Essai Mazda CX-5 2017 Skyactiv-D 150 AWD, de l’évolution !

Après cinq ans de carrière, la première génération du SUV japonais prend sa retraire, le remplaçant est-il à la hauteur ? Essai Mazda CX-5 2017.

essai Mazda CX-5 2017

essai Mazda CX-5 2017

Le nouveau CX-5 adopte les derniers codes stylistiques de la marque, le rendant bien plus séduisant.

Cinq ans après son lancement et plus d’un million et demi d’exemplaires vendus dans le monde, le Mazda CX-5 se renouvelle pour une deuxième génération. Simple restylage ou nouveau modèle ? Nous avons voulu vérifier cela.
Proposé au catalogue du constructeur japonais depuis 2012, le CX-5 prenait à l’époque la suite du CX-7, en s’adaptant plus au marché avec un gabarit compact. Suite au succès du premier opus, Mazda n’a pas attendu plus longtemps pour lancer une nouvelle génération, la plateforme reste la même mais près de 700 pièces ont été modifiées. Au premier abord, pas de doute, on reconnait la silhouette du modèle précédent, les dimensions n’évoluent par ailleurs que très peu, 4.55 mètres de long et 1.84 mètre de large. Proche esthétiquement de son petit frère le CX-3, il se pare de lignes fluides et affiche un tempérament bien plus dynamique. Feux effilés, calandre sculptée, passages de roue marqués, éclairage à LED, beaucoup d’éléments qui offrent une certaine prestance sur route.
essai Mazda CX-5 2017Trois niveaux de finition composent la gamme, Élégance, Dynamique et Sélection. Les deux premiers reçoivent des jantes en alliage de 17 pouces et les vitres arrière surteintées, le second des feux et des antibrouillards à LED et le dernier des jantes de 19 pouces et  une peinture laquée noire brillante sur les montants des vitres. Notre modèle en finition intermédiaire et sa robe Red Soul Crystal métallisé est très beau à regarder, nous aurions cependant aimé qu’il puisse y avoir la possibilité de personnaliser les jantes, les 17 pouces apparaissent petits. Plusieurs accessoires sont proposés, comme par exemple des coques de rétroviseurs noires (148.51€) ou des sabots de protection couleur argent (228.48€ pièce).

essai Mazda CX-5 2017

Rajeuni, l’intérieur du CX-5 2017 est agréable à vivre, dommage qu’une seule ambiance soit au programme.

Sans être ultra moderne, la planche de bord fait plus jeune que dans le précédent modèle. Sérieuse, plutôt bien finie et correctement assemblée, elle reçoit en sa partie supérieure un écran de taille moyenne mais idéalement situé. Très simple à utiliser, il favorise une bonne ergonomie. Tactile à l’arrêt, on peut alors indiquer rapidement une destination, tandis qu’en roulant, nul besoin de toucher l’écran pour naviguer dans les menus, une molette à portée de main le permet, combinée à des touches raccourcis : navigation, home, audio, favoris ou bien  volume. Certes on est loin d’une grande tablette tactile, mais le conducteur peut ainsi se concentrer sur la route et ça, c’est l’essentiel. Le reste des commandes est aussi intuitif et peu de boutons viennent s’étendre sur la console centrale. Côté connectiques, deux prises USB et une sortie jack sont mises à disposition. La position de conduite idéale est facile à trouver, le volant ainsi que le levier de vitesse sont agréables à prendre en main et le tableau de bord affiche clairement les informations, secondé par un affichage tête haute offert en série sur notre version. Un détail nous a cependant dérangé, l’accoudoir central est fixe et ne peut donc s’avancer, laissant ainsi votre coude glisser au bord. Nous regrettons aussi le manque de personnalisation de l’habitacle, seule la finition haute Sélection peut recevoir, en option, une sellerie cuir blanche, il faudra se contenter de ça pour égayer un peu l’ambiance. Le catalogue des accessoires propose un pack d’éclairage à LED (70€) ainsi qu’un jeu de pédales en aluminium (≃180€).
Le premier CX-5 était déjà doté d’une bonne habitabilité arrière, un atout reconduit dans ce nouveau millésime. Les passagers arrière sont donc bien reçus et bénéficient cette fois-ci de dossiers inclinables, la banquette nous a semblé par ailleurs plus confortable. Seule la place du milieu étroite en raison de la présence du tunnel de transmission, si elle est inoccupée, deux porte-gobelets et deux prises USB sont essai Mazda CX-5 2017présents dans l’accoudoir, pratique !
Quasiment identique, le volume du coffre n’évolue pas, compris entre 506 et 1.620 litres, une bonne valeur pour la catégorie. Parmi les aspects pratiques, la banquette rabattable en 40/20/40 à l’aide de tirettes et le cache bagage solidaire au hayon sont conduits. On note l’apparition d’une commande d’ouverture et fermeture électrique sur le dernier niveau de finition. Enfin les espaces de rangements à bord sont assez nombreux, généreuse boîte à gants, porte-lunettes, poches aumônières, bacs de porte pouvant accueillir une bouteille d’1,5l…

essai Mazda CX-5 2017

Si les moteurs sont les mêmes, cette nouvelle génération apparaît mieux insonorisée et plus confortable.

