusion

Championne de la personnalisation, la nouvelle Opel Adam est bien ancrée dans le rang des mini-citadines chics mais en fait peut-être trop avec son catalogue très garni. Malgré cela, elle reste très séduisante, bien finie et surtout bien dotée en équipements.

 

Autres articles

  • Essai Opel Adam S, la mini-citadine survitaminéeEssai Opel Adam S, la mini-citadine survitaminée Plus musclée, la version S de la mini-citadine allemande procure-t-elle de bonnes sensations ? Essai Opel Adam S.  Nous l'avions trouvée très séduisante lors de notre premier essai, […]
  • Essai Peugeot 208 1.6 e-HDi 92 AllureEssai Peugeot 208 1.6 e-HDi 92 Allure Essai du cœur de gamme de la citadine française.   La nouvelle 208 n'est pas une "continuité" de la 207. Son design est totalement différent, et reprend les derniers codes […]
  • Essai Opel Corsa 1.3 CDTi 95Essai Opel Corsa 1.3 CDTi 95 Après quatre ans de commercialisation, l’Opel Corsa profite d’un léger restylage, mais cette fois-ci principalement esthétique. La quatrième génération de la Corsa s’est vendue à plus […]

Laisser un commentaire