Essai Mazda 2 1.3 MZR 84 ch & 1.5 MZR 102 ch BVA

En France, le segment des citadines est vaste et il est difficile pour la petite Mazda 2 de se positionner dans le rang. Une seconde jeunesse lui est offerte, l’occasion pour nous de l’essayer en version essence.

vivre-auto-mazda-2-mzr-84-essai-21Déjà dynamique, la Mazda 2 restylée évolue visuellement légèrement et revendique un look plus sportif. La face avant adopte une nouvelle calandre qui reprend l’identité visuelle de la marque. La grille inférieure pentagonale se montre plus imposante avec des lignes plus sculptées, cela donne l’impression que notre petite citadine à le sourire. Les inserts d’antibrouillards adoptent une nouvelle forme plus généreuse. Pas de changement pour l’arrière qui conserve sa vitre de hayon plongeante vers le bas et ses feux débordants de la carrosserie. Le profil dévoile toujours une ligne de caisse ascendante. La palette de coloris s’étend et des nouvelles jantes de 15 et 16 pouces apparaissent au catalogue. Enfin en finition haute la petite japonaise se dote de jupes latérales et d’un béquet arrière.

« La série spéciale AO »

Pour le lancement de sa nouvelle motorisation 1.3 MZR 84 ch, Mazda a lancé une série spéciale baptisée « AO ». Ces deux lettres veulent dire « bleu » en japonais. Le constructeurs fait ainsi un rapprochement avec sa nouvelle teinte Aquatic Blue Mica. Cette déclinaison est disponible avec toutes les teintes.

Ce qui change à l’intérieur ne se remarque pas au premier coup d’œil. La Mazda 2 facelift adopte désormais un nouveau design des instruments de bord, les vivre-auto-mazda-2-mzr-84-essai-12cerclages rouges sont à présent argentés. La console centrale arbore dorénavant une couleur noir piano et de nouveaux matériaux plus résistants ont fait leurs apparitions. Une nouvelle boîte à gants est greffée, laissant disparaitre la zone creuse horizontale. L’intérieur reste sérieux, mais la qualité perçue n’est toujours pas du niveau de certaines concurrentes. Les assemblages sont quand à eux de bonne qualité. Une seule ambiance est proposée et certains trouveront l’ensemble trop sombre. L’ergonomie a bien été étudiée, grâce à la console centrale qui regroupe toutes les commandes. Elle est situé assez haute, tout comme le levier de vitesse présent à la base. Les rangements sont corrects, avec un bloc entre les deux assises avant assez classique mais appréciables, ainsi qu’une boîte à gant dotée d’un porte-revues. On ne peut pas loger beaucoup de choses, mais pour une citadine c’est suffisant. Au chapitre confort, l’espace à l’avant est agréable, quand à l’arrière deux adultes peuvent s’installer sans problème. Au chapitre multimédia, la 2 intègre un système audio CD/MP3 avec prise auxiliaire compatible iPod. Si l’on regarde ce que fait la concurrence, on peut lui reprocher l’absence de certains équipements comme le Bluetooth, la prise USB, ou encore le GPS intégré.  Enfin, le volume du coffre de 250 litres n’apparait pas comme un point fort. La banquette arrière peut bien sûr se rabattre pour gagner quelques dm3.

