Essai SSangyong Tivoli 160 e-XGi 128 2WD, très accessible !

Fraîchement arrivé sur le marché des SUV Compact, le coréen souhaite s’octroyer une petite place. A t-il toutes les cartes en main ? Essai SSangyong Tivoli.

Essai SSangyong Tivoli - Vivre Auto

SSangyong Tivoli e-gdi - Essai Vivre AutoAprès nous avoir dévoilé plusieurs concepts-cars préfigurant le lancement d’un petit SUV, voici enfin la version définitive qui se prénomme Tivoli, en référence à la ville Italienne. Long de 4,202 mètres, il rejoint ainsi le marché des SUV compact aux côtés des Citroën C4 Cactus, Renault Captur, Peugeot 2008… on s’arrêtera là, la liste est longue vous le savez. Véhicule 100% inédit, c’est la première création du constructeur, depuis son acquisition par le groupe indien Mahindra. Ce que l’on constate aux premiers abords c’est qu’un effort important a été consacré au design. En effet, les précédentes créations ne sont pas spécialement des exemples de beauté. Ici, le style devrait en revanche séduire bon nombre de personnes. Si l’on regarde dans le détail on peu déceller quelques inspirations. Globalement la forme nous fait de suite penser au Kia Soul, mais son profil nous rappelle le Citroën Cactus ou encore le Nissan Juke avec les ailes arrière musclées. Après avoir observé d’autres Tivoli, la teinte de notre modèle d’essai n’est pas celle qui lui va le mieux. Le coréen joue la carte de la personnalisation avec un choix de teintes monochromes ou bi-tons, de quoi trouver preneur.

SSangyong Tivoli e-gdi - Essai Vivre AutoA bord la présentation est soignée avec des assemblages de bonne qualité. On retrouve du plastique moussé au niveau de la casquette des compte-tours et au-dessus de la boîte à gants. La partie centrale de la console centrale fait un peu vieillotte en raison de la couleur orange de l’affichage de la climatisation et des boutons peu flatteurs. Le tableau de bord affiche une lecture très confortable des informations et les compte-tours peuvent être éclairés au choix parmi six couleurs. Petit détail, l’ordinateur de bord indique la position de l’angle des roues. A quoi ça sert direz-vous ? Bonne question, à part peut-être pour les manœuvres. Le Tivoli embarque tous les équipements nécessaires avec une ergonomie générale satisfaisante. Climatisation automatique, allumage auto des feux, détecteur de pluie, Bluetooth, système multimédia avec prise USB et HDMI, caméra de recul… La finition haute Luxury ajoute les radars de stationnement, la sellerie cuir avec sièges et volant chauffants, le GPS et le toit ouvrant. Les sièges sont confortables et offrent un bon maintien latéral, mais certains regretterons l’absence de réglage en profondeur du volant, dommage… Tout comme la position haute des montants de portes, peu agréable.

SSangyong Tivoli e-gdi - Essai Vivre AutoLa forme cubique du Tivoli n’est pas un trompe l’œil puisqu’elle laisse présager une bonne habitabilité. Les passagers arrière sont particulièrement bien logés avec une bonne garde au toit et la place du milieu, généreuse, offre un réel intérêt. Le coffre propose un volume de chargement de 417 litres, plus grand que le Renault Captur (377 litres). Il est en revanche important de préciser que la version 4 roues motrices (4WD) n’offre en revanche que 327 litres mais un plancher plat une fois la banquette rabattue. Côté rangements, c’est également le champion avec de très nombreux espaces. On retiendra les vastes bacs de portes qui autorisent une bouteille d’1,5 l sans problème, un range lunettes, des filets aumônières, des porte-gobelets…

SSangyong Tivoli e-gdi - Essai Vivre AutoAu lancement, seul un moteur est pour l’instant disponible, il s’agit du bloc essence 1,6l de 128 ch. Au mois de Septembre, le Tivoli accueillera un moteur Diesel de 115 ch. C’est donc avec le premier que nous avons pris la route. Contrairement aux dernières motorisations essences proposées chez la concurrence, des blocs de petite cylindrée accompagnés d’un turbo, le Tivoli, lui, se contente d’un bloc atmosphérique standard. Soit des performances banales avec un couple de seulement 160 Nm à 4.600 tr/mn et des rejets de CO² de 149 g/km (157 en 4WD). A l’usage, il est largement suffisant pour mener le Tivoli et ses 1.343 kg et son silence de fonctionnement même sur autoroute est plaisant. Mais il souffre évidemment d’un manque de couple important à faible vitesse et n’engendre pas de reprises optimales. Du coup nous avons tendance à ne pas suivre l’indicateur de vitesse qui nous invite à passer le rapport supérieur aux alentours des 2.000 tr/mn mais plutôt à engager le rapport suivant au moins à 3.000 tr/mn. On regrette aussi que les pédales soient un peu étroites et une gestion accélérateur/embrayage qui génère parfois des à-coups, la faute au manque de réactivité de SSangyong Tivoli e-gdi - Essai Vivre Autol’accélérateur. Le petit SUV peut toutefois recevoir une boîte automatique à six rapports pour 1.500€ mais bien plus gourmande en carburant. Avec la boîte manuelle à six rapports, nous avons réalisé une moyenne en dessous des 7 l/100 km en mixte et 5,1 l/100 km en péri-urbain. Dès lors que l’on oublie la conduite économique, et qu’on souhaite chercher un agrément de conduite plus confortable la moyenne grimpera d’au moins un bon litre. Précisons que notre voiture n’avait qu’un peu plus de 1.000 km au compteur.

SSangyong Tivoli e-gdi - Essai Vivre AutoLe comportement routier est globalement sain mais la conduite dynamique n’est pas son fort, avec une tendance au sous-virage en haussant le rythme en courbe. Le freinage est en revanche très efficace mais en cas de freinage d’urgence, le train arrière est un peu mobile. La direction est précise, mais les trois modes de réglage mis à notre disposition, normal, confort et sport ne nous ont pas convaincus. Enfin, le confort est correct mais en retrait par rapport à d’autres concurrents, surtout avec les jantes de 18 pouces.

Vendu à partir de 16.990€, le SSangyong Tivoli offre un rapport prix/équipements imbattable sur le segment sans pour autant rentrer dans la cours du Low Coast, même si le Dacia Duster n’est pas loin tarifairement. Sa garantie de 5 ans ou 100.000 km est également un plus. Accessible en transmission intégrale pour 1.800€ de plus, il se montre polyvalent. Il ne lui reste plus qu’à se faire connaitre.

Conclusion

Le nouveau SSangyong Tivoli est très agréable à vivre au quotidien avec une habitabilité très généreuse. Son seul défaut, c’est le manque d’agrément du moteur essence. Attendons la rentrée et l’arrivée du bloc Diesel de 115 ch pour faire la différence.

 


Autres articles

Laisser un commentaire