Pour animer son SUV, le constructeur japonais propose au choix quatre moteurs et 10 combinaisons possibles. Il s’agit en fait des mêmes blocs que dans le précédent modèle, les quatre cylindres 2.0l essence Skyactiv-G de 160 ch et 2,2l Diesel Skyactiv-D déclinés en deux niveaux de puissance 150 ch et 175 ch. Un nouveau moteur essence a été ajouté, le 2,5l Skyactiv-G de 194 ch doté de la technologie de désactivation des cylindres. La transmission intégrale est disponible sur l’ensemble des mécaniques, imposée sur les moteurs les plus puissants et tous les moteurs peuvent être associés à une boîte automatique à six rapports. Pour notre essai nous disposions du 2,2l Diesel de 150 ch en boîte mécanique avec transmission intégrale. Après un périple de 1.000 km, ce quatre cylindres n’a jamais manqué de ressources pour déplacer le SUV lourd de 1.520 kg, même avec quatre adultes et le coffre chargé. On apprécie les reprises et le couple disponible sur une large plage d’utilisation, 380 Nm entre 1.800 et 2.600 tr/mn, un bon agrément de conduite quel que soit le type de route. Par rapport au conduite normale et les bruits d’air et de roulement sont bien maîtrisés. Comme d’habitude chez Mazda, la boîte de vitesse aux débattements courts est toujours agréable à manier. Autre amélioration significative, le confort. En ville comme sur route dégradée, les moindres essai Mazda CX-5 2017irrégularités sont parfaitement absorbées, sans gâcher l’excellent comportement routier. Le CX-5 rentre dans la case des SUV dynamiques grâce à son excellent châssis, le train avant est incisif, l’arrière suit le mouvement et le roulis est très bien maîtrisé. Précise, la direction est cependant peu communicante et se montre un peu trop légère à notre goût, des modes de conduite permettraient de résoudre cet inconvénient, mais ne sont disponibles qu’avec le nouveau moteur Skyactiv-G de 190 ch. A la clef, les consommations moyennes relevées durant nos différents parcours sont assez intéressantes, 5,4 l/100 km en zone péri-urbaine et environ 8 l/100 km à rythme soutenu sur des portions sinueuses.

essai Mazda CX-5 2017

Le Mazda CX-5 2017 est disponible à partir de 30.100€, un prix d’accès élevé mais au bénéfice d’un moteur puissant et d’un bon niveau d’équipement.

Débutant ses tarifs à partir de 30.100€, le nouveau Mazda CX-5 propose une gamme simple mais restreinte. C’est en effet controversé, car avec seulement trois finitions et aucune option, hormis la peinture métallisée (entre 500 et 800€) et la boîte automatique (2.000€), le client n’aura pas beaucoup de choix, surtout que les moteurs sont verrouillés selon la finition. De plus l’absence de motorisations moins puissante ne fournie pas, contrairement à la concurrence, un prix d’accès sous la barre des 30.000€. Pour autant, dès le premier niveau de finition Élégance, le SUV nippon est déjà bien doté, aide au freinage d’urgence, phares à LED, système multimédia avec navigation, régulateur et limiteur de vitesse, capteur de pluie, allumage automatique des feux, climatisation automatique. Le second niveau Dynamique (32.600€) ajoute les feux de route automatiques, la surveillance des angles morts, l’assistant au maintien dans la voie, les sièges avant et le volant chauffants, l’affichage tête haute et la caméra de recul. Enfin, la dernière finition Sélection (37.050€) apporte le régulateur de vitesse adaptatif, le système audio Bose 10 HP, le toit ouvrant, le hayon électrique, l’accès et le verrouillage sans clef, la sellerie cuir, les sièges arrière chauffants et l’affichage tête haute projeté sur le pare-brise.
Notre modèle 2,2l Skyactiv-G 150 ch AWD Dynamique est facturé 36.300€, avec 142 g/km de rejet de CO², il faut ajouter 613€ de malus.

Conclusion

En renouvelant son SUV après seulement cinq ans, Mazda aurait pu concevoir une simple copie. En réalité le Mazda CX-5 a bien évolué sur plusieurs points. Plus séduisant, il se dote d’une qualité perçue en hausse, d’un niveau de confort et d’insonorisation bien meilleurs. Le succès devrait donc se poursuivre !

Nos photos : essai Mazda CX-5 2017 Skyactiv-D 150 AWD Dynamique – Soul Red Crystal Métallisé

 


Autres articles

Laisser un commentaire