Essai Saab 9-3 Cabriolet BioPower 220 BVA Griffin Aero

Lancée en 2003, cette troisième génération de la Saab 9-3 Cabriolet est toujours au catalogue. Essai de la version BioPower de 220 ch : l’économie est-elle au rendez-vous ?

vivre-auto-saab-93-cabriolet-essai-23Très proche esthétiquement de la berline, la Saab 9-3 Cabriolet arbore des lignes fluides et pures et une fois la capote ouverte, le style « coupé » laisse place à un style « roadster ». A l’avant la calandre, tout droit inspirée du concept Aero X est encadrée par des phares élancés. Lorsque les veilleuses sont actionnées, un trait lumineux en forme de sourcil est allumé. L’entrée d’air trapézoïdale est profonde et elle est cerclée d’un profil en chrome satiné. Saab parle de référence aux prises d’airs des réacteurs de jets. Sur les versions Aero la partie accueillant les antibrouillards est également cerclée de chrome. La poupe intègre des blocs optiques recouverts de verres clairs “givrés”. Un becquet de coffre est apposé sur la version Aero. Enfin, seul un logo distingue cette version BioPower d’une version classique. Pas moins de dix teintes de carrosserie sont proposées. Quand à la capote, noir d’origine, elle peut être beige, bleue, ou grise pour 300€ de plus. Grâce à une commande entièrement automatisée, elle s’ouvre à l’arrêt moteur allumé en 20 secondes. Sa fermeture peut s’actionner en roulant jusqu’à 30 km/h, pratique lorsqu’il se met soudainement à pleuvoir ! Très séduisante la 9-3 cabriolet aura fait tourner bien des têtes pendant notre essai.

vivre-auto-saab-93-cabriolet-essai-10L’intérieur est sobre et bien fini sans pour autant rivaliser avec les productions allemandes, certains plastiques ne font pas très sérieux. La doublure de la capote est claire, ce qui augmente la luminosité de l’habitacle. Le tableau de bord dessine un arc et la console centrale s’oriente légèrement vers le conducteur. Les compteurs blanc sur fond noir disposent d’un éclairage vert, pareil pour l’ensemble des commandes. Comme sur tous les modèles, un bouton « Night panel » permet au conducteur de réduire le nombre de sources lumineuses en éteignant tous les instruments à l’exception de la vitesse. Petit détail, le frein à main “camouflé” s’intègre élégamment à l’habillage du bord de la console, et dans la pure tradition Saab, le contact est toujours situé à côté du frein à main. L’ergonomie de l’ensemble des commandes est bonne à l‘exception de l’ordinateur de bord, où il vous faudra un temps d‘adaptation ne serait-ce que pour remettre à zéro les consommations moyennes. Le système multimédia regroupe le GPS, un lecteur DVD, le Bluetooth, et une prise USB le tout commandable vocalement. L’écran 6,5 pouces tactile est agréable, toutefois l’affichage de la carte peut se montrer difficile à comprendre dans certaines situations comme des changements de directions. Les sièges avant sont très confortables et enveloppants, ils offrent un excellent soutien latéral, le tout est assez ferme sans être dur. La position des ceintures facilite la vivre-auto-saab-93-cabriolet-essai-12prise en main de celles-ci. En revanche l’accoudoir central lorsqu’il est positionné vers l’avant a tendance à ne pas rester verrouillé et il devient vite agaçant de devoir le faire glisser plusieurs fois. A l’arrière, c’est moins habitable qu’une Volvo C70 de même gabarit, les genoux seront vite amenés à toucher les dossiers des sièges avant et l’accès est un peu délicat une fois la capote fermée. Le volume du coffre passe de 235 litres à 352 litres capote fermé. Même s’il s’ouvre à 120 degré, son accès est étroit, et il faudra bien placer vos bagages. Il s’avère peu fonctionnel notamment avec les passages de roues et la zone accueillant la capote. Enfin, quelques rangements s’offrent à vous, deux vide-poches de faible dimension dans les portières, un espace de rangement sous l’accoudoir central avec un logement pour pièces de monnaie, une prise 12 volts, un porte-gobelet sous l’accoudoir central et une petite boîte à gants. A l’arrière, on ne trouve que des aumônières dans les dossiers de sièges.

