Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 ch, fidèle à ses origines !

Le Mazda MX-5 est le cabriolet le plus vendu après d’un million d’exemplaires écoulés depuis son lancement en 1989. Fort attendue depuis sa présentation fin 2014, la nouvelle génération respecte-t-elle la philosophie d’origine, à savoir une voiture plaisir abordable ? Essai Mazda MX-5 ND.

Essai Mazda MX-5 ND - Vivre-Auto

Notre vidéo Essai Mazda MX-5 ND 160

 

Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 - Vivre-AutoAujourd’hui le cabriolet se fait de plus en plus rare, beaucoup de constructeurs ayant abandonné ce segment. Mais pour Mazda, pas question de mettre fin à la carrière de son best-seller ! Il aura fallu être patient pour voir enfin cette nouvelle génération sur nos routes depuis sa première apparition au mondial de Paris en 2014. Plus compact que son prédécesseur, il perd 8 cm en longueur, 2 cm en hauteur et 1 cm et demi en empattement. Cette cure de minceur se remarque tout de suite au premier abord, et ce n’est pas plus mal ! Autre bonne nouvelle, invisible cette fois-ci, une perte de poids d’environ 100 kg est annoncée. Côté esthétique, c’est le gros changement. La face avant adopte un nouveau visage plus félin avec des feux éffilés composés de LED dès le premier niveau de finition, et le capot parait plus imposant en raison du positionnement du pare-brise, plus reculé. Le profil, très fluide est particulièrement équilibré. Selon le niveau de finition, le MX-5 repose sur des jantes de 16 ou 17 pouces.  A l’arrière, le changement est aussi radical, avec un nouveau dessin des blocs de feux, l’antibrouillard et le feu de recul sont disposés dorénavant plus bas, aux extrémités du bouclier. Dommage en revanche que l’antenne radio soit peu discrète.

Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 - Vivre-AutoEn s’installant à bord on apprécie tout d’abord la position de conduite basse typique des MX-5. Le siège conducteur dispose de réglages suffisant pour trouver son aise, seul les plus de 1,90m devront rouler toit ouvert. Le volant, lui, n’est réglable qu’en hauteur. La présentation est sportive et la finition soignée. Derrière le volant, les compte-tours et l’ordinateur de bord affichent clairement les informations. Le levier de vitesse, court, est très appréciable à prendre en main. Comme sur les autres modèles du constructeur, l’ergonomie est excellente avec un nombre raisonnable de commandes, bien situées. L’écran multimédia de 7 pouces est tactile à l’arrêt ou se pilote avec une molette à portée de main, pratique ! Il est livré avec deux ports USB et une prise Jack. Nous disposions du dernier niveau de finition Sélection, qui offre une très belle sellerie Recaro en cuir/Alcantara, l’accès et le démarrage sans clef, l’aide au Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 - Vivre-Autostationnement arrière, le détecteur d’angle mort ou encore un système audio Bose avec 9 haut-parleurs dont quatre sont placés dans les appuis-tête. Un équipement nous a cependant manqué c’est une boîte à gants traditionnelle. Vos objets devront se placer à l’arrière dans des compartiments profonds, mais peu accessibles lorsque vous êtes seul au volant. Deux porte-gobelets sont situés entre les dossiers, mais il est possible d’en s’insérer un à l’avant. Le coffre et son ouverture dissimulée au niveau de la plaque offre un volume de 130 litres.

Commercialisé uniquement avec un toit en toile, le MX-5 est un vrai cabriolet. La manœuvre d’ouverture est on ne peut plus simple, on déverrouille une poignée en haut du pare-brise, on repli et on clipse, le tout depuis le poste de conduite.

Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 - Vivre-AutoAlors que les sportives actuelles sont munies de mécaniques très puissantes avec turbo, Mazda fait le choix de continuer sur le créneau de l’atmosphérique. Ainsi, le cabriolet japonais est proposé avec deux moteurs essence, un 1,5l de 131 ch ou bien un 2,0l de 160 ch. Ce dernier, uniquement disponible sur le dernier niveau de finition, est agrémenté d’une suspension sport et d’un différentiel à glissement limité. Avec seulement 1 tonne sur la balance, il permet de passer de 0 à 100 km/h en 7,3 secondes et d’atteindre la vitesse maximale de 214 km/h. Des chiffres amplement suffisants pour se faire plaisir. Avec des rapports de boîte courts, il offre de bonnes reprises sans forcément monter haut dans les tours, sauf si l’on veut faire plaisir à nos oreilles. Les 200 Nm de couple sont disponibles à 4.600 tr/mn et la puissance maximale à 6.000 tr/mn. Pas besoin d’être un pro de la propulsion pour piloter le MX-5 qui se prend en mains très facilement et répond parfaitement à la moindre sollicitation. Le comportement routier est très rassurant et surtout prévenant ! En déconnectant l’ESP on se régale encore plus en Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 - Vivre-Autofaisant décrocher l’arrière facilement. Le poids est réparti équitablement sur l’avant et l’arrière, le freinage efficace et le train avant est très incisif avec une direction électrique très précise, mais qui manque à notre goût de consistance et de ressenti. Après des centaines de kilomètres parcourus le constat est sans appel, le plaisir de conduite est au rendez-vous ! Cette nouvelle génération conserve tout à fait la philosophie d’origine, bravo ! Malgré des suspensions affermies, le confort est préservé et les sièges se montrent très confortables. De quoi rouler au quotidien sans problème, d’autant plus que la consommation reste raisonnable avec une moyenne d’un peu plus de 6l/100 km enregistrée sur voie rapide.

Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 - Vivre-AutoAvec 0 degré au mercure, nous n’avons que très peu profité de la conduite les cheveux au vent. Mais cela nous a permis de constater que le chauffage est très performant tout comme les sièges chauffants, offert dès le second niveau.

Toujours abordable, le MX-5 débute ses tarifs à 24.800€ avec le moteur 1,5l de 131 ch. A ce prix là, la dotation en équipement est intéressante, avec notamment la climatisation manuelle, le régulateur/limiteur de vitesse, l’écran tactile avec Bluetooth, ou encore l’aide au freinage d’urgence. Le bloc 2,0l de 160 ch est obligatoirement associé à la finition haute « Sélection » à partir de 32.050€, auquel il faut ajouter un malus de 1.600€. Et comme d’habitude chez Mazda, pas besoin de rajouter des sous dans les options, puisqu’elle sont inexistantes, à part la peinture métallisée facturée entre 500 et 650€.

Conclusion

Cette nouvelle génération s’inscrit parfaitement dans la lignée des précédents modèles en reprenant les fondamentaux. Un roadster poids-plume facile à prendre en main et utilisable au quotidien, le tout pour un budget raisonnable.

Nos photos Essai Mazda MX-5 ND 2.0 160 Sélection

 

 


Autres articles

2 Commentaires

  1. Pascal dit :

    Une auto formidable. J’ai essayé le 130 ch et… coup de coeur !!!

  2. philippe dit :

    un vrai kart qui survire facilement Jai essayé le 130cv et coup de foudre j’ ai signé le bon de commande pour la version la plus puissante et la plus sportive la 2.0
    Mais délai de livraison de plusieurs mois hélas …

Laisser un commentaire