Essai Nissan Pulsar GT, la fausse timide

La nouvelle berline compacte japonaise se décline en version sportive. Plutôt discrète, que cache t-elle ? Essai Nissan Pulsar GT.

Essai Nissan Pulsar GT - Vivre-Auto

Nissan Pulsar GT - essai Vivre-Auto

La Nissan Pulsar GT joue la carte de la sobriété.

Nissan poursuit le développement de sa compacte avec une nouvelle finition GT accompagnée d’un moteur turbo essence de 190 ch. Timide cette GT ? C’est peut-être bien le bon mot à employer. Concrètement il n’y a pas beaucoup de différences avec la version de base, qui est très réussie sur le plan esthétique au passage. Cette déclinaison se distingue à l’avant seulement par ses feux à fond noir. De profil, il n’y a que les jantes spécifiques diamantées de 18 pouces quant à l’arrière, un diffuseur imitation carbone associé à une sortie d’échappement chromée prennent place et un petit logo GT clos la présentation. Un pack à 529€ ajoute des baguettes chromées sur les boucliers et le coffre, un second à 349€ des baguettes latérales et les coques de rétroviseurs chromées. Cette sobriété plaira à une certaine clientèle qui recherche une compacte dynamique sans extravagance.

Nissan Pulsar GT - essai Vivre-Auto

Point de sportivité à bord de cette GT.

Même constat dans l’habitacle, où les seuls éléments distinctifs sont les surpiqûres blanches présentes sur les sièges et le volant ainsi qu’un habillage en plastique imitation carbone qui part des contre-portes et traverse la planche de bord. Cela égaille un peu cette habitacle qui est plutôt triste de base. Mais pour autant on n’est pas en présence d’un intérieur sportif, les pédales, le levier de vitesses et le volant ne connaissent pas d’évolution, ou alors il faut puiser dans les options, c’est bien dommage (Pack Sport-seuil de portes et pédalier aspect aluminium 409€). La finition est dans l’ensemble bonne, de même pour les assemblages à l’exception de la console centrale qui bouge. L’ensemble des commandes est accessible facilement malgré un volant surchargé de boutons, une bonne ergonomie que l’on retrouve aussi avec l’écran multimédia tactile de 5,8 pouces offert en série. Nissan Pulsar GT - essai Vivre-AutoUne petite taille mais un système qui fonctionne particulièrement bien, réactif et clair. Il est doté en option d’une touche Caméra qui permet de visualiser immédiatement une vue de la voiture à 360°. A bord l’espace est royal surtout pour les passagers arrière qui profitent de la meilleure habitabilité de la catégorie, un espace aux jambes digne d’une grande berline. Le volume de coffre est tout aussi généreux avec 385 litres de chargement. La Pulsar recèle quelques défauts, l’absence de réglage en hauteur du siège ou la présence d’une seule vitre séquentielle, réservé au conducteur.

Nissan Pulsar GT - essai Vivre-Auto

Le moteur DIG-T 190 témoigne d’une grande polyvalence.

Nous avions été conquis par le châssis de la Pulsar lors de notre précédent essai, qui se montrait particulièrement dynamique. Mais cette fois-ci point de moteur Diesel de 110 ch, le label GT s’accompagne d’un quatre cylindres turbo essence DIG-T 1,6l de 190 ch et 240 Nm de couple entre 1.600 tr/mn et 5.200 tr/mn. Des réglages ont été apportés à l’amortissement et le châssis a été renforcé. Dès les premiers tours de roue on constate une souplesse de la part de ce bloc, un avantage appréciable pour un usage quotidien. Pas besoin de monter haut dans les tours pour avancer. Ce qui se traduit d’ailleurs par une consommation très raisonnable, 5,5 l/100 km sur un parcours péri-urbain. En empruntant l’autoroute on constate que l’insonorisation est particulièrement bien maîtrisée et que les longs trajets ne sont pas fatigants à son volant. Mais cette routière très accueillante a t-elle d’autres atouts dans son sac en accord avec son timide badge GT ? La réponse est oui. Si elle sait se montrer discrète et agréable à conduire en utilisation normal, elle témoigne aussi d’une grande polyvalence lorsque l’on monte dans les tours sur les routes sinueuses. Un terrain de jeu qu’elle exploite avec brio où il ne faut pas hésiter à rejoindre la zone rouge pour profiter au maximum des capacités du moteur. Côté performances, la compacte réclame 7,7 secondes au 0 à 100 km/h et atteint la vitesse maximale de Nissan Pulsar GT - essai Vivre-Autokm/h. On apprécie le guidage de la boîte de vitesse et la direction précise. Le freinage est efficace mais mériterait d’être encore plus mordant. En courbe, le roulis est absent, la motricité encaisse sans broncher et les quatre roues chaussées de pneumatiques Michelin Pilot Sport 3 restent littéralement collées au sol. On fera deux reproches, les sièges manquent un peu de maintien et la sonorité du moteur est réservée. Tout ceci sans perturber le confort à bord, plus ferme mais sans contrainte pour la vie de tous les jours. Précisons que s’il ne vous satisfait pas, il est possible d’opter pour une monte 17 pouces gratuitement. On sent que le châssis peut en encaisser encore plus, pas étonnant puisque la présentation de la Pulsar Nismo devrait approcher.

Nissan Pulsar GT - essai Vivre-Auto

Disponible à partir de 25.640€ avec un malus de seulement 250€ (150€ en 17 pouces), la Nissan Pulsar GT est très compétitive. C’est simple à ce tarif aucune concurrente vient frapper à la porte. La Peugeot 308 GT 205 ch s’affiche à partir de 30.850€, la Mégane GT n’est plus de ce monde et les autres variantes rivales sont plus puissantes. Seule la Seat Leon FR 180 ch s’en approche, tarifée à 27.055€. De plus, la japonaise est très bien équipée, hormis les équipements esthétiques cités plus haut, la seule option disponible est le pack premium qui regroupe le détecteur d’angle mort et d’objets en mouvement, l’alerte de franchissement de ligne, la caméra 360° et la sellerie cuir avec sièges chauffants. Une option conseillée, facturée 1.650€.

Conclusion

Si esthétiquement la Nissan Pulsar GT joue la carte de la sobriété, à conduire elle procure un réel plaisir et témoigne d’une grande polyvalence. Très habitable, bien équipée et un tarif alléchant, de quoi se laisser tenter.

 


Laisser un commentaire