vivre-auto-saab-93-cabriolet-essai-32Nous avons choisi d’essayer la version BioPower, un moteur qui peut fonctionner à l’aide du carburant renouvelable E85 produit à partir de sources agricoles. Avec un indice d’octane supérieur, la pression du turbo a pu être augmentée, et un système de gestion moteur « Trionic 8 » effectue automatiquement les réglages nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble. L’éthanol fait ainsi gagner environ 15% de puissance en plus, mais en dépit d’une consommation plus importante de l’ordre de 30%. Coupleux et dynamique, avec des reprises vigoureuses et dans un son rauque, ce moteur s’associe parfaitement à l’usage d’un cabriolet et se montre performant. Vendu en moyenne 0,85€/litre, l’E85 s’avère très économique, mais les stations services proposant ce carburant se font malheureusement rares. Comptez une consommation moyenne de 11 à 15 l/100 km. Et 2 à 3 l/100km de moins avec du Sans Plomb. La transmission automatique de notre modèle d’essai s’est montrée agréable, les changements de rapports ne génèrent pas d’à-coup. Pour 100€ vous pourrez opter pour les commandes séquentielle situées sur le volant. Pour les clients à la recherche de performances, la transmission manuelle sera plus adaptée puisqu’elle fait gagner près de 2 secondes au 0 à 100 km/h ! Soit 7,3 secondes au lieu de 9,2 secondes. Sur le plan de la sécurité la 9-3 Cabriolet fut la première voiture à capote souple à atteindre un maximum de 5 étoiles dans les tests de sécurité EuroNCAP. Une structure secondaire de renfort assure une solidité en cas d’accident. Un système « DynaCage » comprend des arceaux de sécurité à déploiement automatiques en cas de retournement. Nous avons relevé un excellent comportement routier, et sur petite route le châssis s’est montré très sain. vivre-auto-saab-93-cabriolet-essai-33L’essieu arrière autodirectionnel Saab ReAxs garantit la neutralité directionnelle des roues arrière. En virage, la cinématique du train induit un très léger braquage des roues arrière dans la direction opposée à celle du volant, soit un pincement négatif sur la roue extérieure et un pincement positif sur la roue intérieure. Nous avons trouvé le freinage endurant et la direction communicative. Le confort est maîtrisé, les suspensions filtrent bien les irrégularités de la route. En configuration capote fermée, la visibilité arrière est très réduite, et les radars de stationnement se montrent alors fort utile. Nous avons constaté la présence de bruits parasites émanent du toit, c’est souvent le cas pour les cabriolets à toit souple. Une fois décapoté, le conducteur et les passagers seront satisfaits, les remous sont bien contenus. La climatisation bizone passe en mode manuel lorsque la capote est ouverte.

vivre-auto-saab-93-cabriolet-essai-20Disponible en deux finitions, la Saab 9-3 Cabriolet est plutôt bien dotée en équipements. Facturé 41 440€, le premier niveau « Griffin » vous offre la climatisation automatique, le régulateur, le détecteur de pluie, les feux automatiques, la sellerie cuir, le GPS, le Bluetooth, et les radars arrière. Pour 48 880€, la finition Griffin Aero comprend en plus des éléments extérieurs (voir partie présentation), le châssis sport et les feux Xénons directionnels. Comptez un surcoût de 1 950€ pour la boîte automatique. Malgré la surconsommation, l’usage de l’E85 reste économique par rapport au Sans Plomb, d’autant plus que le coût à la pompe du bioéthanol reste stable. Depuis 2009, la technologie BioPower ne réclame pas de malus lors de l’achat. Enfin, le BioPower est également commercialisé en version 163 ch pour 1 750€ de moins, mais surtout avec une puissance fiscale de 10 cv.

 

Autres articles

  • Essai Saab 9-5 2.0 TTiD 190 AeroEssai Saab 9-5 2.0 TTiD 190 Aero La nouvelle Saab 9-5 est le premier modèle commercialisé depuis le rachat par Spyker, elle a pour objectif de relancer la marque. C’est avec une gamme complète de moteurs et d’équipements […]
  • Essai Renault Mégane CC TCe 130Essai Renault Mégane CC TCe 130 Le segment des Coupés-Cabriolets a grimpé depuis la commercialisation de la fameuse Peugeot 206 CC. Aujourd’hui est-il possible de se faire plaisir au volant d’un cabriolet Renault essence […]
  • Essai Nissan 370Z Roadster Pack BVAEssai Nissan 370Z Roadster Pack BVA Quasiment deux ans se sont écoulés depuis la sortie du 370Z Roadster, et sa place est toujours justifiée. Essai de cette voiture plaisir. Lancée quatre ans après le 370Z, ce roadster […]

Laisser un commentaire