Essai Opel Astra CDTI 136, de gros progrès !

La nouvelle compacte allemande change radicalement pour rajeunir son image. Essai Opel Astra 5.

Essai Opel Astra

Notre vidéo Essai Opel Astra CDTI 136

Essai Opel Astra 5La nouvelle Opel Astra devait réaliser de gros progrès pour rivaliser avec les ténors de la catégorie. Et ce que l’on peut dire c’est que les ingénieurs n’ont pas chômé ! Le modèle précédent était réputé pour être massif et lourd. Pour cette nouvelle génération le constructeur a corrigé le tir, avec des dimensions plus compactes et surtout une perte de poids annoncée jusqu’à 200 kg. Ainsi plus courte de 5 cm et plus basse de 2,6 cm, elle troque ses rondeurs contre un style plus épuré, caractérisé par des lignes tendues et fluides. Elle apparaît ainsi bien plus dynamique sans changer radicalement. Car l’orsqu’on la croise, on sait que c’est une Astra, mais on arrive tout de même à remarquer le changement. Inédit pour la catégorie, elle peut recevoir en option des feux Matrix à LED (1.350€) qui s’adaptent automatiquement à toutes les situations de conduite. Vous pouvez par exemple rouler en plein phare sans éblouir les autres conducteurs.

Essai Opel Astra 5A bord, on oublie les nombreux boutons de l’ancienne planche de bord remplacés, ici par un écran tactile. C’est moins massif et c’est même beaucoup plus ergonomique. De série cet écran mesure 7 pouces mais si vous cochez l’option IntelliLink sa taille passe à 8 pouces avec en plus la navigation Europe et les commandes vocales. Si vous possédez un smartphone récent il est possible de dupliquer son écran via Android Auto ou Apple Carplay, autrement, Opel propose en accessoire une barre PowerFlex, qui peut accueillir un support de téléphone universel, voire même un diffuseur de parfum. Globalement la présentation est plutôt sérieuse, avec des assemblages bons, notre modèle combine des plastiques noir laqués et argent. Les compte-tours ressemblent à l’ancienne génération, mais restent toujours aussi lisibles. Au centre, un écran de 4,2 pouces couplé à l’option IntelliLink affiche clairement les informations et se pilote depuis le volant.

Essai Opel Astra 5L’Opel Astra est disponible avec quatre finitions Essentia, Edition, Innovation et Dynamic. Ce dernier niveau offre en série des sièges sport, un volant cuir, une assistance au freinage d’urgence, un contrôle de freinage en courbe et la caméra Opel Eye. Cette dernière, analyse en permanence la route et assiste le conducteur avec la reconnaissance des panneaux, l’aide au maintien dans la file, le détecteur d’angle mort et l’alerte anticollision. Ces nombreuses aides à la conduite peuvent être agrémentées par d’autres équipements proposés en option, comme les radars de stationnement avant et arrière, l’aide au stationnement automatique, les sièges électriques à mémoire massants, chauffants et ventilés (2.400€), le volant chauffant, le frein à main électrique ou l’accès et le démarrage sans clef. Enfin on terminera notre tour par la fonction On Star, un service connecté. Offert pendant un an, il permet aux passagers de se connecter en Wifi à Internet. Un bouton Service vous met en relation avec un conseiller qui peut vous renseigner sur le diagnostic de la voiture ou encore vous programmer une destination. Enfin, une autre touche SOS informe les secours de votre position et s’actionne automatiquement dès qu’un airbag est enclenché.

Essai Opel Astra 5A l’arrière les passagers gagnent quelques centimètres supplémentaires aux jambes grâce aux sièges plus minces. La garde au toit est correcte, seule la place du milieu est très limitée. Si l’espace offert à l’arrière est plus généreux, le coffre lui, stagne voir régresse selon les configurations. Avec un volume de chargement de 370 litres ou 310 litres avec la roue de secours, l’Astra se place en bas de la catégorie. Pour plus de rangements, il faudra lors se tourner vers la version break Sports Tourer.

Essai Opel Astra 5Sous le capot, la compacte germanique propose pas moins de neufs motorisations ! En essence, l’offre débute avec un petit quatre cylindres de 100 ch suivi d’un trois cylindre turbo de 105 ch. Un 1.4l turbo de 125 ou 150 ch et un 1.6 Turbo vient coiffer la gamme avec ses 200 ch. En Diesel le 1.6 CDTI est décliné en 95, 110 ou 136 ch et le 1.6 CDTI Bi Turbo affiche 160 ch. Pour notre essai nous avions en main le cœur de gamme Diesel, le CDTI 136. Ce bloc se montre particulièrement souple et volontaire avec un couple de 320 Nm disponible dès 2.000 tr/mn. Si ses vocalises sont encore audibles en accélération, le silence de fonctionnement à vitesse stabilisée et l’insonorisation à bord ont été revues. Avec une boîte mécanique à six rapports très bien étagés, il offre de bonnes reprises et relance facilement sans obligatoirement rétrograder.

Essai Opel Astra 5Moins lourde d’environ 130 kg, la compacte se montre particulièrement sobre ! Par exemple sur le périphérique parisien, avec quelques bouchons nous avons enregistré un petit 3,9l/100km, 4,3l sur voie rapide ou encore moins de 5l sur autoroute. Cette cure de minceur se ressent également en terme de liaisons au sol, la voiture se montre clairement plus agile avec une direction précise, on prend plus de plaisir à enchaîner les virages. Malgré des sièges fermes le confort reste tout à fait appréciable, les suspensions absorbent bien les irrégularités de la route mais nous avons quand même quelques secousses à basse vitesse.

Avec sa large gamme, la compacte au Blitz affiche des tarifs compris entre 18.000 et 26.900€. Le bloc CDTI 136 est réservé aux deux derniers niveaux de finition pour 26.000€. Le rapport prix/équipements est plutôt intéressant.

Conclusion

L’Opel Astra apparaît comme une compacte sérieuse, elle a su évoluer dans le bon sens avec ses kilos en moins, sa présentation intérieure plus soignée et ses équipements modernes. Si l’on oublie son faible volume de coffre, elle dispose de nombreux arguments pour s’imposer un peu plus dans la catégorie.

Nos photos Essai Opel Astra CDTI 136 Dynamic – Bleu Astral métallisé – Cuir noir


Autres articles

  • Essai Nissan Pulsar dCi 110 : un retour gagnant ?Essai Nissan Pulsar dCi 110 : un retour gagnant ? Absent depuis sept ans sur le marché des compactes, Nissan revient avec un modèle 100% neuf. Quels sont les arguments de cette nouveauté pour reconquérir ce marché ? Essai Nissan Pulsar […]
  • Essai Opel Karl, simple mais efficaceEssai Opel Karl, simple mais efficace Le constructeur allemand propose une seconde mini-citadine dans sa gamme. Moins "chic" que l'Adam, est-elle intéressante ? Essai Opel Karl. Le marché des mini-citadines, appelé […]
  • Essai Opel Adam S, la mini-citadine survitaminéeEssai Opel Adam S, la mini-citadine survitaminée Plus musclée, la version S de la mini-citadine allemande procure-t-elle de bonnes sensations ? Essai Opel Adam S.  Nous l'avions trouvée très séduisante lors de notre premier essai, […]

Laisser un commentaire