Essai Renault Megane Coupé dCi 110 EDC

La boîte automatique à double embrayage est enfin arrivée chez le constructeur français. Disponible uniquement avec le moteur 1.5 l dCi de 110 ch, cette nouvelle transmission baptisée EDC en vaut-elle la chandelle ?

vivre-auto-renault-megane-coupe-dci-110-edc-essai-22La Renault Mégane coupé n’a pas volé son titre ! Ses lignes très expressives, et sa partie arrière dynamique nous rappelle effectivement la notion de « coupé ». Même si le look de cette compacte est plutôt réussi, il est possible de le rendre un peu plus exclusif avec le Pack GT-Line. Proposé en option à 1 500€ sur la version Dynamique, il ajoute un côté sportif à la voiture, en apportant un bouclier avant/arrière spécifique ton carrosserie, des jantes alliages 17 pouces, et des coques de rétroviseur couleur gris alu. Enfin au niveau du châssis, l’assiette a été abaissée de 12 mm. Plusieurs teintes sont proposées dont le joli Rouge Dyna de notre modèle. Très séduisante, la Mégane Coupé se démarque des autres berlines compactes, tout en permettant à l’acheteur de personnaliser sa monture.

vivre-auto-renault-megane-coupe-dci-110-edc-essai-12L’intérieur est plutôt soigné, la planche de bord épurée est élégante, et la partie haute en plastique moussé noir offre un bel aspect. On remarque également un bandeau gris anthracite laqué sur la planche de bord badgé GT-Line, ce revêtement est repris sur les poignées intérieures et les aérateurs.
Les compteurs sont à aiguilles sur cette version, ils offrent toujours une bonne visibilité. La carte main libre, tout comme le frein à main électrique sont vraiment un plus sur le plan technologique, et certaines personnes auront du mal à s’en passer. La climatisation offre trois modes de régulation : soft, auto, et fast. Nous n’avons pas constaté de bruits parasites durant notre essai hormis les grésillements provenant des verrouillages de ceinture avant présents sur toutes les Mégane… Si vous optez pour la boîte automatique EDC, deux finitions s’offrent ainsi à vous. La première nommée « Coupé » est dotée de série des équipements suivants : ESP, climatisation automatique, allumage des feux et essuies-vitre automatique, régulateur/limiteur de vitesse, projecteurs antibrouillard, le système audio RadioSat Classic avec Blutooth… Notre version « Dynamique » comprend en plus les radars de stationnement arrière, la carte mains-libres, les jantes alliages 17 pouces, et une sellerie spécifique. Le GPS Tomtom facturé seulement 490€ se montre très pratique à l’usage, vivre-auto-renault-megane-coupe-dci-110-edc-essai-16avec des menus intuitifs, et une molette de guidage située prés de l’accoudoir central. Il affiche les limitations de vitesse, qui clignotent quand elles sont dépassées et les radars fixes sont signalés par un bip sonore, à leur approche. L’option n’étant pas onéreuse, elle est conseillée. Côté multimédia, nous avons apprécié la possibilité de pouvoir connecter une clé USB afin d’écouter de la musique, ou encore même via le streaming Bluetooth ! A noter que l’iPod est compatible. A l’arrière, la banquette peut accueillir trois personnes. L’espace aux jambes paraît plus limité que dans la Mégane berline. Les rangements sont de rigueur, avec en plus de la boîte à gants, des trappes dans le plancher, un rangement sous l’accoudoir, et bien sûr des bacs de portières. Quand au coffre, il offre un volume de 344 dm3 et 991 dm3 une fois la banquette rabattue. Ce n’est pas exceptionnel mais reste dans la moyenne de la catégorie des compactes.

