Essai Mazda MX-5 RF First Edition 2.0L 160, Jinba Ittai !

Le roadster japonais est désormais disponible en version toit rigide, le plaisir de conduite est-il toujours au rendez-vous ? Essai Mazda MX-5 RF.

essai Mazda MX-5 RF

essai Mazda MX-5 RF

Cette déclinaison RF apporte une toute autre identité au MX-5, qui se transforme en coupé découvrable.

Sortie en 2016, la quatrième génération du roadster emblématique a su conserver ses atouts de petit roadster abordable en se renouvelant totalement, dimensions plus compactes, regard félin, lignes équilibrées… Pour compléter son offre, le constructeur japonais ajoute une version à toit dur, baptisée RF. Cette déclinaison « Retractable Fastback » comme son nom l’indique, remplace le toit en toile par un toit rigide escamotable, le MX-5 standard prend alors le nom de ST (Soft Top). Contrairement à la précédente génération qui proposait aussi ces deux variantes, le MX-5 RF affiche un style bien différent. Ainsi, les montants arrière, solidaires à la carrosserie transforment notre cabriolet en coupé et c’est très réussi ! Les clients réfractaires aux toits souples pour des raisons de vandalismes seront donc comblés. Contrairement à la première version, la manœuvre d’ouverture et de fermeture est ici électrique, elle s’effectue en 13 secondes et elle est réalisable jusqu’à 10 km/h, pratique lorsque les premières gouttes d’une averse surviennent. Sur le plan technique, cet ajout n’incombe pas essai Mazda MX-5 RFtrop le poids total du roadster qui prend seulement 40 kg avec un poids à vide de 1.055 kg.
Notre modèle à l’essai était livré avec la finition First Edition, une série de lancement limitée à 150 exemplaires. Exclusive, cette version se distingue par sa peinture spécifique Machine Gray métallisé combinée à un toit et des coques de rétroviseur Piano Black ainsi que de magnifiques jantes alliage BBS Gunmetal de 17 pouces. Le pack Sport, habituellement facturé 1.800€ en option (sur 2.0L) est ici offert, comprenant des sièges Recaro, des suspensions Bilstein et une barre anti-rapprochement. Globalement très réussi esthétiquement, le Mazda MX-5 RF peut se considérer comme un second modèle à part.

essai Mazda MX-5 RF

Position de conduite parfaite, ergonomie bien étudiée mais rangements inexistants, l’intérieur du MX-5 RF est identique au ST.

Pas de surprise concernant l’habitacle, les deux versions partagent à l’identique la même présentation. Un seul élément distingue le RF de la version ST, le bouton de la commande électrique du toit situé sous le bloc de climatisation. Nous apprécions donc toujours l’excellente position de conduite qui permet de prendre parfaitement en main les commandes, un volant perpendiculaire à la route et un levier de vitesse court, cependant, les grands gabarits, qui devront plier leurs jambes, ne seront pas à leurs aises. L’ergonomie est aussi le point fort de cet intérieur grâce au système multimédia tactile, pilotable depuis une molette et l’instrumentation très lisible. Il fait bon de voyager à bord du MX-5, mais cet intérieur le serait encore plus si les rangements ne manquaient pas à l’appel. En l’absence de boîte à gants, nous devons nous contenter d’un minuscule espace dans la console centrale et de deux compartiments difficiles d’accès au essai Mazda MX-5 RFdos des sièges. Si la finition est globalement bonne, notre version First Edition la met plus en valeur avec l’intégration d’un bandeau sur la planche de bord en Alcantara, aussi pour renforcer le côté exclusif, une plaque portant le numéro de fabrication y est incrustée. L’ensemble des équipements est de série, on citera par exemple, les sièges chauffants, le système de navigation Europe, l’accès et le démarrage sans clef, le système audio Bose, les radars de stationnement arrière ou encore le détecteur d’angle mort. Enfin, bonne nouvelle, le toit rigide prenant la même place que le toit souple, le coffre ne perd que 3 litres de volume de chargement passant de 130 à 127 litres.

essai Mazda MX-5 RF

Avec seulement 40 kg de plus sur la balance, le MX-5 RF conserve son dynamisme, il apparaît même plus confortable.

Partageant les mêmes moteurs que la version ST, la RF accueille sous son capot les deux blocs à essence, 1.5L atmosphérique de 130 ch et 2.0L turbo de 160 ch, ce dernier étant obligatoirement associé à la série limitée First Edition. Souple à bas régime et assez réactif, il offre de bonnes reprises avec une sonorité agréable, un peu rauque. Une boîte automatique peut-être combinée au 2.0L uniquement sur la RF, cependant, la boîte de vitesse manuelle à six rapports est un exemple d’efficacité. La légère prise de poids impacte très peu sur les performances avec un 0 à 100 km/h abattu en 7,5 secondes contre 7,3 secondes avec la ST. En effet, on retrouve les mêmes sensations de conduite que durant notre précédent essai, un comportement routier stable et très prévenant, un train avant incisif et un train arrière mobile à souhait avec une répartition du poids équitable. Le plaisir de conduire est ainsi reconduit et comme le dit si bien le slogan « Jinba Ittai », le conducteur fait corps avec le cavalier. Seule différence, positif, la voiture semble un poil plus confortable. Toit ôté, la sensation de rouler les cheveux au vent n’est pas spécialement présente en raison de la faible surface à l’air libre. Ce genre de carrosserie étant souvent propice aux remous d’air, les turbulences sont ici bien contenues grâce au pare-vent transparent fixe situé à l’arrière, néanmoins des bruits d’air sont essai Mazda MX-5 RFprésents sur route à partir de 90 km/h et 130 km/h toit clos.

Vendue plus chère de 2.500€ par rapport au MX-5 ST, la version RF avec le moteur 1.5L 130 est disponible avec trois niveaux de finition (Élégance, Dynamique, Sélection) pour un tarif débutant à 28.000€. Le 2.0L 160 est disponible seulement avec la finition haute à partir de 33.500€ (35.300€ en boîte auto.) ou avec l’édition limitée First Edition contre 37.750€. Avec 154 g/km de rejets de CO², ce dernier réclame un malus de 1.873€ à l’achat. Pour autant, le roadster japonais n’est pas trop gourmand, avec une consommation moyenne relevée d’environ 7 l/100 km.

Conclusion

En reprenant les ingrédients de la MX-5 à toit souple (ST), la version RF permet de conquérir de nouveaux clients. Son design spécifique et son toit rigide transforme la Miata en coupé doté d’un grand toit ouvrant sans empiéter sur le volume de chargement et surtout les sensations de conduite. Alors ST ou RF ? C’est à vous seul de choisir !

Nos photos : essai Mazda MX-5 RF First Edition 2.0L 160 – Machine Gray métallisé

 


Autres articles

Laisser un commentaire