Essai Mazda CX-7 MZR-CD 173

Restylé en fin d’année dernière, le SUV de Mazda a également adopté un moteur Diesel, absent du catalogue depuis plus de trois ans !

Depuis son lancement en 2006 le CX-7 s’est donné une image de «SUV sportif» notamment grâce à son look plutôt réussi. En décembre dernier, la marque japonaise lance alors une nouvelle monture de son haut de gamme. Les points essentiels de ce restylage sont l’amélioration du confort, avec un habitacle plus travaillé et plus silencieux, la tenue de route, et l’écologie. Sur ce dernier aspect, il s’agit bien sûr de l’arrivée du nouveau moteur Diesel répondant à la norme antipollution Euro V. Enfin, le design a été modifié pour certains éléments.

vivre-auto-mazda-cx-7-mzr-cd-173-essai-03Depuis quelques temps Mazda donne une nouvelle image stylistique à ces dernières créations. A première vue, le SUV n’échappe pas à la règle ! Avec un design dynamique et sportif, et un côté luxueux, le succès est au rendez-vous. La face avant est très dynamique, elle adopte une calandre inférieure pentagonale et des antibrouillards inédits. Le montant A est devenu extrêmement plat. L’arrière est caractérisé par un bouclier plus important, des nouveaux feux à LED, un becquet, et une sortie d’échappement à canule chromée. Le profil comprend une ligne de caisse ascendante et des passages de roue proéminents. Notre modèle est équipé d’énormes jantes en alliage 19 pouces au caractère plutôt sportif. Nous retrouvons des moulures chromées au bas des portes, autour des vitres latérales, mais également à l’avant comme à l’arrière. Enfin, les vitres latérales arrières sont teintées. Globalement le CX-7 ne peut passer inaperçu aux yeux du public, et l’objectif de Mazda de rehausser l’attrait émotionnel du véhicule est bien sûr de rigueur.

vivre-auto-mazda-cx-7-mzr-cd-173-essai-27Une fois installé à bord, on remarque une ambiance sérieuse, et une bonne qualité de finition. Les garnissages à micro-perforations de la planche de bord sont de bonne facture même si les plastiques ne sont pas moussés. L’ensemble inspire la robustesse. La console centrale se pare d’un entourage en finition noir laqué et les ouïes de ventilations sont entourés de chrome. Le volant, repris des dernières Mazda 3 et 6 possède une jante fine, ce qui n’est pas gênant. Il est doté des commandes de régulateurs, de navigation, et de kit main libre. Les compteurs de vitesse sont simples, mais bien présentés avec un éclairage circulaire de couleur bleue. L’ergonomie est plutôt bien étudié, le CX-7 dispose d’un ordinateur de bord et d’un écran LCD haute résolution qui regroupe le GPS intégré et la caméra de recul. On déplore en revanche la taille de celuAu chapitre habitabilité, le SUV de Mazda est plutôt confortable et il invite aux longues distances. A l’avant la position de conduite est bonne et les grands gabarits s’y plairont. Les sièges électriques ont une fonction mémoire à trois positions. Seulement disponible en cinq places, le CX-7 ne peut accueillir deux personnes supplémentaire en dépannage, comme c’est le cas pour d’autres marques. Avec un volume de 455 litres, le coffre est dans la moyenne, et peut s’étendre jusqu’à 1 348 litres en rabattant la banquette arrière à l’aide de deux leviers. Le seuil de chargement peut paraître haut pour certains utilisateurs.Les espaces de rangements sont nombreux, sous l’accordoir 4,8 litres de volume est disponible.

vivre-auto-mazda-cx-7-mzr-cd-173-essai-32Mazda souligne ici encore son point fort, la richesse des équipements de série. La gamme est d’autant simplifiée puisqu’il n’existe qu’une finition, baptisée Performance. Nous retrouvons donc au programme : une climatisation bizone automatique, une sellerie cuir, des sièges chauffants, un toit ouvrant électrique, un GPS, un kit main libre Bluetooth, le système audio BOSE MP3 avec 9 hauts parleurs, la caméra de recul et les phares avant Xénons. Et bien sûr les éléments de sécurité ABS, répartiteur électronique de freinage (EBD), assistance au freinage d’urgence (EBA), contrôle dynamique de stabilité (DSC), anti patinage électronique (TCS), système de surveillance de la pression des pneus (TPMS) et le fameux RVM autrement dit le système d’alerte véhicule en approche qui s’avère efficace sur route. La navigation est simple et efficace et la caméra de recul très pratique. Il est étonnant par ailleurs de ne pas avoir mis de radar de stationnement avant, surtout avec un véhicule de ce gabarit. Enfin le lecteur multimédia permet la connexion d’une prise Jack, ou encore le streaming Bluetooth. Il manque toutefois la possibilité de connecter un lecteur audio sur une prise USB. La qualité de son est au rendez-vous avec le kit BOSE.

vivre-auto-mazda-cx-7-mzr-cd-173-essai-08Le MZR-CD est enfin arrivé sur le CX-7 ! Ce moteur Diesel à injection directe par rampe commune d’une cylindrée de 2 184 cm3 développe 173 ch à 3 500 tr/mn. Il est équipé d’un filtre à particules de nouvelle génération et répond à la norme Euro V. Même si l’insonorisation est bonne à l’intérieur, le moteur s’avère quand même bruyant à froid et à haut régime. Une fois lancée la mécanique offre un très bon agrément vers 2 000 tr/mn, en dessous le poids du véhicule se ressent. Les performances sont au rendez-vous et satisfaisante pour une voiture à usage principalement familiale. La boîte de vitesse est très bien étagée, mais les rapports sont trop fermes. Au passage, nous aurions aimé voir une transmission automatique au catalogue, comme sur la plupart des SUV. La direction életro-hydraulique est légère, très agréable et précise. Elle nous fait oublier les 1,8 tonne du CX-7 ! Avec son châssis dynamique, il est vraiment plaisant de conduire ce SUV. Les trains roulants sont rigoureux, et nous retrouvons une tenue de cap et une adhérence plutôt conséquente. Malgré une garde au sol de 200 mm le roulis n’est presque pas marqué. Le freinage est endurant avec des freins à disque ventilés à l’avant de 320 mm et à l’arrière de 325 mm. Doté de la transmission intégrale avec répartition active du couple, le passage en quatre roues motrices se déroule automatiquement si les conditions l’exigent. Le franchissement n’est bien évidemment pas envisageable pour autant. Les suspensions sont fermes mais bien amorties. La consommation mixte de notre essai est de 9,5 l/100 km pour un parcours mixte. Sur route, il est possible de descendre en dessous de 8 l/100 km mais en ville, il faut s’attendre à une moyenne oscillant entre 9 l et 10 l/100 km.

Conclusion

Le Mazda CX-7 a des atouts pour séduire une clientèle souhaitant bénéficier d’un véhicule sportif et familial. Certes le 2.2 l MZR-CD n’a pas comme vocation d’être un moteur de haut niveau, mais il convient parfaitement au SUV japonais. Outre le look et l’agrément de conduite, il est bon de noter également qu’à 36 950 € il est difficile de trouver un véhicule concurrent aussi bien équipé. Après plus de trois ans nous obtenons enfin une motorisation Diesel qui permet de satisfaire les acheteurs français. Prochaine étape : la transmission automatique !

 

Autres articles

Laisser un commentaire