vivre-auto-renault-megane-coupe-dci-110-edc-essai-15« Enfin ! ». Certains ont du prononcer ce mot lors de l’annonce faite par Renault quand à la commercialisation d’une boîte à double embrayage. Effectivement c’est une première pour un constructeur français, rappelons que Volkswagen a sorti sa DSG il y a six ans et Ford sa PowerShift il y a trois ans… Tout d’abord EDC signifie « Efficient Dual Clutch », techniquement le passage des vitesses s’effectue en passant d’un embrayage à l’autre. Le premier s’ouvre lorsque le second se ferme. Le premier embrayage est dédié aux rapports impairs, alors que le second se charge des rapports pairs et de la marche arrière. Les rapports s’enchainent en dessous des 2 000 tr/mn et effectivement tout en douceur, sans à-coups, et rapidement, les temps de passage étant annoncés pour 290 ms, soit moins que les boîtes automatiques à convertisseur. Ces dernières entraînent d’ailleurs une surconsommation par rapport aux boites mécaniques, ce qui n’est pas le cas de la EDC. Lorsqu’on lève le pied de l’accélérateur ou lors d’un freinage, elle semble aussi rétrograder assez vite. Il est possible de piloter également en mode séquentiel, toujours rapide et assez doux, mais uniquement à partir du levier de commande. Nous regrettons donc la présence de palettes au vivre-auto-renault-megane-coupe-dci-110-edc-essai-20volant. Autre atout, lorsque vous relâchez la pédale de frein, la voiture avance puisque la boîte dispose d’un système de rampage, généralement absent sur ce type de transmission. Pratique dans les embouteillages ! A noter aussi, la présence de l’aide au démarrage en côte, fort utile. Nous ne reviendrons pas sur le quatre cylindres dCi qui, encore une fois, nous a prouvé qu’il était à l’aise et offre toujours un bon agrément de conduite tout en étant silencieux. En ville la Mégane se conduit aisément, et les manœuvres sont facilitées grâce à l’assistance de la direction. La visibilité arrière est réduite à cause de la faible surface vitrée. Avec la finition GT Line, le confort est légèrement en retrait avec des suspensions plus fermes par rapport au modèle de base. Son châssis offre de ce fait un très bon comportement routier, la voiture reste dans le rang. Le freinage ne manque pas d’endurance, son efficacité nous a satisfait, tout comme l’ESP livré de série.

vivre-auto-renault-megane-coupe-dci-110-edc-essai-29La nouvelle boîte EDC est facturée 1 200€ de plus qu’une boîte mécanique à l’achat ce qui reste raisonnable. La Mégane Coupé est ainsi proposée à partir de 25 050 €. Avec aucune surconsommation, les moyennes enregistrées lors de notre essai ne dépassaient pas les 6,5l/100 km, même avec une conduite dynamique par moment. Bien évidement aucun malus ne vous sera demandé à l’achat puisque Renault annonce seulement 114 g d’émissions de CO². , Les adeptes des boîtes automatiques peuvent ainsi s’y retrouver, puisque ces dernières ont souvent été critiquées pour leur manque de sobriété, et leur coût.

Conclusion

Associée au moteur dCi 110 la boîte à double embrayage EDC est une vraie réussite ! Mais avec une limite de 240 Nm de couple, il est dommage de ne pouvoir voir cette transmission proposée avec d’autres motorisations. Cependant Renault peut maintenant rivaliser avec la concurrence en offrant cette transmission, ce qui n’est pas le cas encore du groupe PSA…

 

Autres articles

  • Essai Renault Megane GT TCe 180Essai Renault Megane GT TCe 180 Présentée au dernier salon de Genève, la nouvelle gamme GT vient enrichir la famille Mégane. Cette déclinaison est disponible au catalogue des modèles Berline, Coupé, Estate et […]
  • Essai Renault Megane 4 Estate dCi 110 EDCEssai Renault Megane 4 Estate dCi 110 EDC C'est la tradition, la compacte au losange se décline en break. Quels sont les avantages de choisir cette carrosserie ? Essai Renault Megane 4 Estate. Séduits par la nouvelle […]
  • Essai Renault Megane TCe 130Essai Renault Megane TCe 130 La berline compacte de Renault rencontre aujourd’hui un grand succès et même si elle est principalement vendue sur le marché français en Diesel, les motorisations essence n’ont pas été […]

Laisser un commentaire