Essai nouveau Subaru Outback 2015 2.5i 175 ch

Le célèbre break tout chemin de Subaru en est à sa cinquième génération. Lancé cette année il se modernise tout en conservant sa polyvalence. Essai Subaru Outback 2015.

Subaru Outback 2015 - essai Vivre Auto

Subaru Outback 2015 - essai Vivre AutoLancé en 1995 sous appellation Legacy Outback, le break tout chemin de Subaru est renouvelé cette année avec une cinquième génération. Peu répandu dans l’héxagone, ce modèle rencontre surtout son succès en Amérique du Nord. Mais chez nous il devrait trouver ses acheteurs dans les zones où la transmission intégrale est la bienvenue comme en montagne, par exemple, où d’ailleurs il n’est pas rare de croiser des Subaru. Depuis 20 ans, sa grande force c’est sa polyvalence et sa fiabilité. Qu’en est-il avec ce nouveau millésime ? Esthétiquement, il conserve l’allure générale de son prédécesseur en se dynamisant un peu plus. Ses dimensions évoluent légèrement, il gagne 2,5 cm de long et 4 cm en largeur.

Subaru Outback 2015 - essai Vivre Auto

Classique à l’extérieur, le nouvel Outback surprend une fois à bord ! On ne s’attendait pas à une montée en gamme aussi signifiante. La qualité des matériaux est en net progrès par rapport à la génération précédente et la présentation générale est très agréable à l’œil. Dans le détail on retrouve du plastique moussé sur l’ensemble de la planche de bord y compris sur les contre-porte. Des éléments à l’aspect plutôt flatteur recouvrent la console centrale. On aime également le volant et sa forme au ton sportif avec ses palettes solidaires. Les compte-tours, très lisibles, passent du bleu à l’orange lorsque vous positionnez le sélecteur de la boîte sur le mode manuel. Confortablement installé, on trouve sa position de conduite avec aisance. L’ergonomie demande un petit temps d’adaptation avec des commandes au volant multiples. Le système multimédia et son écran tactile est agréable et très réactif, son utilisation est relativement simple hormis quelques détails comme la désactivation du guidage vocale dont nous n’avons pas trouvé la commande. Relativement moderne, il est compatible MirorLink et les indications de navigation se Subaru Outback 2015 - essai Vivre Autorépètent sur le tableau de bord. Notre modèle disposait de série du système Hifi Harman Kardon et ses 12 haut-parleurs. Le son est de très bonne qualité notamment en streaming Bluetooth. Habitacle très spacieux et lumineux, surtout dans cette configuration, le nouvel Outback soigne ses occupants. A l’arrière l’espace est généreux, quant au coffre, il couvre un volume très intéressant compris entre 506 litres et 1.848 litres avec plancher plat, auquel on ajoute un espace de rangement au dessous. Le hayon électrique peut-être programmé pour ne pas s’ouvrir complètement, pratique si votre voiture dort au sous-sol.

Subaru Outback 2015 - essai Vivre AutoNous avons pris le volant de la version essence 2.5i. Ce moteur développe 175 ch à 5.800 tr/mn et 235 Nm de couple à 4.000 tr/mn. Avec une sonorité agréable entre 3.000 et 4.000 tr/mn, ce bloc suffit à faire avancer les 1,6 tonne du break. Mais lors des phases d’accélération franches, le couple oblige la boîte Lineartronic à gronder. C’est dommage car cette boîte, de type CVT, donc à variation continue, se montre douce le reste du temps. Malgré sa garde au sol, l’Outback maîtrise le roulis et son châssis se comporte très bien. Pour le confort, sur route, comme à basse vitesse, les suspensions filtrent très bien bien les irrégularités de la route. Ce break se manie facilement avec un rayon de braquage appréciable. Enfin, de nuit, l’éclairage est extrêmement efficace avec les feux à LED.

Le 2.5i essence peut se montrer très sobre sur route avec une moyenne inférieure à 6 l/100 km mais gourmand en agglomération entre 9 et des 10 l/100 km. Si vous effectuez un tiers de vos trajet en ville comptez un peu plus de 7 l/100 km, ce qui reste correct. Nous avons apprécié le Stop&Start qui se gère extrêmement bien. Généralement associé à une boîte automatique, il s’enclenche Subaru Outback 2015 - essai Vivre Autosouvent dans certaines situations inutiles comme un cédez le passage par exemple. Sur certains véhicules, lorsque vous ralentissez et que vous freinez jusqu’à l’arrêt, le Stop&Start ne s’enclenche pas, en revanche si vous effectuer une pression plus importante sur la pédale le moteur se coupe. Sur l’Outback c’est très bien marqué et pas besoin d’adaptation. Inédit, l’ordinateur de bord affiche la quantité de carburant économisée lorsqu’il est enclenché. Pour vous donner un ordre d’idée, sur 350 km et un total de 30 minutes d’arrêt, cela représente 1 litre de carburant. De quoi prouver l’intérêt de cette fonction.

Sorti des sentiers battus, l’Outback est de bonne compagnie. Avec sa garde au sol de 20 mm, ce nouveau modèle dispose d’une fonction X-Mode, qui, jusqu’à 40 km/h prend en charge le contrôle du moteur, de la transmission, des quatre roues motrices et des freins pour les terrains compliqués. Il offre également un système de contrôle en descente.

Subaru Outback 2015 - essai Vivre AutoLa voiture est dotée de nombreux équipements de sécurité regroupé dans un pack nommé EyeSight. A l’aide de deux caméras situées autour du rétroviseur intérieur, il comprend le régulateur adaptatif, l’alerte de franchissement de ligne et un système anticollision avec freinage qui fonctionne aussi bien, sur route, que lors des manœuvres si vous avez enclenchez le mauvais rapport par exemple. Dans le détails ces aides fonctionnent parfaitement mais nous vous déconseillons d’employer le régulateur adaptatif dans les bouchons pour une conduite automatique. Etant très réactif, si la voiture de devant redémarre rapidement puis s’arrête, l’Outback accélérera fortement enclenchant ainsi l’alerte anticollision. Petite fonction sympathique, à l’arrêt lorsque le véhicule vous précédant redémarre et que vous restez immobile, un signal sonore retenti.

Le nouveau Subaru Outback est vendu à partir de 38.350€ avec le moteur Diesel 2.0D. Trois finitions s’offrent à vous avec ou sans le pack EyeSight. En essence il faut compter 43.350€ en finition Luxury ou 45.350€ en finition Exclusive. Richement doté en équipements, il est dommage qu’il n’y ai pas de finition intermédiaire afin de baisser le tarif, notamment pour les clients qui n’ont pas forcément besoin de tous les équipements. Cependant il reste le break tout chemin le moins cher du marché.

Conclusion

Cette cinquième génération apporte un vent de fraîcheur avec de nouveaux équipements modernes et une présentation intérieure des plus soignée. Certains reprocherons un style extérieur un peu fade quand d’autre apprécierons sa discrétion. Ses petits plus qui vous facilitent la vie au quotidien, son habitabilité généreuse et sa transmission intégrale font de l’Outback une berline très polyvalente.

 

Laisser un commentaire