Essai Hyundai i40 SW CRDi 141 DCT, en bon père de famille !

Arrivé à la moitié de sa carrière, le break coréen s’est offert un lifting pour s’affirmer de nouveau. Essai Hyundai i40 SW.

Essai Hyundai i40 SW CRDi 141 DCT

Essai Hyundai i40 SW - Vivre-AutoConcurrent des Peugeot 508, Citroën C5, Volkswagen Passat ou autre Ford Mondeo, la Hyundai i40 a vu le jour en 2011 et s’est offert un restylage l’année dernière. Nous avons pris le volant de la version SW, soit le break, pour savoir s’il était toujours dans la course.
Esthétiquement on remarque tout de même quelques différences. A commencer par la face avant qui s’allège visuellement avec la suppression du pare-choc centrale contre une nouvelle grille de calandre, qui nous rappelle celle de la i30. Les blocs optiques intègrent des feux de jour à LED et les antibrouillards sont remplacés par des barres de LED. Le profil ne connait pas d’évolution si ce n’est l’arrivée de nouvelles jantes. Enfin, à l’arrière, les feux ont été redessinés.

Essai Hyundai i40 SW - Vivre-AutoA bord les changements sont minimes, seule l’arrivée de nouveaux matériaux pour le volant, le levier de vitesse et l’accoudoir est à noter. La présentation est soignée, selon la finition, la planche de bord reçoit un écran tactile de 4,3 de pouces ou un autre plus grand de 7 pouces, muni de la navigation Europe. Si les différentes informations sont clairement affichées, notamment sur le tableau de bord, on regrette que quelques commandes soit éparpillées, comme le sélecteur de mode de conduite qui se situe côté passager, étonnant. Le break coréen se rattrape avec une dotation en équipement très complète : accès et démarrage sans clef, volant chauffant, sièges électriques chauffants et ventilés, mémorisable côté conducteur, assistant au maintien dans la file, détecteur de panneaux, feux de route automatique, caméra de recul…

Essai Hyundai i40 SW - Vivre-AutoAutre bonne nouvelle, elle concerne l’habitabilité. L’espace offert aux places arrière est important, votre petite famille ou des adultes s’y sentiront à l’aise. De nombreux rangements permettent de stocker divers objets. Offert en série sur la finition haute, le hayon électrique automatique ne s’ouvre pas avec un mouvement de pied mais en restant quelques secondes devant avec la clef en poche, pratique ! Une fois la manœuvre effectuée, on constate que la vocation de break est bien respectée. Le volume offert est de 553 litres en configuration cinq places et s’étend à 1.719 litres une fois les dossiers de la banquette arrière rabattue, une action facile à entreprendre grâce à deux poignées situées sur les côtés.

Essai Hyundai i40 SW - Vivre-AutoSi vous roulez exclusivement à l’essence passez votre chemin, la Hyundai i40 abandonne ses motorisations aux sans plomb et se concentre sur le Diesel. Ainsi, sous le capot est proposé un bloc quatre cylindres décliné en deux niveaux de puissance, 115 et 141 ch. L’un est associé à une boîte manuelle quand le plus puissant est accouplé à une boîte à double embrayage à sept rapports. Loin d’être un foudre de guerre (0 à 100 km/h en 11 secondes), ce dernier dispose d’assez de ressource pour déplacer les 1,7 tonne du break avec un niveau sonore bien maîtrisé. Ce n’est pas la première fois que nous avions sous la main la transmission à double embrayage DCT-7 (voir notre essai de la Hyundai i30), qui nous avait séduit. Ici même constat, les passages de rapports sont doux et on apprécie la bonne gestion du frein moteur. A cela s’ajoute des palettes au volant si vous souhaitez prendre vous même les commandes. Du côté de la consommation nous avons enregistré une moyenne de 6,5l/100 km sur un parcours routier. Malgré un sélecteur de conduite qui propose un mode Sport, nous ne sommes pas Essai Hyundai i40 SW - Vivre-Autoen présence d’une berline dynamique. Cette configuration apportera une meilleure réponse à l’accélérateur et une direction plus ferme. De ce fait la i40 SW mise surtout sur le confort de ses occupants, un domaine où elle ne démérite pas.

De la berline au break le surcoût est de 1.200€. Ainsi l’offre démarre à 30.400€ avec le moteur 1.7 CRDi de 115 ch et la finition Intuitive, déjà bien fournie en équipement. Le moteur de 141 ch débute lui à 32.600€ sur le même niveau, avec des rejets de 129 g/km de CO², aucun malus n’est réclamé. Réservé uniquement à cette déclinaison break, la finition haute Executive recense l’ensemble de la dotation mais pour un budget de 39.400€.

Conclusion

Le Hyundai i40 SW peut se considérer comme une bonne routière, accueillante et confortable mais sans prestation dynamique. De quoi séduire une famille ou des professionnelles de la route souhaitant un véhicule logeable et sérieux. Sa garantie de 5 ans et son niveau d’équipement peuvent également faire pencher la balance.

Nos photos Essai Hyundai i40 SW CRDi 141 DCT Executive – Titanum Silver

 


Autres articles

  • Essai Hyundai i30 CRDi 110 DCT-7, la bonne associationEssai Hyundai i30 CRDi 110 DCT-7, la bonne association Récemment restylée, la compacte coréenne s'est offerte une nouvelle boîte de vitesses à double embrayage. Vaut-elle le coup ? Essai Hyundai i30 CRDi 110 DCT-7. Lancée en 2012 et […]
  • Essai nouvelle Volkswagen Passat SW TDI 150Essai nouvelle Volkswagen Passat SW TDI 150 Récemment élue voiture de l'année 2015, la nouvelle Volkswagen Passat s'offre une nouvelle ligne et monte en gamme. Essai de la variante break. La Passat est le modèle le plus […]
  • Essai Citroën C5 CrossTourer 2.0l HDi 160Essai Citroën C5 CrossTourer 2.0l HDi 160 Voilà déjà sept ans que la C5 II est commercialisée. Déjà reliftée à deux reprises, elle arrive bientôt en fin de carrière. Mais ce n'est pas fini pour autant, la version break s'offre […]

Laisser un commentaire