Essai Renault Clio 4 Estate dCi 90 EDC Intens

Plutôt boudée, la précédente génération de Clio Estate ne faisait pas l’unanimité peut-être par son style un peu fade. Plusieurs années se sont écoulées et Renault ressort une nouvelle version de son break compact. Il y a t-il du changement ?

Renault Clio 4 Estate - essai Vivre AutoDepuis la troisième génération, la Clio se décline en break. Mais cette fois il n’y aura pas de rivale française direct puisque Peugeot ne souhaite pas reconduire sa version SW sur la 208. De quoi gagner la place de leader sur le marché des breaks compacts. Toujours baptisée Estate, cette nouvelle version reprend les traits de la berline et allonge son porte à faux arrière pour gagner 20 cm de long. Les poignées de portes arrière sont toujours intégrées, la ligne de toit fuyante ainsi que les ailes arrières musclées offrent du dynamisme au style général.

D’extérieur la Clio Estate est plutôt réussie, la partie arrière est bien plus sexy que la précédente génération. Mais son agrandissement apporte t-il du changement à l’espace intérieur ?

Renault Clio 4 Estate Intérieur - essai Vivre Auto

Une fois à bord, même programme que la berline avec une planche de bord identique. Le constat ne change pas, la finition n’est pas celle que l’on aurait aimé avoir sur une Clio de quatrième génération. Les matériaux et les assemblages sont de qualité moyenne. Heureusement le design et l’ergonomie remontent la note. Selon votre choix de teinte de carrosserie vous pouvez choisir la couleur des inserts et de la sellerie. La planche de bord intègre le nouveau système multimédia R-Link et sa tablette tactile de 7 pouces.  Facturé 590€ (de série sur la finition haute GT) il comprend le GPS, la téléphonie, et quelques applications (mail, météo Tweeter…), dès la première utilisation on s’y retrouve vite avec des menus intuitifs. Le système de navigation Tomtom est toujours plaisant à utiliser, et les utilisateurs de Coyotte pourront utiliser l’application. Avec le pack Techno à 800€ vous aurez en plus la caméra de recul. Fidèle à Renault, la carte main libre vous facilite toujours l’accès et le démarrage.  

Renault Clio 4 Estate coffre - essai Vivre AutoL’habitabilité de ce break ne profite malheureusement qu’au coffre. En effet les passagers arrière ne gagnent que deux petits centimètres en hauteur par rapport à la berline mais perdent 9 cm de largeur aux épaules comparé au précédent modèle. C’est donc pour le chargement que cette version prend tout son sens. Le volume du coffre passe de 300 à 443 litres et s’étend jusqu’à 1 380 litres une fois la banquette arrière rabattue pour obtenir un plancher quasiment plat. L’accès est aisé grâce à un seuil bas. Le siège avant passager peut même se replier permettant le chargement d’objets longs. Enfin sous le plancher du coffre se trouve un compartiment d’un volume d’environ 85 litres.  C’est donc une très bonne note pour cette citadine au grand coffre. Seule la Skoda Fabia Combi fait mieux avec une quarantaine de litres en plus.

Sur route

Renault Clio 4 Estate - essai Vivre Auto Notre modèle d’essai est équipé du moteur Diesel 1,5 l dCi 90, le plus vendu et on comprend vite pourquoi. Avec une puissance de 90 ch et un couple de 220 Nm disponible dès 1 750 tr/mn, ce quatre cylindres convient parfaitement à la Clio. Même avec environ 50 kilos de plus sur la balance par rapport à la berline, il se montre souple à bas régime et disponible quand il le faut, de quoi être à l’aise en ville comme sur route. De plus il n’est pas très gourmand avec une consommation moyenne au dessus des 5l/100 km, et ce même avec la transmission EDC. Cette boîte à double embrayage qui n’était alors pas encore disponible sur la citadine du losange se montre toujours aussi convaincante avec sa rapidité et sa discrétion. A chaque fin de parcours, un module évalue votre conduite et selon trois critères (accélération, boîte de vitesse et anticipation), une note sur 100 vous est attribuée.

Renault Clio 4 Estate - essai Vivre AutoAutre domaine où la Clio Estate se montre particulièrement convaincante, c’est le comportement routier. Très agile avec un châssis et des trains roulants bien conçus, on se sent tout de suite en sécurité à bord. On relève juste un confort légèrement inférieur sur les routes abîmées par rapport à la berline, expliqué par le raffermissement des amortisseurs en raison du chargement possible. Enfin, la direction à assistance électrique est précise et agréable.

Côté tarifs, la Clio 4 Estate est située un peu plus chère que la concurrence (Seat Iiza ST, Skoda Fabia Combi) mais propose plus d’équipements. En version dCi 90 elle débute à 19 000€ avec un bonus de 550€. La boîte EDC entraîne un coût supplémentaire de 1 400€ et chute le bonus à 200€.

Conclusion

Avec son grand coffre et ses bonnes prestations sur la route, la Clio Estate tend à se considérer comme une familiale malgré qu’il ne s’agisse que d’une citadine à la base. De quoi séduire les petites familles qui ont besoin d’un grand coffre et qui ne veulent pas se lancer dans l’achat d’une catégorie au dessus. A l’aise sur route et offrant un bon agrément de conduite avec le moteur dCi 90, elle peut être employée aussi comme une routière. Dommage que l’intérieur souffre d’une finition de mauvaise facture.

 

1 commentaire

  1. Jean Marc dit :

    J’ai acheté une Clio GT estate essence 120ch en remplacement de ma Mégane 3 DCI.
    Ayant changé de travail, je ne fais que 7000 km par an mais je désirais tout de même conserver la boîte EDC. Cette voiture convient parfaitement à un usage polyvalent.

Laisser un commentaire