vivre-auto-mazda-2-mzr-84-essai-25Afin de répondre aux normes Euro 5, le constructeur japonais a du modifier et améliorer son offre moteur. Au catalogue nous retrouvons dorénavant deux moteurs essences, le 1.3 MZR décliné en 75 et 84 ch, et le 1.5 MZR de 102 ch. Le premier bloc voit ses émissions de CO² à la baisse de 5% et une amélioration de la consommation de l’ordre de 2%. Les ingénieurs ont modifié l’alternateur et augmenté les rapports de réduction de la boîte de vitesses. En Diesel, c’est toujours le 1.6 MZR-CD de 90 ch qui est proposé. Ce dernier voit ses rejets de CO² basculer de 112 à 110 g. Nous avons pris la route avec les 1.3 MZR 84 ch et 1.5 MZR 102 ch BVA.  Avec 84 chevaux et 121 Nm de couple, le petit 1.3 MZR s’en sort plutôt bien. Il faut dire que les 960 kilos de la Mazda 2 l’aident considérablement. En ville, son utilisation se montre agréable, mais dès lors que l’on souhaite s’insérer sur route ou doubler, il faut faire tomber les rapports, là où le 1.5 MZR est plus à l’aise. La boîte de vitesse mécanique à cinq rapports est de bonne facture, la transmition automatique, elle, ne contient que 4 vitesses. Cette dernière est à variation continue et reste toutefois agréable et sans à-coup, mais sonore lors des accélérations franches. Côté consommations, le 1.3 MZR 84 affichait une moyenne de 5,5 l/100 km en usage mixte, quand au 1.5 MZR boîte automatique la moyenne approchait des 8 l/100 km… En boîte manuelle comptez 1 voir 2 litres en moins. Notre choix se porte sur la version 84 ch, suffisante pour un usage essentiellement urbain. Si vous empruntez régulièrement les routes et autoroutes, le 1.5 MZR 102 vous apportera plus de confort. La transmission automatique est certes agréable en ville et dans les bouchons, mais elle engendre un surcoût non négligeable. En terme de tenue de vivre-auto-mazda-2-mzr-84-essai-37route, la 2 accroche parfaitement le bitume et s’avère vive. En revanche les prises de roulis sont assez importantes, on aurait aimé des sièges avant qui maintiennent un peu mieux. La direction est très appréciable, la petite citadine se manie aisément. Des améliorations ont été apportées sur la caisse et les suspensions améliorant ainsi le confort. Nous l’avons constaté, les irrégularités de la route sont très bien filtrées.

Notre version d’essai équipée du 1.5 MZR 102 est dotée de la finition « Dynamique », la plus haute. Facturée 17 100€, elle comprend plusieurs équipements, comme la climatisation automatique, l’allumage automatique des feux, les essuie-glaces à détecteur de pluie, l’ordinateur de bord avec alarme de vitesse, un lecteur CD MP3 avec 6 haut-parleurs et prise auxiliaire, le système de contrôle de stabilité (DSC), le régulateur de vitesse (pas sur BVA), le volant et levier de vitesse en cuir, les jantes alliages 16 pouces, un becquet et les jupes latérales. La série spéciale AO avec le 1.3 MZR 84, disponible uniquement en 5 portes, reprend les équipements de la finition moyenne « Elégance » en y ajoutant l’ESP, les phares antibrouillard Sport, un becquet arrière, des jupes latérales, les vitres arrière électriques, la climatisation automatique, et les jantes alliage 15 pouces. Facturé seulement 14 800€ c’est une bonne affaire, le gain est de 750€ par rapport aux équipements.

Conclusion

Même si l’on croise peu de Mazda 2 en France, on ne peut pas nier ses différentes qualités : légère, compacte, confortable, fiable, et abordable. Ce facelift lui a apporté une touche de fraicheur, mais de nouveaux équipements et une nouvelle harmonie intérieur n’auraient pas été de trop.

 

Autres articles

  • Essai Mazda 2 1.5l Skyactiv-G 115 : un bond en avantEssai Mazda 2 1.5l Skyactiv-G 115 : un bond en avant La nouvelle citadine japonaise n'a plus rien à voir avec la précédente génération. Est-ce que ce changement radical va dans le bon sens ? Essai Mazda 2. Tout juste commercialisée, la […]
  • Essai Mazda 2 MZR-CD 90Essai Mazda 2 MZR-CD 90 Petite citadine dynamique, la Mazda 2 essaye de s’imposer entre les Peugeot 207 ou autres Renault Clio sur le marché français. Que vaut-elle exactement ? La citadine de Mazda est loin […]
  • Essai DS 3 Cabrio restylée THP 165Essai DS 3 Cabrio restylée THP 165 Essai de la citadine cabriolet chic française, la DS 3 Cabrio restylée. C'est officiel, la marque DS s'est détachée de Citroën pour devenir un constructeur à part entière dans le […]

Laisser un commentaire